Menu

Attaque de la bourgeoisie sur les Causses et Cévennes

0 Comments


Un projet destructeur de la petite paysannerie et de l’environnement pointe le bout de son nez sur le plateau du Larzac. L’entreprise Arkolia Energie prévoit d’installer une centrale de panneaux photovoltaïques sur 397 hectares de terres qui appartiennent à 15 classements pour l’habitat, la faune et la flore ainsi que trois directives Oiseaux au titre Natura 2000. Ces labels, ainsi que l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO, ne constituent pas de protection juridique face à ce projet. Ils sont même mis en péril si le projet voit le jour.

Il existe trois versions du projet :

Un projet exclusivement photovoltaïque,

Un autre projet photovoltaïque étendu sur une parcelle plus grande

Et un dernier projet comprenant une production d’énergie avec panneaux photovoltaïque et une unité de méthanation. La technologie de méthanation permet d’extraire le CO2 présent dans l’air pour le transformer en méthane.  Ce gaz serait transporté via un gazoduc en PVC allant du Cros à Lodève et brûlé pour en faire du biométhane, ce qui créera du CO2 dans le processus. Ce genre de transport comporte un taux de fuite de gaz moyen de 1.7%, ces fuites représentant actuellement 13 à 20% des émissions de méthane. Le biométhane est peu équivalent au gaz naturel du point de vue des émissions de carbone. C’est un hydrocarbure non fossile, 25 fois plus actif que le CO2 en tant que gaz à effet de serre bien qu’il rejette un tiers moins de CO2 que le fuel.

La réalisation d’un tel projet non seulement ne réglera pas le problème climatique, mais l’accentuera. Il menace aussi de nombreuses espèces d’animaux, dont des espèces endémiques et augmentera la précarité (déjà importante) de la petite paysannerie locale qui verra se multiplier par 25 ou 30 fois le prix des loyers sur la terre.

L’opposition au projet est importante chez les paysans, les maires de villages alentours (seul le maire de Le Cros semble favorable), les habitants, les militants écolo, la confédération paysanne, la LPO… Ces opposants ont un doute légitime sur la neutralité du garant de la commission nationale de débat public (création une concertation sur un projet aussi important sur seulement deux mois, choix de n’exposer que les arguments en faveur d’Arkolia et conférence de presse allant dans le sens du projet…).

Arkolia souhaite lancer un financement participatif et semble espérer amasser un pognon de dingue en profitant des différentes aides des collectivités locales et de l’Etat.

Ces derniers temps, beaucoup de projets de ce genre ont vu le jour autours des Causses et Cévennes comme la construction d’un méga-transformateur (qui serait la pièce maîtresse du développement des autres projets d’énergie verte) à Saint-Victor-et-Melvieu ou un parc éolien vers la Bastide Puylaurent. Ici aussi, de vives oppositions, allant jusqu’à la création de ZAD (Zones à Défendre) comme ultime recours. Avec cette nouvelle installation, cette fois ci dans le territoire des Causses et Cévennes, les opposants ont peur que tout le parc national des Cévennes soit en proie aux bourgeois rapaces, prêt à détruire toute forme de vie. Choisir le Larzac, s’est oser s’attaquer à un lieu symbolique du fait de son histoire de lutte paysanne contre l’agrandissement de la base militaire dans les années 70. Pour beaucoup, le choix de ce lieu pour établir une première centrale au cœur des Cévennes est une provocation.

En tant que communistes, nous soutenons les luttes contre ces projets imposés et injustes qui entraîneront que la paupérisation de la petite paysannerie et accroîtrons le changement climatique. Nous rappelons qu’il n’y a que par la révolution socialiste que nous pourrons mettre un terme à la tyrannie bourgeoise.

1 thought on “Attaque de la bourgeoisie sur les Causses et Cévennes”

  1. lulu de reilh dit :

    ok faut lutter!! Où se rendre pour vous rejoindre ? y-a t-il des events prévus? Courage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *