Mort suspecte d’un journaliste baloutch (Pakistan) en Suède

0 Commentaire


Le corps du journaliste baloutch Sajid Hussain a été trouvé le 23 avril dans la rivière Fyris à l’extérieur de la ville d’Uppsala en Suède. Le rédacteur en chef de la revue en ligne Baluchistan Times a disparu le 2 mars en prenant un train pour Uppsala. Hussain a fui le Pakistan en 2012 aprés sa famille et lui ont subi de la répression par l’État pakistanais pour ayant écrit sur la violence exercée contre le peuple en Baloutchistan.

Le Baloutchistan est la subdivison occidentale du Pakistan. Ce grand territoire très rural est peuplé par les Baloutches, un peuple opprimé par l’État pakistanais et aussi par l’Iran. Les Baloutches ont une longue histoire de résistance et de lutte armée contre l’État pakistanais, qui est effectivement dominé par l’armée et qui favorise la majorité Punchab. La politique du Pakistan envers les Baloutches consiste de l’assimilation et la réduction au silence par tous les moyens. La mort d’Hussain est un autre ajout à une longue liste de journalistes, d’intelectuels et de militants Baloutches qui sont morts de causes non naturelles.

Hussain était un membre du Baloch Students Organisations, qui est interdit au Pakistan. Son oncle, Shaheed Ghulam Mohammed Baloch, était le président du Baloch National Movement et le secrétaire général du Baloch National Front. Son assassinat en 2009 a déclenché plusieurs jours de révoltes en Baloutchistan.

L’expansion du social-impérilaisme chinois en Pakistan a ajouté une nouvelle dimension à la lutte des Baloutches. Le Baloutchistan est la subdivision central du projet chinois du « China–Pakistan Economic Corridor ». Le projet est essentiel dans la Nouvelle route de soie et est indispensable pour la logistique de la Chine dans une période d’intensifications des luttes inter-impérialistes. De plus, le projet représente le plus grand investissement dans l’histoire du Pakistan. Hussain était un des premiers journalistes a critiquer le rôle du « China–Pakistan Economic Corridor » en Baloutchistan. Le Baloutchistan a aussi une immense richesse minérale, pourtant il reste la parti du Pakistan le moins dévéleloppé. Par conséquence, la résistance et la lutte armée ne représente plus seulement une menace pour le régime pakistanais, mais aussi pour le social-impérialisme chinois.

Ce qui est particulier dans la mort de Hussain est que s’est passé dans son pays d’exil, la Suède. Si les services d’intelligence pakistanais ont joué un rôle dans sa mort, cela représenterais une menace et intensification importante contre le mouvements pour la libération du Baloutchistan en étendant la portée de l’appareil répressif du Pakistan bien au-delà de l’Asie du Sud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *