Menu

La Nouvelle Armée Populaire dirigée par le CPP prend les devants contre la propagation du COVID-19

0 Comments


Aux Phillipines, l’épidémie de Covid-19 touche les masses et se développe de manière exponentielle. Les révolutionnaires en font un enjeu de leur pratique militante et élaborent des tactiques contre l’épidémie. Chaque lecteur doit s’inspirer de ces pratiques, ici, et lutter contre l’épidémie et mener la lutte des classes dans les conditions concrètes de l’Etat Français.

Voici une interwiew menée par nos camarades de Redspark et traduit par nos soins.

Lucena City : « La New People’s Army (NPA) n’a pas besoin d’un cessez-le-feu avec le gouvernement pour aider le peuple philippin à lutter contre la propagation du coronavirus », déclare le Parti Communiste des Philippines.

« Cessez-le feu ou pas, les combattants rouges de la NPA ont déjà reçu l’ordre de redoubler d’efforts pour apporter des services sociaux, économiques, médicaux et de santé publique au peuple », a affirmé le CPP dans un communiqué.

Dans le cadre des opérations militaires continues, le CPP a conseillé à toutes les unités de la NPA du pays de « rester en alerte, malgré la déclaration de cessez-le-feu de Duterte. »

« Elles doivent rester en défense active et se tenir prêtes à livrer bataille contre les unités de l’AFP (Armed Forces of the Philippines) et du PNP (Philippine National Police) qui persistent à conduire des opérations offensives ou des activités de répression contre le peuple. »

Le CPP a souligné qu’il pourrait émettre sa déclaration unilatérale de cessez-le-feu en temps voulu « quand les conditions et les négociations le justifieront. ».

Mercredi dernier, Malacañang avait annoncé que le président Duterte avait déclaré un cessez-le-feu avec les rebelles communistes, Luzon ayant été placée sous quarantaine communautaire forcée pour lutter contre le COVID-19. Le CPP a annoncé donner des directives à toutes les forces révolutionnaires pour porter une campagne de masse ainsi que des mesures complètes et étendues dans le temps pour ralentir le virus.

« Les combattants rouges et le peuple coordonnent leurs efforts pour empêcher la propagation du COVID-19 dans leurs zones », a indiqué le Parti.

Le CPP prévient que le cessez-le-feu du gouvernement peut être utilisé pour rendre disponible davantage de soldats pour renforcer le confinement militaire de la capitale nationale et du reste de Luzon. Le CPP a donc ordonné à la NPA et à toutes les forces révolutionnaires de surveiller chaque mouvement des forces gouvernementales dans leurs territoires respectifs.

Redspark, 20 mars 2020

Ajoutons à cet article une déclaration complète du CPP sur la situation aux Philippines :

« Face à la pandémie de coronavirus (Covid)-19 et à la menace d’une propagation rapide de l’épidémie au sein du peuple philippin, le Parti communiste des Philippines (CPP) appelle le peuple philippin et toutes ses forces révolutionnaires à se mobiliser, s’organiser et agir collectivement pour répondre à l’urgence sanitaire émergente. Cette réponse doit être organisée et dirigée par les organes du pouvoir politique comprenant le gouvernement démocratique du peuple (PDG), basé principalement sur les comités de village révolutionnaires et les organisations de masse dans les zones de guérilla, ainsi que par les organisations révolutionnaires sous l’égide du Front démocratique national des Philippines (NDFP). La réponse collective du peuple doit être à la fois étendue et globale. Toutes les ressources possibles doivent être mobilisées et orientées vers le soutien de la réponse collective du peuple à la menace d’une épidémie de Covid-19. Le parti appelle toutes les agences du PDG et du NDFP à activer et à renforcer les comités de santé villageois existants et à créer des milliers d’autres comités de santé dans les usines et les communautés. Ces comités, composés d’agents de santé locaux et de bénévoles, doivent aider à organiser la réponse collective de la population.

Les comités de santé doivent mener l’étude et la sensibilisation sur le Covid-19 afin d’encourager une réponse collective de la population. Ils doivent s’efforcer de mobiliser les larges masses dans des campagnes visant à prévenir la propagation de la maladie par des campagnes d’assainissement et de nettoyage communautaire, ainsi qu’à encourager l’hygiène personnelle. Ils peuvent faciliter la distribution gratuite de masques faciaux, d’alcool, de savon et d’autres produits de nettoyage. Ils peuvent mobiliser les gens à produire des masques faciaux en utilisant d’autres matériaux alternatifs possibles. Ils peuvent contribuer à répandre l’utilisation de la phytothérapie pour aider à renforcer la résistance des gens à des souches de coronavirus similaires. En outre, les comités de santé des travailleurs en usine doivent faire pression pour que d’autres mesures pratiques de santé et de sécurité soient prises, telles que la fourniture gratuite de kits médicaux et d’hygiène aux travailleurs, et d’autres mesures visant à améliorer les conditions de travail et à les rendre moins vulnérables à la transmission facile d’agents pathogènes. Les comités de santé des pauvres des villes doivent faire pression pour un ramassage des ordures plus efficace, l’accès à l’eau potable, ainsi que la distribution gratuite de kits de santé et de systèmes d’assainissement.

Le parti appelle à un front humanitaire uni de toutes les forces démocratiques pour aider à mobiliser toutes les ressources possibles afin d’étendre le plus large soutien aux actions des gens contre la menace d’une épidémie de Covid-19. Le parti appelle toutes les entreprises, des grands capitalistes aux petits entrepreneurs, ainsi que les agences et organisations humanitaires internationales, à étendre toutes les formes de soutien, y compris la fourniture de masques faciaux, d’alcool et de kits de dépistage, pour aider les comités de santé du peuple et les organisations populaires locales à assurer le succès de la réponse collective du peuple. Le parti appelle au renforcement des organisations démocratiques d’infirmières et de médecins, et de professionnels de la santé pour assurer leur bien-être dans un contexte de menaces graves pour leur vie, alors qu’ils sont en première ligne dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19. Il demande une augmentation des allocations pour la santé publique afin de garantir des fonds pour l’augmentation des salaires, l’amélioration des installations médicales et la recherche scientifique. Ils doivent s’opposer au soutien politique de l’État aux services de santé à but lucratif et au tourisme médical. Ils doivent exiger le renforcement des hôpitaux publics et arrêter la politique de commercialisation où la génération de profits est placée au centre de leurs opérations. Le parti appelle également à renforcer davantage la recherche scientifique afin de développer des kits de test et des vaccins et antiviraux. En même temps, il faut approfondir l’étude et la compréhension des liens entre l’émergence du Covid-19 et d’autres épidémies virales récentes et les pratiques de l’agriculture des grands capitalistes. Le parti demande à toutes les unités de la Nouvelle armée populaire (NPA), à ses médecins et à ses combattants rouges, d’aider le peuple et ses comités de santé dans la campagne de mobilisation de masse contre le Covid-19. Les unités de la NPA peuvent guider les comités de santé locaux dans leurs efforts pour élaborer un plan de réponse collective. Ses combattants rouges peuvent contribuer aux campagnes d’assainissement et de nettoyage dans les villages situés autour des zones d’opération des unités du NPA.

Au lieu d’apporter une réponse organisée à la menace Covid-19, le régime Duterte a eu recours à un verrouillage qui cause de nouvelles et graves difficultés économiques à la population, sans prévoir aucune assurance financière pendant cette période d’un mois. Ces mesures ont déjà provoqué de vastes perturbations de l’activité économique et commerciale. De nombreuses personnes observent que si le verrouillage persiste obstinément pendant un mois, il est probable qu’il y aura plus de personnes qui mourront de faim que de maladie. Les postes de contrôle militaires et policiers de la région de la capitale nationale et d’autres provinces où l’on prend la température des gens et qui ont empêché les gens de se rendre sur leur lieu de travail, ou de chercher du travail, frisent la stupidité. Non seulement ils sont inutiles, mais ils engendrent le chaos et créent des conditions propices à la transmission facile des maladies. Ce dont les gens ont besoin, ce sont des centres de dépistage et non des postes de contrôle.

Le verrouillage et les points de contrôle font partie de la solution standard de la loi martiale de Duterte. Il dissimule son incapacité à assurer ne serait-ce que l’approvisionnement de base en masques faciaux, en alcool et en nombre suffisant de kits de test. Connaissant la gravité de la maladie, les Philippins sont faciles à convaincre de se faire tester dès qu’ils remarquent des symptômes. Duterte, cependant, est obsédé par l’idée d’imposer sa volonté, même en matière de santé publique, même si cela provoque des bouleversements à grande échelle. Le blocage dissimule également la façon dont le régime Duterte a réduit de moitié le budget 2020 du programme d’épidémiologie et de surveillance (de 262,9 millions de pesos à 115,5 millions de pesos), ce qui limite sérieusement la capacité du ministère de la santé à gérer l’apparition de maladies. Il occulte le grave état des infrastructures de santé publique du pays, caractérisé par des installations délabrées et un grave manque de financement des hôpitaux publics par l’État. L’incapacité du régime Duterte à apporter une réponse correcte à la crise de santé publique émergente (par la mise en place de mesures médicales et sociales et non pas militaires et policières) expose complètement les fondements pourris du système économique philippin au pouvoir.

La menace de l’épidémie de Covid-19 a aggravé les graves conditions de santé publique du peuple philippin. L’année dernière, il y a eu plus de 150 000 cas de dengue dont au moins 650 sont morts. Il y a aussi le grave problème de la tuberculose et d’autres maladies contrôlables et traitables. Ces maladies sont la conséquence des conditions sociales misérables et de l’abandon par l’État de la santé de la population. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *