Menu

L’UPLC sur les arrestations en Inde

0 Comments


UNION DU PEUPLE POUR LES LIBERTÉS CIVILES ; 28 août 2018                   

L’UPLC CONDAMNE FORTEMENT ET DÉNONCE LES ARRESTATIONS SOUS L’APPLICATION DRACONIENNE DE LA LOI SUR LA PRÉVENTION DES ACTIVITÉS ILLÉGALES

(1. Sudha Bharadwaj, secrétaire national de l’UPLC

2. Gautam Navalakha de l’Union populaire pour les droits démocratiques

3. Anand Teltumbde du Comité pour la Protection des Droits Démocratiques

4. Vernon Gonsalves et Arun Ferreira, avocats

5 Vara Vara Rao, célèbre poète et activiste pour les droits de l’homme.

6. Kranti Tekula de Virasam, Hyderabad.)

L’UPLC dénonce également les raids simultanés menés dans plusieurs villes du pays, le 28 août 2018, de manière concertée et pré-méditée, dans les locaux d’autres éminents défenseurs des droits humains, notamment :

· Le père Stan Swamy à Jharkhand ;

· L’écrivain vétéran et poète Varavara Rao, ainsi que les maisons de ses deux filles et de ses gendres, Anala et du journaliste hindou KV Kumaranath; et Pavana et son mari, le professeur Satyanarayana, de l’Université d’Anglais et de Langues Etrangères ;

· Le journaliste Namaste Telangana Kranthi Tekula à Hyderabad ;

· Anand Teltumbde à Goa ;

· Gautam Navlakha à Delhi,

· Arun Ferreira, Vernon Gonsalves et Susan Abraham, avocats à Mumbai.

L’UPLC affirme que les arrestations et les raids ne sont qu’une répression ciblée et une attaque de la police et de l’Etat contre les défenseurs des libertés civiles et des droits civiques à travers le pays dans une tentative concertée pour écraser les interventions de protection des droits de l’homme. Une telle répression systématique et méditée des militants des droits de l’homme est sans précédent et inouïe dans une démocratie et l’UPLC condamne fermement cette répression anticonstitutionnelle menée par l’État et la police. L’UPLC est fermement solidaire de l’avocat Sudha Bharadwaj, secrétaire national de la l’UPLC et des autres militants des droits humains qui font face à des raids et ont été arrêtés pour des accusations fausses et fabriquées.

Nous tenons à souligner que, dans une requête en habeas corpus déposée devant la High Court de Delhi, son mandat de transfert en transit à Pune a été suspendu dans l’attente d’une nouvelle audience sur la requête d’habeas corpus demain, le 29 août. Selon les sources, la police a procédé à une perquisition illégale de la maison d’Anand Teltumbde à Goa, en son absence, après avoir obtenu les clés auprès des agents de sécurité. Alors que certaines chaînes d’information affirment que les raids et les arrestations ont eu lieu dans l’affaire Pune de Bhima Koregaon, où les principaux accusés sont des groupes de droite et des dirigeants de Hindutva jouissant de l’impunité de l’État et d’autres, les arrestations sont liées à des allégations de complot visant à assassiner le Premier ministre Narendra Modi et le Premier ministre Devendra Fadnavis.

Il est pertinent de noter que le 4 juillet 2018, Republic TV et son présentateur, Mme Shivani Gupta, son rédacteur en chef adjoint M. Shrawan Sen et son directeur général ont mené une campagne de propagande médiatique politiquement motivée, falsifiée et malveillante. M. Arnab Goswami, au moyen d’une série de programmes présentés comme des «Super Exclusive Breaking News» s’est appuyé dans un débat télévisé en direct sur une lettre falsifiée qui aurait été adressée par Sudha Bharadwaj à un maoïste du nom de «camarade Prakash». La chaîne a diffusé à plusieurs reprises des accusations complètement fausses, dénuées de fondement et sournoises contre l’avocat Sudha Bharadwaj. Les allégations ont été catégoriquement rejetées par l’avocat Sudha Bharadwaj dans sa déclaration de réfutation. Les programmes ont été diffusés avec des en-têtes tels que «#UrbanNaxalsExposed» et des allégations similaires ont été faites contre d’autres militants des droits de l’homme comme M. Gautam Navlakha dans la deuxième partie du programme, via une seconde lettre supposée obtenue par la Chaîne. L’UPLC a déjà publié une déclaration datée du 7 juillet 2018 condamnant fermement l’incident et exigeant des mesures strictes contre la Chaine. L’avocat Sudha Bharadwaj a également publié un avis juridique concernant les actes illégaux de la chaîne.

Les arrestations et les raids en cours ont lieu dans le contexte des arrestations de cinq défenseurs des droits humains – l’avocat Surendra Gadling, le professeur Shoma Sen, Rona Wilson, Mahesh Raut et Sudhir Dhawale – qui ont également été arrêtés le 6 juin 2018, en s’appuyant sur une lettre similaire, fabriquée par Republic TV, qui aurait été adressée au même “camarade Prakash”, dans la même affaire Pune. Par la suite, le 7 juin 2018, l’avocat Sudha Bharadwaj a pris la parole lors d’une conférence de presse organisée par l’Association indienne des avocats du peuple (IAPL) à New Delhi pour condamner l’arrestation de l’avocat Surendra Gadling. Susan Abraham, Arun Ferreira et Vernon Gonsalves représentent en fait l’accusé Bhima Koregaon devant le tribunal.

L’avocat Sudha Bharadwaj est une syndicaliste dévouée depuis plus de trois décennies et a été secrétaire générale de sa section de Chhattisgarh, au cours de laquelle la branche a accompli un travail remarquable dans l’État. Elle est également associée au Chhattisgarh Mukti Morcha, fondé par le regretté Shankar Guha Niyogi. Elle a commencé sa pratique juridique en 2000 et a depuis lors combattu pour d’innombrables travailleurs, agriculteurs, adivasis et pauvres dans les domaines du travail, de l’acquisition de terres, des droits forestiers et des droits environnementaux. Depuis 2007, elle exerce à la Haute Cour du Chhattisgarh à Bilaspur et a été nommée par la Haute Cour pour être membre de la Commission des services juridiques de l’État de Chhattisgarh. Elle a également aidé de jeunes avocats à créer le groupe Jagdalpur Legal Aid en tant qu’initiative de la société civile visant à fournir une assistance juridique aux tribus incarcérées. Elle est professeur invitée à l’Université nationale de droit de Delhi, où elle enseigne le cours sur les droits tribaux et l’acquisition de terres.

L’UPLC estime que l’intention de l’État et de la police de cibler les militants des droits de l’homme susmentionnés en les accusants des cas faux et fabriqués ressort clairement de leurs méthodes de travail. Tous les défenseurs des droits humains susmentionnés, pris pour cible dans cette «opération» multi-villes par la police, se sont mobilisés pour défendre la cause et défendre les droits des groupes les plus pauvres et les plus marginalisés de la société. Ils ont défendu les principes des droits de l’homme consacrés dans la Constitution indienne et les normes internationales relatives aux droits de l’homme. L’UPLC condamne fermement les actions de l’État et de la police. Cette répression simultanée contre les défenseurs des droits de l’homme à travers le pays témoigne de l’imposition d’un état d’urgence non officiel dans notre pays et constitue une attaque directe contre la démocratie indienne.

Il s’agit d’une stratégie délibérée de l’État visant à cibler les militants des droits de l’homme dans un acte de représailles contre eux pour avoir dénoncé les violations des droits de l’homme par l’État et la police et pour intimider ceux qui luttent pour la justice. L’UPLC met en garde le grand public sur les efforts concertés pour étouffer les voix dissidentes et menacer le tissu démocratique du pays.

À la lumière de ce qui précède,l’UPLC fait les demandes urgentes suivantes :

1. L’UPLC appelle l’État et la police à libérer immédiatement et sans condition les militants des droits de l’homme, Sudha Bharadwaj, Gautam Navalakha, Anand Teltumbde, Varavara Rao, Arun Ferreira et Vernon Gonsalves et à retirer les fausses preuves fabriquées contre eux.

2. L’UPLC appelle la Commission nationale des droits de l’homme (NHRC) à intervenir de toute urgence pour assurer la libération des défenseurs des droits humains et à ordonner une enquête immédiate, transparente, efficace et impartiale sur les raids et les arrestations multiples des défenseurs des droits humains l’état et la police sur des accusations et des accusations fausses et fabriquées;

3. L’UPLC appelle également les citoyens à l’esprit démocratique à condamner la manière sans scrupule dont les militants des droits humains sont pris pour cible et à s’opposer à ces tentatives insidieuses et complices visant à faire taire les voix s’opposant aux politiques et actions vindicatives de l’Etat;

4. L’UPLC condamne en outre le profilage constant de «naxals urbains / maoïstes» et la criminalisation des défenseurs des droits humains qui travaillent sans relâche contre les actions et les politiques anti-populaires de l’État, afin de les dénigrer et d’influencer l’opinion publique.

M. Ravi Kiran Jain, Dr. V. Suresh,

Président national, Secrétaire général national de l’UPLC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *