Paris : lancement du livre “La Société Philippine et la Révolution”



Nous partageons cet article traduit depuis Redspark. La Cause du Peuple était présente à cet événement pour le suivre au nom des actualités révolutionnaires de l’Etat français.

Le samedi 14 décembre, le Collectif Redspark a organisé à Paris le lancement de la première édition française de La Société Philippine et la Révolution (PSR). Malgré la grève générale la plus étendue et la plus militante des transports publics depuis plus de deux décennies, une trentaine de personnes ont assisté à l’événement intitulé : “Ce que le PSR peut apporter au mouvement révolutionnaire français.”

La conférence a débuté par un message de l’auteur du PSR et membre fondateur du Parti communiste des Philippines, le professeur Jose Maria Sison, qui a adressé ses salutations aux participants et aux panélistes de l’événement, ainsi qu’à Soleil Rouge, la maison d’édition qui a publié le PSR en français. Il a poursuivi en disant que son livre, publié à l’origine en 1969, décrit des contradictions qui “ont peut-être changé depuis la dictature sanglante de Marcos ” mais qui “sont restées d’une pertinence critique des régimes plus “libéraux” à l’actuel de Duterte”.

Le premier orateur était le camarade Luis Jalandoni, qui a décrit comment le PSR a changé sa vie, et l’a amené à passer du statut de prêtre à celui de leader d’un mouvement révolutionnaire – et comment l’étude du PSR avec les paysans qu’il organisait a conduit à leur compréhension que leur condition n’était pas le résultat d’un mandat de Dieu, mais le résultat de l’oppression de classe. Il a conclu son exposé en disant que “le rôle du PSR est reconnu, profondément apprécié et continue à être développé comme une arme puissante de la Révolution philippine”.

La séance de questions et réponses qui a suivi l’exposé du camarade Jalandoni a été animée, avec des discussions telles que la manière dont le PSR, qui analyse l’occupation des Philippines par l’impérialisme américain et japonais, peut servir d’outil pour analyser aujourd’hui l’occupation des mers des Philippines par l’impérialisme chinois. Certains ont également posé des questions contestant la nécessité de la lutte armée aux Philippines. Le camarade Jalandoni a répondu en réaffirmant que le Parti communiste des Philippines a toujours accueilli favorablement la possibilité de pourparlers de paix et de cessez-le-feu temporaires à condition que les accords que le GRP (gouvernement des Philippines) a signés dans les années 1990 soient respectés. Il a également donné l’exemple de la NPA qui aide les paysans à repousser les accapareurs de terres armés et à négocier avec les propriétaires terriens des conditions moins abusives pour les métayers.

La deuxième partie de l’événement a commencé avec le camarade Christophe Kistler qui a parlé au nom du Collectif Redspark sur l’importance d’étudier le PSR. Il a commencé par dire que le PSR “est tellement important que lors de la publication des Œuvres choisies du professeur Sison, il a été intentionnellement exclu des 18 volumes, parce que l’éditeur pensait que toute personne intéressée par les Œuvres choisies aurait déjà le PSR, et que même si ce n’était pas le cas, il fallait en posséder un pour pouvoir l’emporter et l’étudier en toutes circonstances”.

Le camarade Kistler poursuit en comparant l’influence et le rôle unificateur du PSR à celui qu’a joué en Russie l’ouvrage de Lénine intitulé Que faire ? Il conclut en discutant comment une étude perspicace de cette œuvre peut aider le mouvement révolutionnaire français, en particulier à rompre avec la tendance mouvementiste qui l’immobilise.

La camarade Bérénice Bocquet, éditrice à Soleil Rouge, a conclu l’événement en évoquant l’histoire de l’édition indépendante en France et le rôle que les maoïstes y ont joué. “Les maoïstes n’ont jamais eu leur propre maison d’édition. Ils ont été publiés par d’autres éditeurs alternatifs ou controversés comme Maspero. Aujourd’hui, ce vide est rempli par les Editions Soleil Rouge.” Le camarade Bocquet a révélé une partie du prochain catalogue 2020, y compris le début de la publication des Œuvres choisies du camarade Pierre, et La Nécessité Communiste de J. Moufawad-Paul.

L’événement s’est terminé après quatre heures de discussions intenses et de questions-réponses. Ensuite, les camarades Jalandoni et Kistler ont été interviewés par un journaliste de PTV, la télévision d’Etat des Philippines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *