Menu

Philippines : Les travailleurs agricoles exigent la révocation du mandat d’arrêt sur Angie Ipong pour meutre

0 Comments


La Cause du Peuple partage le communiqué de l’UMA (organisation de travailleurs agricoles des Philippines) pour exiger la révocation du mandat d’arrêt sur Angie Ipong. Hands off Angi Ipong !

Ungung mg Manggagawa sa Agrikultura (UMA, organisation de travailleurs agricoles) a exigé aujourd’hui que le gouvernement philippin révoque le mandat d’arrêt sur Angie Ipong et enlève son nom d’une affaire de meurtre fabriqué intentée contre elle et plusieurs autres à Mindanao.

Angie est la spécialiste de l’agroécologie pour le bureau de Défense des droits et des Femmes de l’UMA. Le juge exécutif par intérim Lou A. Nueva du tribunal de première instance régional, branche 7, à Bayugan City, à Agusan del Sur, a signé le mandat d’arrêt le 6 juin 2018.

Le centre politique des travailleurs agricoles voit dans cette démarche un prélude du gouvernement Duterte à lancer davantage d’attaques contre des organisations progressistes du peuple telles que l’UMA. Récemment, il a été signalé que le bureau de la CEC-Kalikasan avait failli faire l’objet d’une descente de police dans la nuit du 19 au 19 septembre, mais qu’elle avait été annulée parce qu’elle avait rapidement été rendue publique.

Ce n’est pas la première fois que Mme Ipong est accusée d’infractions forgées de toutes pièces. En fait, elle a été libérée de la prison de la ville de Pagadian le 17 février 2011 parce que le tribunal a rejeté toutes les accusations portées contre elle pour manque de preuves. Elle a également passé 6 ans en prison sur des affaires fabriquées d’incendie criminel et de meurtre.

Tout d’abord arrêtée le 8 mars 2005 par des hommes armés qui se sont identifiés comme membres du groupe de recherche et d’enquête criminelles de la police, elle avait disparu pendant 14 jours et avait été soumise à des sévices sexuels et à des actes de torture. Elle avait 61 ans à cette époque.

Elle a écrit deux livres sur sa vie derrière les barreaux. Le premier était son journal intime et des lettres appelées Garden Behind Bars, et le second était intitulé Une rose rouge pour Andrea: Ecrits de Prison.

En tant qu’experte en agro-écologie auprès du Bureau de la Défense des droits et des Femmes de l’UMA, elle a consacré son énergie et son temps à la promotion de l’agro-écologie et à une véritable réforme agraire, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Cela comprenait des zones de bungkalan, comme dans certaines parties de l’Hacienda Luisita.

Un livre a été écrit à ce sujet, intitulé Bungkalan: Ang Karanasan ng mga Manggagawang-bukid ng Hacienda Luisita sa Organikong Pagsasaka à Pakikibaka pour un Tunay na Reporma un Lupa (Manwal sa Organikong Pagsasaka).

Ce livre a été promu dans de nombreuses régions du pays, y compris dans les écoles, les librairies et autres.

Angie a également parlé de La reprise de la terre par les femmes: l’histoire d’une travailleuse agricole à la 62ème session de la Commission sur la condition de la femme des Nations Unies. Cela s’est déroulé à New York du 11 au 17 mars 2018.

Elle a également été présentée dans CNN Philippines Life – 4 femmes qui changent l’agriculture philippine le 15 mars 2018.

Encore une fois, l’UMA réitère sa demande de révoquer le nom d’Angie du le mandat d’arrêt et de le retirer de la liste pour meurtre. Dans le même temps, nous ne sommes pas effrayés par cette dernière manifestation de répression du régime Duterte. Le président devrait apprendre de son idole, le regretté dictateur Marcos, que la répression engendre la résistance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *