Menu

Inde : “Trois balles et trois femmes” : une “fausse confrontation dans le Bastar”

0 Comments


Traduit par Redspark

Dans le Bastar, les violences perpétrées par l’État se sont normalisées en l’espace d’une décennie. À l’approche des élections de la Lok Sabha, elles ne sont pratiquement pas remises en cause.

Ceci est le premier article d’une série en deux parties sur les rencontres de février dans le Bastar.

Il y a des choses que nous faisons tous les jours mais nous ne savons pas quand ce sera la dernière fois que nous les ferons. Cela s’applique à n’importe qui, où qu’il se trouve, mais plus encore à ceux qui se trouvent dans des zones de conflit où la « guerre » s’empare des vies sans prévenir de manière imprévue.

C’était comme ça pour Podiyam Sukki ce matin du 2 février 2019, quand elle a quitté ses quatre enfants endormis, a pris sa hache et a rejoint deux autres femmes de son hameau, Kalmu Deve et Podiyam Hungi. Elles ont commencé à se rendre dans les forêts à quelque distance de leur village, Godelguda, dans le Konta tehsil de Sukma, pour aller chercher du bois.

La hache de Sukki

Elles ont traversé l’étang du village et marchaient sur une étendue dégagée, entrecoupés de quelques arbres et de buissons de tendu – à moins d’un demi-kilomètre du village – lorsqu’ils ont remarqué les forces de sécurité venant de la direction opposée. Elles venaient de faire demi-tour par peur lorsqu’elles ont entendu un coup de feu. Alarmés, elles levèrent les bras et les haches en criant qu’elles étaient juste dehors pour couper du bois. Mais avant qu’elles ne le sachent, Sukki et Deve avaient été touchés tandis qu’une balle manquait Hungi uniquement à cause de sa petite taille.

Au moment où nous avons atteint Godelguda, c’était la nuit. Dans les phares des motos, nous avons pu identifier les contours des maisons et des cours que nous avons traversées. Nous nous sommes arrêtés dans un espace ouvert près d’une maison où quelques femmes étaient assises sur le sol en terre battue. Un bébé magnifique et en bonne santé était endormi sur un chiffon de coton coloré. L’enfant de trois mois était le plus jeune des quatre enfants de Sukki.

Certaines d’entre nous étaient assises sur les petits lits à cordes qui nous avaient été apportés lorsque Deve et Hungi sont arrivés, suivis de Deva, le mari de Sukki, accompagné de ses trois autres enfants ; le plus vieux était Joga, âgé de six ans. Deve et Hungi étaient des jeunes femmes d’une vingtaine d’années. Le visage de Deve était consterné lorsqu’elle racontait ce qui s’était passé ce matin-là. « Sukki a été touchée au ventre », a-t-elle déclaré. Elle a ajouté : « J’ai été frappée ici et j’ai perdu conscience ; il ne restait plus que Hungi qui pouvait nous aider.

Deve et Hungi

Hungi, une femme élancée, toujours bouleversée, a déclaré : « J’ai réussi à finalement traîner Deve au village. Sukki appelait sa mère et lui demandait de l’eau quand nous l’avons laissée.

Soni Sori, dirigeante Adivasi, qui s’était rendue dans le village peu de temps après l’incident avec une équipe comprenant des membres du parti Aam Aadmi et des activistes Adivasi, a déclaré : « Après avoir appris ce qui s’était passé, quelques femmes du village sont allées sur place avec de l’eau pour Sukki et ont vu les forces de sécurité lui enfilé un uniforme maoïste. Quand ils ont protesté, les forces l’ont enveloppée dans une feuille de polythène, alors qu’elle était toujours en vie et qu’elle demandait de l’eau. “

Deva a déclaré que les membres de sa famille l’avaient informé de l’incident par téléphone. Il était dans un village du Telangana où il était allé travailler dans les champs en tant qu’ouvrier occasionnel seulement dix jours auparavant. Il a déclaré que les forces de sécurité avaient emmené sa femme, âgée d’environ vingt-sept ans, au camp des CRPF à Puswada, affirmant qu’il y avait un hôpital de campagne sur place.

Au moment où sa mère et d’autres membres du village sont arrivés au camp, Sukki était décédé. Son cadavre a été rendu tard dans la nuit, après que ses proches aient attendu plusieurs heures. Les forces de police avaient également exercé une pression excessive sur la famille pour qu’elle incinère rapidement le corps sans achever les rites habituels.

Tuée dans un affrontement, des tirs croisés ou juste tuée ?

Les journaux locaux ont relaté l’incident peu après, citant le surintendant de la police du district de Sukma, Jitendra Shukla. Le superintendant de la police a d’abord affirmé que les forces de police du camp de Puswada et de la police du district s’étaient rendues dans les forêts de Rangaiguda pour y exercer un exercice de domination de zone et qu’elles en revenaient lorsqu’un affrontement avec des maoïstes proche de Godelguda avait tué une femme Naxalite et en avait blessé et appréhendée une autre.

Communiqué de presse du PCI(Maoïste)

Face à des allégations de fausse rencontre, le superintendant a légèrement modifié sa déclaration, acceptant que les femmes étaient des civils (« elles ne portaient pas l’uniforme maoïste ») et a affirmé qu’elles avaient été tuées sous les tirs d’un feu croisé lors d’un affrontement avec les maoïstes.

Cependant, les récits de l’affrontement et des feux croisés du superintendant vont à l’encontre de ce que Deve, Hungi et d’autres villageois ont soutenu – à savoir qu’il n’y avait pas de maoïstes cette journée et qu’il n’y avait pas eu d’échange de tirs. Le secrétaire du Comité de la région de Konta du PCI (maoïste) a également rappelé dans un communiqué de presse (daté du 5 février 2019) qu’il n’y avait pas de mouvement maoïste dans la région ce jour-là.

Les journalistes locaux qui se sont rendus sur place ont trouvé des haches, mais curieusement n’ont pas trouvés de sol ou d’herbe tachée de sang, suggérant une tentative de falsification de preuves par les forces de l’ordre. Ils ont également découvert que le site de l’« affrontement » n’était pas une forêt comme c’est habituellement le cas, mais un terrain dégagé avec peu de végétations.

D’après les faits disponibles, il est clair que trois balles ont été tirées – délibérément – sur les trois seules personnes qui se trouvaient sur cette étendue de terrain découvert ce matin-là. Trois jeunes femmes ont été tuées alors qu’elles étaient soupçonnées d’être maoïstes.

Les enfants de Sukki

Une indemnisation comme justice ?

Kawasi Lakhma, député du Congrès de la circonscription de Konta – dans lequel Godelguda est tombé – et ministre du Cabinet d’État, a également affirmé que l’affrontement était fictif, que les victimes étaient des femmes du village et qu’aucune arme n’avait été retrouvée sur elles. Dans une lettre au premier ministre du 8 février 2019, il a déclaré que de tels incidents « minent la confiance des gens dans le gouvernement ». En effet, mis en colère par les meurtres, les organisations Adivasi comme le Sarv Adivasi Samaj ont appelé à un bandh à Sukma (“grève générale”).

La famille du défunt et les blessés ont depuis lors reçu une compensation monétaire de Kawasi Lakhma (500 000 roupies à la famille du défunt et 100 000 aux blessés) et de l’administration du district (25 000 et 20 000 roupies respectivement). Le superintendant Jitendra Shukla a informé la presse, trois jours après l’incident, qu’un FIR (First Information Report – Premier rapport d’Information) avait été enregistré dans le Polampalli thana contre « des inconnus pour meurtre » et qu’une enquête judiciaire avait été ouverte (Patrika, 6 février 2019). Cependant, plus de deux mois après l’événement, il n’y a aucune nouvelle de développement lié à l’enquête.

La confiance dans les enquêtes a naturellement diminué dans le Bastar. Le sentiment largement répandu est un sentiment de méfiance, comme l’a exprimé le militant et journaliste Adivasi, Lingaram Kodopi. Après avoir enquêté sur le présent incident, il a déclaré : « À quoi servent les enquêtes de ce type menées par la police sur les excès de la police [en particulier] lorsque ce qui s’est passé est connu dès le début ? Ce ne sont que de et ils sont rapidement mis en chambre froide. ”

Il a ajouté : « Lorsque les forces vont dans la jungle à la suite d’une opération maoïste, elles pensent peut-être qu’elles se lancent dans un shikar (une chasse). C’est pourquoi, en plus de son arme à feu, un jawan porte également une feuille de polythène et une corde. Après le shikar, les cadavres des Adivasis sont enveloppés dans ces feuilles de polythène, attachés avec une corde et défilent devant les médias et le public en tant que maoïstes.”

Si le droit prévalait au Bastar, les jawans des CRPF qui ont tiré les trois coups de feu auraient été, en vertu des articles 302 (meurtre) et 307 (tentative de meurtre) du Code Pénal Indien, arrêtés et jugés comme tout autre inculpé. Mais le droit ne prévaut pas au Bastar.

Bela Bhatia est une chercheuse, journaliste et avocate indépendante spécialisée dans les droits de l’homme, basée au Bastar, dans le sud du Chhattisgarh.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *