Limoges : révoltes populaires après des violences policières



Ce mercredi 22 avril, des émeutes ont éclaté dans les quartiers Beaubreuil et Bastide de la ville de Limoges. Ces évènements font suite à une nouvelle affaire de violence policière.

Mardi 21 avril au soir, des policiers ont violemment tabassé un homme de 43 ans dans le quartier Beaubreuil, à Limoges. Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre les policiers frapper cet homme alors qu’il est à terre et ne représente aucun danger. Selon certains témoins, un des flics a même tiré au LBD à bout portant sur cet homme.

Quelques jours après que des flics aient blessé un jeune motard à Villeneuve-La-Garenne en banlieue parisienne, déclenchant des révoltes dans plusieurs villes, cette nouvelle affaire a également entraîné une vive réaction à Limoges.

Ce mercredi 22 avril dans l’après-midi et jusque tard dans la soirée, plusieurs dizaines de jeunes des quartiers Bastide et Beaubreuil ont affronté la police, attaqué des caméras de vidéo-surveillance et incendié la mairie annexe de la ville de Limoges.

Le quartier Beaubreuil de Limoges, ce mercredi 22 avril en fin d’après midi

Dans le contexte du confinement, les affaires de violences policières, déjà très fréquentes habituellement, se multiplient. Elles ne sont pas des bavures, elles sont le fonctionnement normal de l’institution policière, une institution en charge de réprimer, de tabasser, de mutiler les masses populaires pour défendre les intérêts de la classe dominante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *