Marseille : Les Municipales – une vraie symphonie de casseroles.



Les municipales approchent petit à petit dans la cité phocéenne. Bien que les jeux politiques des municipales soient toujours de grands moments d’hypocrisie dans toute la France, à Marseille cela prend des ampleurs presque comédiques.

Pour reprendre la phrase de Massilia Sound System «Ma ville tremble, ma ville est malade de Bonneveine jusqu’aux Aygalades». Marseille souffre depuis toujours de la corruption qui coule dans toutes les institutions étatiques de la ville et notamment la mairie et le conseil départemental. Sur la mairie règne le roi Gaudin (LR) depuis 1995 c’est-à-dire depuis 25 ans. Il y a installé son réseau mafieux, un microcosme de politiciens qui se gavent sur l’argent publique depuis des années et préservent leur place au sein du pouvoir par différentes méthodes acrobatiques. Durant ces années à Marseille on a eu l’approfondissement d’un problème général du logement insalubre et indigne qui a fait 8 morts à la rue d’Aubagne l’année dernière et qui continue de faire des centaines de délogés. Durant le règne de Gaudin nous avons eu l’amplification de projets majeurs de gentrifications comme à la Joliette, La Plaine, La Belle de Mai etc. On peut parler du trafic de drogue devenu une base dans les quartiers à Marseille, les nombreux assassinats de jeunes dans les quartiers par la BAC (comme celui de Mehdi il y a quelques jours), la répression des manifestations etc.

Mais Jean Claude devient trop vieux pour continuer sa carrière de criminel à col blanc et doit bientôt laisser sa place aux nouveaux chacals. Dans la liste des chacals on retrouve la star des panneaux d’affichage depuis 2 mois à Marseille – la candidate à la mairie Martine Vassal (LR), actuelle présidente du conseil départemental des Bouches du Rhône. Pourquoi tant d’affiches de Martine partout dans la ville qui semblent ne jamais disparaitre ? Et bien il se trouve que Mme Vassal a profité de son poste pour donner consigne aux employés municipaux de coller ses affiches tous les matins en faisant leur boulot d’entretien avec différents encouragements financiers.

Mais bon ce n’est pas grave vu qu’on adore voir notre Martine surtout après son refus de longue date de reconnaitre le statut de mineur de dizaines de jeunes migrants mineurs isolés de Saint Juste et donc un refus de leur attribuer un logement un toit et une scolarisation, des droits fondamentaux des enfants.

Pour bien montrer son côté populaire durant sa campagne Martine est passé au Petit Nice (un bar pourtant sensé être fermé vu que l’immeuble est en danger d’écroulement et pourtant miraculeusement ouvert) pour soutenir son poulain Agresti en conférence de presse. Et quand des travailleuses qui prenaient leur repas du midi dehors l’ont appérçu et ont voulu l’interpeller sur différentes questions, elle a appellé la BAC qui est apparu en quelques secondes pour sauver Martine d’un couteau suisse fermé dans le sac d’une femme. Martine a crié à la tentative d’assassinat et a porté plainte contre la femme en question.

Elle a récemment aussi déclaré que le problème du logement à Marseille n’était qu’un problème du privé et non de la mairie. On comprend mieux le sérieux de notre candidate Vassal et la logique qui l’as amené à inscrire dans son programme la création du poste de «Manager du Centre-Ville».

Dans la longue liste des chacals on retrouve un vieux loup à la tête de liste de LREM – Yvon Berland, ancien président de l’Université d’Aix-Marseille qui similairement à Gaudin avait installé un petit entre soit de politiciens à la tête de l’université pendant plus de 15 ans. On le connait bien dans les mobilisations étudiantes comme un vrai réactionnaire à l’avant-garde des réformes libérales qui restreignent l’accès à la fac aux enfants d’ouvriers et de pauvres comme les réformes LRU, Fioraso, Belkacem ou Parcoursup. Un bon vieux technocrate opportuniste comme on les aime avec un penchant à envoyer des CRS tabasser des étudiants et des lycéens.

Stéphane Ravier, le candidat du RN qui a de nombreuses reprises a fait des remarques islamophobes, sexistes et racistes ouvertement en conseil municipal. Soutien depuis longtemps des groupuscules d’extrême droite comme le Bastion Social mais aussi un grand ami de Éric Zemmour. Son grand projet c’est de lutter contre « l’islamisation » de la Marseille. Un parano fasciste comme on les connait. D’ailleurs c’est bien nauséabond que le RN ose se présenter à Marseille une ville multiculturelle, une ville du vivre ensemble, une ville construite sur l’immigration surtout après le meurtre de Ibrahim Ali un jeune comorien tué en 1995 par des militants du Front National.

Finalement il y a la liste de l’union de la gauche réunissant PCF, PS, une partie des écologistes et une bonne partie des militants de carrière à Marseille qui se présentent sous le noms de « Printemps Marseillais » donnant une image d’espoir à la ville mais pourtant restant une liste composé de politiciens et opportunistes totalement décroché des réalités de quartiers de Marseille.

Tout le monde est occupé à promettre la lune et le ciel pour quémander des voix mais pourtant quand tout sera fini la misère à Marseille n’aura pas bougé d’un centimètre. Personne croit à ce spectacle car les gens ne sont pas dupes.

1 thought on “Marseille : Les Municipales – une vraie symphonie de casseroles.”

  1. COMAGUER dit :

    Pour ajouter à la confusion de l’électeur (souvent accompagné de dégoût ) se présentent à cette élection pas moins de 67 listes soit en moyenne 8 listes par secteur (application de la loi PLM) et que les arrangements qui auront inévitablement lieu entre les deux tours se feront en vase clos sans que la population ait son mot à dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *