Camarade, l’époque est à l’optimisme !



L’idéologie, c’est à dire la conception du monde, est la base de tout processus révolutionnaire. Elle permet d’appréhender le monde, de le comprendre, elle est l’épée dont on se saisit pour changer le monde. L’idéologie du prolétariat, le marxisme et ses continuateurs, permet tout cela. Ne pas vouloir parler d’idéologie pour « ne pas diviser » est une position de classe propre à une pensée petite bourgeoise car l’accepter signifierait tout remettre en jeu.


Les sociétés capitalistes des États impérialistes ont la particularité d’avoir une couche petite bourgeoise nombreuse et très représentée voire dominante dans certains secteurs. Ce n’est pas une classe mais une couche intermédiaire apparue avec le développement du capitalisme. La petite-bourgeoisie est prise entre deux feux, entre le prolétariat et la bourgeoisie. Dans les milieux où elle est majoritaire, comme à l’université, elle se fait le plus grand relais de l’idéologie bourgeoise. Avec la crise finale du capitalisme, elle va de plus en plus se faire broyer entre ces deux lames implacables. Elle se sait condamnée, elle n’est pas de la bourgeoisie, et ne veut surtout pas rejoindre le prolétariat. C’est cette petite-bourgeoisie qui véhicule toutes les idées anti-marxistes, le post-modernisme, le dé-constructivisme, tout est bon pour nier la réalité, sa réalité matérielle, de couche sociale qui est condamnée par l’histoire. Elle véhicule le discours anti-idéologique, et tout le discours des “identités politiques”. Ultra-individualisme, subjectivisme, libéralisme sont les traits communs à la forme que l’idéologie bourgeoise prend quand elle s’incarne dans la petite bourgeoisie. En substance chacun fait ce qu’il veut, chacun trouve sa fantaisie (et supposément sa libération!) dans son identité. La petite bourgeoisie n’est pas une classe, elle est atomisée en mille morceaux et ne peut donc développer une idéologie propre.


Toute cette pensée petite-bourgeoise est très forte dans ce qu’on appelle « l’extrême gauche » qui n’est souvent en fin de compte que la partie radicalisée de la petite-bourgeoisie. L’idée la plus répandue et la plus importante au sein de cette « extrême-gauche » est la négation de la nécessité du pouvoir, surtout ne pas toucher aux structures car cela pourrait peut-être amener à une nouvelle dictature. Effectivement, la dictature du prolétariat signifiera la disparition de ces couches lovées dans les recoins chauds de l’impérialisme. De cela découle le refus de l’organisation au nom du risque de perdre sa liberté chérie. C’est pour cela que le communisme fait peur à ces couches sociales.


L’influence de la petite bourgeoisie a pu prendre une telle importance car le mouvement ouvrier a été détruit, par le révisionnisme principalement, qui a permis le sabotage par les « nouveaux philosophes », les travaux anti-communistes de Michel Foucault et la « french theory » (cela ne s’invente pas) de personnes comme Derrida. D’un côté ils ont attaqué puissamment le mouvement communiste avec « l’anti-totalitarisme » et de l’autre ont retiré du Marxisme sa substance révolutionnaire. Le Marxisme, principalement, c’est le Manifeste du Parti communiste, c’est à dire la nécessité de forger un Parti Communiste et de manier la violence révolutionnaire pour conquérir le pouvoir.


L’histoire est implacable et tout cela est entrain de s’écrouler violemment car tout se reconstruit et décante. La petite bourgeoise peut devenir révolutionnaire si elle accepte de se mettre à la remorque du prolétariat et pas l’inverse. Avec la crise de l’opportunisme, du révisionnisme et de la social-démocratie, tous ces courants s’écroulent et rejoignent les poubelles de l’histoire. La nouvelle ère de lutte des classes marque une nouvelle offensive de la révolution mondiale, les idées bourgeoises dominant la petites bourgeoisie vont imploser car une partie va rejoindre le prolétariat, une autre la réaction et une autre plus grande encore va se taire et se terrer.


L’Amérique Latine est en train de s’enflammer, partout la guerre révolutionnaire va se développer dialectiquement face à l’agression impérialiste, partout les partis se forgent idéologiquement et pratiquement. L’Asie fait également face à des mouvements révolutionnaires de grande ampleur, qui ne cessent de se développer et de gagner l’adhésion des masses populaires.

Cette époque est décidément une époque plus qu’optimiste objectivement. C’est l’idéologie du prolétariat qui fait comprendre la totalité du phénomène révolutionnaire et qui nous donne cet optimisme. Le subjectivisme de la petite bourgeoisie ne peut voir notre époque que comme un enfer car elle ne peut la comprendre. Elle voit les « gauches sud américaines » (Lula, Chavez et tant d’autres opportunistes) et le niveau culturel général s’effondrer, le fascisme croître, en somme le vieux monde encore pacifié s’écrouler. Nous, nous disons tant mieux ! Il n’y a plus de place pour les trompes l’œil et les artifices, la réalité brute est nécessaire pour construire la révolution. L’optimisme n’est pas donc un « état d’esprit » mais une réalité matérielle.


Nous ne nions pas que des millions de prolétaires vivent dans l’insécurité du lendemain. Avec l’actuelle crise sanitaire, cette insécurité va devenir encore plus forte car la crise économique va jeter dans la misère des centaines de milliers de femmes et d’hommes, et ce jusque dans les États impérialistes. Nos conditions d’existence psychologiques et économiques vont se rapprocher de plus en plus de nos frères et sœurs du tiers monde. Ce malaise déjà présent se retrouve dans la sur-consommation de médicaments psychotropes, de drogues de plus en plus « démocratisées » comme le cannabis et la cocaïne en explosion chez les jeunes, et de toute sorte de fuite en avant pour accepter l’absurdité du mode de production capitaliste qui nous réduit à des esclaves au service du profit. Des esclaves, en plus, qui doivent payer leur nourriture, leur toit, leur éducation, bref leur reproduction. Cette tendance dépressive va s’accentuer toujours plus fortement dans les années à venir avec le nihilisme de la marchandise, celui de la petite bourgeoisie coincée entre la bourgeoisie et le prolétariat et qui croit pouvoir survivre.


Heureusement la réalité vient mettre de l’ordre dans tout cela. L’irruption des Gilets Jaunes, avec certes toutes leurs contradictions, est venue nous rappeler que l’oppression génère toujours de la résistance. Que demandent au fond les Gilets Jaunes si ce n’est de pouvoir vivre dignement de leur travail, d’avoir un État fort qui garantit leur existence mais en même temps qui les laisse tranquilles plutôt que de toujours se servir sur les mêmes pour donner aux riches ? Qu’est ce donc, si ce n’est au fond un besoin de l’Etat socialiste à construire sur les cendres du vieil Etat bourgeois ?


Bien sur que le fascisme est présent et se développe avec son espoir de faire marcher la roue de l’histoire en arrière, de retrouver les grandes gloires nationales et tout le reste. Mais il n’y aura pas de retour en arrière, le capitalisme continuera sa course jusqu’à notre auto-destruction. Les puissances impérialistes dirigées par les monopoles vont devenir de plus en plus agressives, elles ont besoin de plus de marchés pour écouler le surplus titanesque de capitaux. Et vu que la Terre est un monde clos alors il y aura la guerre… ou la révolution ! Si guerre il y a, la révolution suivra. Cette loi s’est par deux fois vérifiée, lors des deux guerres mondiales. Mais nous devons lutter pour que la révolution triomphe avant l’usage des stocks inépuisables d’armes que chaque État impérialiste accumule consciemment. Toutes ces tensions créent ici même les conditions de la révolution prolétarienne.


Face à cette instabilité, à ce désespoir, à ce cauchemar d’un avenir bouché, il n’y a qu’un seul salut, celui de rejoindre les rangs de la révolution, de devenir un Camarade. Il n’y a pas dix voies vers la Révolution mais une seule. Rien d’autre n’a de vrais sens aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *