Un camarade tabassé par les flics racistes



Dans les quartiers populaires, les flics violents et racistes sont protégés depuis longtemps par leur hiérarchie, font régner l’ordre bourgeois à coup de matraque et de tazer.

Si sur les plages bourgeoises et pour les riches, le confinement, c’est les vacances, chez les pauvres, c’est différent. Voilà le communiqué de Fransa Potası :

Le 19 mars, notre camarade, réfugié politique de Turquie, a été arrêté et torturé par la police.

Il était allé chercher sa voiture lorsque la police lui a demandé l’attestation de déplacement dérogatoire.

Parce-qu’il manquait une date sur son attestation, la police l’a tabassé, torturé et envoyé à l’hôpital, le faisant attendre pendant des heures avec les malades du coronavirus. Notre camarade toussait pendant la garde à vue suite aux coups qu’il a reçu dans les côtes mais ne présente aucun symptôme du virus. De plus, après lui avoir demandé avec insistance son pays d’origine, la police lui a rétorqué: « tu n’as qu’à retourner dans ton pays si ça ne te plaît pas ».

Nous dénonçons: 1) la violence policière; 2) le racisme (à l’origine des violences policières); 3) la mise en danger inconsciente ou délibérée de notre camarade forcé à attendre des heures durant parmi les patient.e.s touché.e.s par le coronavirus; 4) l’encombrement inutile des services de santé déjà insuffisants.


Camarades, ami.e.s, nous avons besoin d’avocats et de conseils juridiques.

Merci d’écrire à cette page pour tout contact/conseils et de diffuser autant que possible!
Par ailleurs si quelqu’un a été témoin ou a pu filmer la scène, hier soir aux alentours de 15 heures en Station Auchan à Sarcelles merci de nous contacter!

Solidairement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *