Équateur : un militant populaire arrêté par l’État réactionnaire accusé de “terrorisme”



Traduction d’A Nova Democracia.

Cristian Montero, un activiste politique, a été arrêté par la police équatorienne, selon un communiqué du Front de lutte pour la défense du peuple (FLDP) de l’Équateur. L’activiste a été accusé de rébellion, de paralysie des services publics et de terrorisme, entre autres choses. En réalité, il participe à la lutte contre les grandes compagnies minières qui expulsent les paysans à l’intérieur du pays.

“La stratégie de l’ennemi est claire, c’est-à-dire que le vieil Etat représenté par le gouvernement de quart, les Forces armées et la police, entendent démobiliser le mouvement ouvrier, et surtout les organisations paysannes qui se sont avérées, sous la direction du prolétariat, le muscle transformant de cette vieille société semi-feudale et semi-coloniale”, commence la déclaration des militants du FLDP, qui dénoncent l’arrestation.

“La stratégie du régime, continuent-ils, est également basée sur l’acquisition d’armes et d’autres équipements militaires pour compromettre directement les Forces armées dans la répression du peuple ; en plus de cela, ils ont déployé tout un contingent de surveillance qui cherche à recueillir des informations sur les éléments conscients de la classe et du peuple afin de procéder à leur neutralisation. Toute cette campagne n’a qu’un seul objectif : donner libre cours aux mesures du FMI auxquelles le régime n’a pas renoncé, malgré le soulèvement populaire d’octobre”.

A lire également : https://anovademocracia.com.br/noticias/12616-equador-apos-levante-de-massas-repressao-gasta-milhoes-em-equipamentos

“Le prolétariat, les paysans pauvres et le peuple équatorien exigent du régime de capitulation, de marionnettes, de famine et de répression de Moreno la libération immédiate du camarade Cristian Montero ; qu’ils ne croient pas qu’avec cette campagne de persécution et d’emprisonnement des combattants populaires ils arrêteront le tourbillon révolutionnaire du peuple qui est déterminé à affronter ses ennemis à tous les niveaux”, ajoutent les révolutionnaires.

“Que le régime comprenne bien : la répression ne fait qu’alimenter la protestation populaire croissante et déterminée. Que le régime ne croie pas qu’il trouvera le peuple et les paysans pauvres armés d’affiches, de casseroles, de sifflets, de tambours et de chants tristes ; il se heurtera à une force populaire dotée d’une direction prolétarienne correcte, ferme et déterminée, prête à utiliser la violence révolutionnaire pour mettre fin à la campagne répressive du gouvernement et aux politiques économiques qui vont à l’encontre de la souveraineté nationale et attaquent l’économie du peuple “, conclut le FDLP.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *