Il n’y aura pas d’apocalypse – Traduction de Tjen Folket



Si La Cause Du Peuple soutient le mot d’ordre “Révolution Socialiste ou Barbarie”, nous publions tout de même cette traduction d’un article du média révolutionnaire Tjen Folket (Servir Le Peuple), dans le but d’alimenter la reflexion.

Dans la haine et le désespoir des dévastations du capitalisme, on peut être tenté de prophétiser la fin du monde lorsqu’on milite pour la lutte et la résistance. Mais la notion d’apocalypse n’est pas révolutionnaire. Bien au contraire, c’est une légitimation du pacifisme et du réformisme. Elle est également fausse et non scientifique. L’humanité n’est pas en train d’errer vers sa perte. Nous marchons vers un avenir radieux, vers le communisme !


De la pensée apocalyptique au pacifisme et au réformisme

Nous sommes en pleine marée haute dans le mouvement écologiste. Se concentrant sur les destructions du climat, notamment causées par les émissions de CO2, il se mobilise plus que jamais auparavant. Bien que nous ne devions pas rejeter ses pouvoirs de mobilisation au cours des années 80 et 90. Ce furent les jours de gloire de nombreux éléments importants du mouvement actuel, par exemple Nature et Jeunesse en Norvège ou le parti des Verts en Allemagne.

La lutte contre la destruction de l’environnement est évidemment une bonne chose pour les masses. La crise climatique est précisément l’expression de ce que Marx expliquait de son temps comme l’un des grands paradoxes du capitalisme : que dans le développement du capitalisme, les forces productives deviennent des forces de destruction. Dans le même temps, la source de richesse devient la cause de la pauvreté. Avec les pouvoirs énormes qui découlent du développement technologique, il y a aussi une plus grande responsabilité, une responsabilité que les capitalistes ne sont pas du tout disposés à porter. Leur seule préoccupation est le profit. L’homme et l’environnement doivent en souffrir.

Mais malgré son contenu positif, le mouvement écologiste d’aujourd’hui est aussi conduit tout droit vers le réformisme et la pensée apocalyptique. Aucun de ces éléments ne joue un rôle positif. Au contraire, ce sont les caractéristiques du mouvement écologiste tel que nous le connaissons historiquement, et des caractéristiques qu’il partage également avec le “Mouvement de la Paix”.

Le mouvement de la paix est beaucoup plus faible aujourd’hui, mais il a eu une force énorme pendant quelques décennies. L’Union soviétique sous commandement révisionniste et ses alliés européens, en particulier, ont promu le Mouvement de la Paix et le “désarmement nucléaire”. Ce mouvement était important et en a mobilisé beaucoup, surtout dans les années 1980, mais aussi avant. En Norvège, nous connaissons le mouvement des groupes contre les armes nucléaires, pour la paix et contre l’OTAN.

Deux thèses fondamentalement fausses

Au sein du Mouvement des Verts et du Mouvement pour la Paix, des courants forts se sont développés contre l’énergie nucléaire et les armes nucléaires. La fermeture des centrales nucléaires et le désarmement nucléaire complet ont été mis en avant comme des slogans pour d’énormes manifestations et organisations.

Ces mouvements ont notamment mis en avant deux thèses, qui rompent fondamentalement avec une analyse marxiste. Tout d’abord, ils ont avancé la thèse selon laquelle l’humanité et l’environnement sont confrontés à une menace immédiate d’extermination complète. Ce qui signifie que nous courons le risque immédiat d’une apocalypse totale, qu’elle soit causée par le réchauffement climatique ou par l’holocauste nucléaire. Deuxièmement, conséquence directe de la première thèse, tous les autres aspects politiques doivent être complètement subordonnés afin de sauvegarder rapidement la paix ou l’environnement. Cela signifie que tous les autres principes doivent être mis de côté, et que tous les compromis sont valables. Non seulement ils sont valables, mais il faut faire tout ce qui est en son pouvoir pour arrêter le malheur qui se profile à l’horizon.

Mao Zedong a idéologiquement démasqué les révisionnistes soviétiques sur la question de la paix. Il savait qu’ils étaient en réalité des bellicistes, mais aussi que la propagande concernant le danger de guerre nucléaire servait les intérêts des révisionnistes. Avec des avertissements à ce sujet, ils pouvaient faire échouer les mouvements de libération parce que “la paix est la plus importante”. Un tel mouvement désarmait les révolutionnaires et prônait le pacifisme et le réformisme.

Le mouvement écologiste a eu la même fonction. La colère et la lutte contre les destructions de l’environnement ont été canalisées vers le parlementarisme et les partis verts. Les personnes les plus dévouées et les plus désireuses de se battre pouvaient être canalisées vers l’action directe verte, au lieu de la lutte de classe révolutionnaire.

Pas menacé d’extinction complète, mais de telles notions légitimeront la collaboration entre les classes

Idéologiquement, la menace de l’apocalypse sert à légitimer le compromis de classe, mais elle est sans fondement dans la réalité. Ni la guerre nucléaire ni la crise climatique, aussi terribles que soient la guerre et la destruction de l’environnement, ne menacent en réalité notre existence. Elle menace l’ordre social et entraînera beaucoup de souffrances, mais ni la planète ni l’humanité ne sont réellement menacées par l’effacement.

La planète a survécu à toute une série de catastrophes. Tout l’environnement écologique tel que nous le connaissons a non seulement prévalu, mais s’est développé comme il l’a fait, en partie à cause des énormes bouleversements et crises qui ont marqué les environnements passés. L’environnement d’aujourd’hui est dans des domaines fondamentaux méconnaissables par rapport à celui d’il y a un million d’années.

D’autre part, l’humanité s’est maintenant étendue à tous les continents et aux coins les plus extrêmes des continents. Les humains vivent dans l’Arctique et dans le Sahara, ainsi que dans les jungles les plus profondes et les bidonvilles les plus surpeuplés. Les humains vivent dans des décharges et dans la nature. Et il n’y a jamais eu autant de monde qu’aujourd’hui. Ce n’est pas la science qui pousse certains à affirmer que l’extinction de l’humanité tout entière ( !) peut être proche.

La menace de l’apocalypse est rhétorique, pas réelle. Et c’est la rhétorique qui sert certains programmes politiques, même s’ils sont souvent mis en avant par des personnes qui ne voient pas ce programme.

La catastrophe est une réalité ici et maintenant, mais l’avenir est prometteur !

D’autre part, la catastrophe est déjà là. Elle est là depuis longtemps. Le désastre, c’est le système impérialiste lui-même. Un capitalisme pourri et réactionnaire qui a coûté des centaines de millions de vies, et qui a paralysé des milliards de vies humaines au cours des 100 dernières années. Des guerres pour le profit et le pouvoir, des famines dans un monde qui produit suffisamment de nourriture, une oppression contre-révolutionnaire, le patriarcat, le chauvinisme, le génocide, la destruction de l’environnement, la pollution de l’air que les masses respirent et de l’eau qu’elles boivent, etc.

Telle est la réalité ici et maintenant. Les souffrances et la folie n’appartiennent pas à une représentation cauchemardesque de l’avenir, elles font partie intégrante et nécessaire du capitalisme depuis sa conception. Elle a émergé en partie souillée par l’esclavage et le colonialisme. Et c’est encore une partie des fondations sur lesquelles le système est construit. Les formes qu’il prend ont changé, mais l’exploitation et la souffrance demeurent.

Mais l’avenir est radieux ! Comme l’ont prouvé Karl Marx et Friedrich Engels, le capitalisme a créé dans le prolétariat international ses propres bourreaux. Non seulement la classe la plus grande et la plus forte de l’histoire, mais aussi la classe qui est condamnée par son développement à abolir à jamais toutes les classes en socialisant la production et à créer un monde communiste.

Mao a vu cela et a compris que, contrairement à la menace d’apocalypse, il ne s’agit pas de rhétorique vide mais d’une vérité issue de la science. La lutte des classes a, comme l’ont dit Marx et Engels, créé des sociétés socialistes. La lutte des classes a continué à marcher vers la seule fin logique, comme le prédit le marxisme, la victoire complète du prolétariat et l’abolition de toutes les classes.

Le communisme résout les problèmes de la guerre et de la destruction de l’environnement

Dans ce brillant avenir se trouve non seulement la solution de la lutte des classes, mais aussi la solution nécessaire à la manière dont l’humanité peut établir une société durable en harmonie avec les limites de la planète. La question de la guerre et de la paix est aussi finalement résolue dans une société communiste, où les fondements matériels de la guerre disparaissent à mesure que les classes s’étiolent. Là où la guerre a toujours été menée comme une continuation de la politique, la guerre disparaîtra quand la politique le fera. La politique n’est rien d’autre qu’une expression concentrée et une concrétisation des classes et des intérêts des différents groupes de classes. Lorsque les classes sont dissoutes, la politique est dissoute en tant que politique. Ce qui reste est l’administration des intérêts communautaires, une administration qui, pour la première fois, peut et doit prendre en compte et assumer la responsabilité de la totalité. Dans un tel système, il n’y a pas de base pour la guerre.

Dans une société où il est écrit “de chacun selon ses capacités à chacun selon ses besoins” sur les bannières, la guerre devient un chapitre achevé de l’histoire de l’humanité. La contradiction entre la ville et la campagne peut être traitée et résolue, et il en va de même pour les problèmes actuels de pollution et d’émissions bien trop élevées de CO2.

Mais la solution ne réside pas dans le pacifisme et le réformisme. La solution n’est pas de répandre l’illusion de l’apocalypse. Au contraire, elles ne servent qu’à reporter la solution. Ils servent à désarmer les masses et à pacifier les rebelles. Comme le “Mouvement de la Paix” a servi la politique étrangère de l’Union soviétique, il y a aussi une certaine politique de classe qui profite à la croissance d’organisations comme le Parti Vert. En se référant à “Nous devons agir maintenant”, où l’accent est mis sur le “besoin” et le “maintenant” aussi lourd que possible, la construction étendue d’énergie éolienne, les quotas climatiques, la promotion des voitures électriques et d’autres mesures qui ne font qu’augmenter les forces productives du capitalisme, qui liées au sein de ce système impérialiste deviennent des forces de destruction, sont légitimées. Au lieu d’attaquer le capitalisme, qui est la cause directe de tous les problèmes environnementaux, une entreprise “verte” plus forte est uniquement un renforcement du capitalisme. Un soi-disant “changement vert” ne servira qu’à augmenter le capital, à accroître la production et, par conséquent, ne fera que causer encore plus de destruction environnementale.

La stratégie pour la victoire est la lutte des classes et la révolution

Nombreux sont ceux au sein du mouvement climatique qui ont compris que le système lui-même est pourri, mais les leaders du mouvement climatique mènent avec une ligne politique favorable au système. C’est comme si on laissait la question de la paix mondiale aux plus grands bellicistes, par exemple les dirigeants impérialistes de l’Union soviétique et des États-Unis – ce que voulait précisément le “Mouvement pour la paix” ! Ou à ceux qui croient que la solution réside dans le système des Nations unies, où cinq des impérialistes les plus puissants du monde ont un droit de veto ! Les plus grands criminels du monde, toutes catégories confondues, sont applaudis en tant que législateurs et juges (et bourreaux !). Le mouvement climat/paix utilise toutes ses forces pour appeler ces criminels à trouver une solution. Ils tentent avec la carotte et le bâton, avec pression et flatterie, de les conduire vers une négociation fructueuse.

C’est une stratégie défaitiste. Non seulement pour les dirigeants des mouvements, mais cela ne sert dans une large mesure que les intérêts de la classe dirigeante et ils font donc leur travail comme ils sont censés le faire. C’est une défaite pour le climat, pour la paix et pour les masses de peuples du monde qui souffrent en ce moment à cause de la pollution et de la guerre. La stratégie de la victoire est celle qui a été présentée en premier lieu dans “Le Manifeste Communiste”. C’est la lutte de classe révolutionnaire du prolétariat, pour constituer la classe comme sujet politique indépendant, comme parti politique indépendant, qui lutte pour son pouvoir politique. Tout le pouvoir à cette classe, au prolétariat international, à leurs alliés dans le reste du peuple travailleur. C’est l’avenir brillant qui est non seulement possible, mais aussi une nécessité historique. Cela inclut également la solution aux problèmes mentionnés.

Le chemin de la victoire, de la paix mondiale et d’une société durable ne passe pas par des compromis ou du réformisme, mais par la guerre révolutionnaire, par la guerre des peuples, sous une direction idéologique ferme. Elle se gagne par des manœuvres tactiques et une lutte prolongée, dans le cadre d’une stratégie révolutionnaire polyvalente, guidée par l’idéologie propre aux prolétariats, qui est le marxisme-léninisme-maoïsme, principalement le maoïsme.

Ne succombez pas à la tentation de colporter des prophéties apocalyptiques !

La thèse de l’apocalypse à venir peut sembler tentante pour les révolutionnaires. Elle fait appel à notre haine intense contre le capitalisme et la bourgeoisie. Et elle donne des indications rhétoriques apparentes à l’agitation et à la propagande. Mais en réalité, il s’agit de se tirer une balle dans le pied. Nous ne sommes pas face à une défaite extrême, mais face à une nouvelle grande victoire. L’histoire de l’humanité n’est pas en train de s’effondrer, mais elle s’accélère clairement vers l’avant. La barbarie du capitalisme est déjà là, et elle est là depuis plus de cent ans. Il n’est pas nécessaire d’en rajouter ou de présenter d’autres arguments. Il n’y a pas besoin d’autres “menaces” ou “raccourcis”. La réalité est là et elle nous donne tout ce dont nous avons besoin pour exposer le capitalisme comme un système condamné à mort.

Pour le prolétariat, l’avenir n’est pas dans les sombres signes de l’apocalypse, il est enveloppé des lumières brillantes de la victoire. C’est la bonne ligne qui doit guider le mouvement contre ceux qui prétendent que “tout” – y compris la lutte des classes – doit s’effacer au profit de compromis pour la “paix” ou pour le climat. Cette ligne doit nous guider pour ne pas vaciller devant les tentatives de miner notre lutte, avec des croyances apocalyptiques qui représentent profondément le défaitisme de la petite-bourgeoisie face à, de leur point de vue, un développement historique impitoyable.

La société communiste sans classe abolit l’anarchie capitaliste. À la place, nous obtenons un développement planifié de la production. Les forces productives deviennent les servantes des masses, et non pas le contraire comme c’est le cas aujourd’hui où les masses sont enchaînées aux forces productives. Nous obtiendrons une société où la production ne se fait pas pour le profit, mais pour servir les besoins de l’humanité et ainsi nous pourrons prendre toutes les précautions nécessaires pour notre habitat, notre environnement, la planète dont nous faisons partie.

En bref, le communisme résoudra les défis de la crise climatique, de la destruction de l’environnement et de la guerre. Et seul le communisme peut résoudre ces problèmes d’une manière qui soit bonne pour les masses. Il faut lutter pour le communisme par la lutte des classes et la Guerre Populaire. Ainsi, le pacifisme et le réformisme sont une impasse et des obstacles qui retardent les solutions aux problèmes que les réformistes et les pacifistes, avec leurs tentatives infructueuses, tentent de résoudre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *