Menu

Culture : l’Insurgé de Jules Vallès

0 Comments


En Mars 1871, il y a 148 ans, la Commune de Paris était proclamée. C’était la première expérience de dictature du prolétariat, la première révolution prolétarienne, en plein Paris. Elle a été suivie tout au long du mois de Mars d’autres Communes, à Narbonne ou à Lyon par exemple, qui ont été écrasées.

La Commune est une histoire d’héroïsme et de douleur, l’histoire de femmes et d’hommes qui n’étaient rien, qui s’étaient soulevés pour être tout, et que la bourgeoisie a brutalement massacré. Jules Vallès, l’auteur de l’Insurgé, était un de ces Communards qui a échappé de peu à la mort.

Dans l’Insurgé, il raconte la 3ème partie de la vie de Jacques Vingtras (son pseudonyme), un diplômé du bac qui va de petit boulot en petit boulot dans Paris en attendant désespéramment la révolution.

Avec un style très direct et oral, presque dur à comprendre en 2019 car il reprend des expressions des rues de Paris de 1871, Jules Vallès nous raconte ce que ça fait lorsque le prolétariat prend les armes, lorsqu’il avance pour gagner.

Après la déclaration de la Commune, il s’écrie à un petit qui joue vers une barricade : “Nous avons saigné et pleuré pour toi. Tu recueilleras notre héritage. Fils des désespérés, tu seras un homme libre !”

Lorsqu’il rencontre les ministres de cette Commune, il parle de Rouiller, ce “cordonnier, et révolutionnaire”, qui rentre par hasard dans le ministère, s’installe et décide de rester pour être Ministre de l’Instruction Publique.

Vallès ne raconte pas la Commune, les décisions, les élections, la direction. Il raconte les masses qui bougent, pour se soulever, et pour défendre ce qu’elles ont accompli contre les armées réactionnaires qui veulent les massacrer. Il raconte avec douleur la Semaine Sanglante, où des dizaines de milliers d’ouvriers soldats mourront sous les balles de la République française.

Vallès est un grand nom du roman, trop souvent oublié car chassé de France par la République qui l’a condamné à mort. Il meurt en 1885, et l’Insurgé sera publié posthume. Son dernier livre, comme un cri d’espoir, un Cri du Peuple (c’était le nom de son journal) pour une révolution future.

La dédicace de Vallès est poignante :

Aux morts de 1871

À tous ceux qui, victimes de l’injustice sociale,

prirent les armes contre un monde mal fait

et formèrent,

sous le drapeau de la Commune,

la grande fédération des douleurs,

je dédie ce livre.

JULES VALLÈS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *