Témoignage : aux Phillippines, une situation sociale catastrophique



Sans un secours efficace et régulier, la famine et la morbidité de masse pourraient toucher 420 000 personnes, frappées par la récession due au Covid-19. L’association “Migrante international” met en garde.

Même avant l’apparition du COVID-19, tous les signes annonçaient déjà un ralentissement économique mondial. Alors que la plupart des activités mondiales sont au point mort, le Fonds Monétaire International a déclaré une récession mondiale qui devrait causer des dommages durables, car les vagues de faillites et de restrictions budgétaires laissent de nombreuses personnes dans le désespoir. Les pays pauvres, comme les Philippines, sont parmi les plus durement touchés par la paralysie économique. Plus de 420 000 personnes devraient retourner aux Philippines dans les prochains mois et environ 5 milliards de dollars US de transferts de fonds par an devraient s’éteindre dans son sillage.

Pour aggraver les choses, le régime Duterte n’a pas établi de plan global pour faire face aux effets immédiats et à long terme de la crise sur les TPE. L’aide en espèces de 200 dollars US promise, annoncée le mois dernier par le secrétaire au travail Silvestre Bello III, est déjà entachée de tensions après que les responsables de la POLO et de l’OWWA à Riyad aient chassé les TPE en détresse, tandis que de nombreuses autres ont été contraintes de tirer au sort des denrées alimentaires distribuées de manière chaotique par le personnel des ambassades. Pendant ce temps, les familles d’OFW de retour chez elles sont troublées par le retard des secours gouvernementaux, la brutalité policière et l’ordre de tuer de Duterte.

Les divagations du président Duterte tard dans la nuit contre les critiques ne rassurent pas les OFW. Il ne fait que gaspiller le temps d’antenne de la télévision en paroles oiseuses, au détriment de l’argent des contribuables. Alors que la crise s’aggrave encore, le Programme d’exportation de main-d’œuvre du régime Duterte ne peut plus sauver une économie qui a systématiquement cimenté sa vulnérabilité aux chocs extérieurs. Le LEP de Duterte est voué à l’échec puisqu’il renonce au progrès économique sur le front intérieur par l’industrialisation nationale et un véritable développement agraire. Elle a rendu l’économie fortement dépendante des envois de fonds en dollars pour soutenir la consommation, car les travailleurs locaux sont accablés par des salaires d’esclaves et un pouvoir d’achat déprimé.

Le chômage aux Philippines va s’aggraver avec le retour attendu de 420 000 travailleurs étrangers temporaires. Sans aide sociale, une famine de masse attend les TPE déplacés qui supporteront tout le poids du blocage paralysant de Duterte. Se contenter de dire aux gens de rester chez eux sans tests et traitements de masse gratuits ne permettra jamais d’arrêter la pandémie. D’autant plus qu’il y a des pénuries alimentaires. Qu’il s’agisse de se confiner à l’intérieur ou de s’éloigner physiquement, les gens ont déjà maîtrisé toutes les formes de mesures de précaution, mais celles-ci ne visent qu’à donner au gouvernement Duterte suffisamment de temps pour mettre fin à l’agitation sociale. Sentant la pression mais presque trop tard, le gouvernement envisage déjà des tests de masse dans la seconde moitié du mois d’avril.

Les OFW font partie des secteurs les plus vulnérables touchés par les effets de la pandémie COVID-19. Ainsi, au lieu d’imposer la répression de la dissidence légitime et de faire taire ses détracteurs, le régime Duterte ferait mieux de traiter sérieusement cette crise comme un problème concret de santé publique qui affecte gravement les OFW. Les restrictions budgétaires à l’étranger ont laissé des milliers de TPE en plan. Les propos blasphématoires de Duterte à la télévision nationale ne contribueront en rien au bien-être et à la sécurité des travailleurs migrants philippins. Les TPE déplacés méritent des tests de masse, des installations de quarantaine décentes, une assistance médicale et sociale gratuite. L’aide et l’assistance du gouvernement doivent être fournies aux TPE et à leurs familles dès leur arrivée, après la mise en quarantaine et de manière constante pendant toute la durée du confinement.

Comme lors des présidences précédentes, le régime Duterte n’a cessé d’assécher les poches des OFW par des exactions de l’État. C’est maintenant la meilleure période pour laquelle le gouvernement devrait intervenir et rendre l’argent durement gagné par les OFW aux différentes agences nationales qui leur ont promis soutien et sécurité. Si le PAN d’urgence de Duterte reste inutile pour soulager les difficultés de la population, il pourrait tout aussi bien épargner au peuple philippin de nouvelles misères en démissionnant de son poste. La colère du peuple philippin a dépassé son point d’ébullition, et ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle n’explose au visage de Duterte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *