Meurtre de Cédric : Le Point et la bourgeoisie toujours plus ignoble.



Les meurtres et crimes policiers sont toujours présentés par la bourgeoisie comme une exception dramatique, qui ne peut arriver qu’à ceux qui sont en tort aux yeux de l’Etat Bourgeois. Le but est simple ; casser la solidarité de classe. Faire croire aux prolétaires que la victime n’était pas honnête, ne mérite pas de compassion. Mais également inspirer la crainte, faire en sorte que la peur s’empare des prolétaires qui oseraient transgresser la loi.

Car c’est bien de ça qu’il s’agit. L’Etat Français bascule, toute illusion démocratique disparaît. Cédric, livreur, ouvrier et père de cinq enfants est assassiné par les flics, probablement pour avoir eu l’audace de ne pas se comporter comme une serpillière lorsque ceux-ci sont venus l’emmerder. Pour un mauvais regard, on peut donc mourir en France ?

Dans cette affaire, le comportement des flics est ignoble, le comportement de la justice le sera aussi. Mais celui de la presse l’est également. Alors que la chienne de garde Léa Salamé interview Carlos Ghosn en le faisant passer pour un héros de la liberté, Le Point révèle que Cédric devait 40 000 euros d’amende au fisc, et que, finalement, Cédric était un homme malhonnête, quasiment mafieux, et que sa peur de se faire chopper l’aurait poussé  des provocations obligeant les flics à se défendre.

Le métier de livreur expose en effet à de nombreuses amendes. Le patronat de la restauration refuse de prendre en charge les retraites et le chômage des livreurs, alors évidemment, les amendes, rendues obligatoires par les méthodes de livraison ne sont pas compensés… 40 000€, pour un livreur à temps plein trois années complète de salaire ! Evidemment que Cédric n’allait pas les payer.

Mais aux yeux du Point, c’est anormal. Le Journal ne met ni en cause la responsabilité du patronat dans les sommes en jeux, ni des flics dans sa mort.

Ce journal est une honte, son existence est un crachat au visage du prolétariat.

Comme pour chaque crime, les masses réclament justice. Seule la violence face à l’ennemie de classe peut l’apporter.

Aux révolutionnaires de construire la justice populaire !

1 thought on “Meurtre de Cédric : Le Point et la bourgeoisie toujours plus ignoble.”

  1. chacun reste à sa place trop hypocrite ,lâche de leurs conséquences .!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *