Cebraspo: « À Bas les opérations de police dans les Favelas »

0 Commentaire


Nous reproduisons une note du CEBRASPO (centre brésilien de solidarité aux peuples) paru dans le journal A NOVA DEMOCRACIA sur les récentes et cruelles opérations policières qui ont eu lieu Dans l’état de Rio de Janeiro pendant la pandémie du coronavirus.

À BAS LES OPÉRATIONS DE POLICE DANS LES FAVELAS !

NOUS NE SOMMES PAS TOUS DANS LE MÊME BATEAU ! AUX RICHES LA GARANTIE DE LA VIE, AUX PAUVRES LE VIRUS, LA FAIM, ET LES BALLES DE FUSIL !

L’assassinat consécutif de quatre jeunes fils du peuple et les douze morts résultant d’un massacre dans le complexe de l’Alemão ont démasqué tout le verbiage humaniste, en défense de la vie, des différents gouvernements passés et présents et démontrent la continuité de la politique d’extermination contre le peuple pauvre et travailleur, visant principalement la jeunesse noire du vieil État brésilien.

Dans le contexte de la grande mobilisation des masses, de la ville et de la campagne, pour prévenir la contagion du coronavirus, réalisée à travers leurs réseaux de solidarité, les habitants de plusieurs favelas de Rio de Janeiro ont été les cibles, une fois de plus, de la rage meurtrière des agents de la répression étatique. Cette semaine seulement (du 17 au 22 mai), au complexe de Salgueiro, dans la municipalité de São Gonçalo, des agents de la police fédérale et civile ont mitraillé et lancé des grenades sur une résidence où des jeunes étaient rassemblés. Dans la maison, 72 traces de tirs ont été trouvées. João Pedro Mattos, 14 ans seulement, est mort suite à l’action de guerre des troupes de police. Dans le bidonville d’Acari Iago César dos Reis, 21 ans, a été exécuté avec cruauté et a été victime de tortures. A la Cidade de Deus, lors de la distribution de nourriture, une autre opération de la police militaire a coûté la vie à João Vitor Gomes, 18 ans. Et au Morro da Providência, une favela du centre de Rio de Janeiro, Rodrigo Cerqueira, 19 ans, a été abattu alors qu’il travaillait. Le jeune homme était un étudiant du lycée Machado de Assis, et pendant son assassinat, des activistes communautaires distribuaient des paniers de nourriture dans la région. En plus de ces meurtres, 12 personnes ont été assassinées avec des traces de torture et de coups de couteau le 15 mai dans le Complexo do Alemão, lors d’une opération de la BOPE. Non contente de cette brutalité, la police a refusé d’aider ceux qui étaient encore en vie. Les résidents et les membres de la famille étaient laissés à eux-mêmes pour transporter les corps vers le bas la favela.

Le massacre et les assassinats consécutifs de jeunes est le message que les gouvernements de Bolsonaro, des Généraux et Witzel transmettent aux habitants des favelas : LA GUERRE CONTRE LE PEUPLE CONTINUE !

Les classes dominantes imposent la mort aux pauvres. Que ce soit par le virus, la faim, ou par leurs forces de police.

Les masses pauvres du pays sont à la merci de la faim, du chômage, de la mort suite à des décennies de mise au rebut du système de santé publique, humiliées dans les files de la Caixa Econômica. Malgré toutes ces politiques criminelles des dirigeants de toutes les sphères, fédérales, étatiques et municipales, en collusion avec le pouvoir judiciaire et législatif, les travailleurs de la ville et de la campagne résistent de manières diverses. Ils luttent pour obtenir les produits de base pour la prévention du virus, organisent des comités de solidarité pour garantir la nourriture, les produits d’hygiène, et leurs droits les plus élémentaires de survie. Pendant ce temps, le vieil État brésilien, laquais de la grande bourgeoisie et du latifundio, ne fait aucun effort pour cacher son mépris du peuple, et dans ce cas, de la manière la plus odieuse et la plus lâche, en prenant la vie du peuple sous forme de massacre.

Le gouvernement de Bolsonaro/Généraux et celui de Witzel approfondissent tous deux la politique génocidaire des gouvernements précédents, qui a conduit à l’extermination des pauvres, principalement des noirs, sous prétexte de lutter contre le trafic de drogue. Cette politique a été maintenue et approfondie par des années de gestion Pétiste1, comme l’occupation criminelle d’Haïti, le complexe de bidonvilles d’Alemão et de Maré, et le soutien politique et financier aux UPP2 de Rio de Janeiro. La politique de guerre contre le peuple a tué des milliers de personnes dans le pays, sans aucun impact significatif sur les activités illicites, qui manipulent beaucoup d’argent et impliquent de “bonnes” personnes de toutes les sphères du pouvoir, députés, sénateurs, propriétaires terriens, banquiers. Cela fait des décennies de défense des policiers meurtriers, de la politique d’extermination et d’emprisonnement massif des pauvres.

Les chefs d’équipe de l’ancien État et ses émissaires, avec la Rede Globo3 à la tête, n’investissent pas dans les tests, les lits, les hôpitaux de campagne et exigent que les habitants des favelas restent chez eux. Ils méprisent toutes les difficultés que la vie dans ce système capitaliste impose, comme le logement dans des environnements insalubres, le manque d’hygiène de base, le manque d’espace pour que chacun puisse vivre harmonieusement, la pénurie de nourriture dans le dispensaire, le manque de revenus. En plus de la menace de contamination par le virus, les habitants des Favelas vivent toujours avec la possibilité d’être pris pour cible par les tirs de fusils de la police militaire, voire d’être torturés et battus dans leur propre maison par ces agents de l’État.

Les derniers meurtres de jeunes à la suite des opérations policières quotidiennes et le massacre dans le Complexe de l’Alemão montrent que les exigences qui guident la prévention du virus et défendent les politiques de défense de la santé publique doivent être liées à l’opposition à la politique génocidaire de l’ancien État et au droit des gens à la vie. Exiger la fin des opérations de police doit faire partie des campagnes de défense des droits de la population. Il est nécessaire que les mouvements démocratiques, les intellectuels progressistes et honnêtes, les artistes et toutes les organisations de défense des droits du peuple se mobilisent pour que les opérations de police ne se déroulent plus dans les Favelas et les périphéries du pays, et pas seulement pour qu’elles se déroulent selon certaines règles. Les gens ont démontré que seule leur organisation est capable de prévenir la contamination par le Coronavirus, ce sont leurs comités qui garantissent la nourriture et les produits de base pour la survie. Défendre leur droit à s’organiser et à se mobiliser signifie empêcher les forces de police de continuer à laisser leur trace de sang et de douleur dans les Favelas et les périphéries du pays, en prenant la vie des jeunes, en particulier des noirs, fils et filles de travailleurs.

POUR LA FIN DE LA POLITIQUE D’EXTERMINATION DES HABITANTS DES FAVELAS

A BAS LE GÉNOCIDE DE LA JEUNESSE NOIRE ET PAUVRE

1 Parti des Travailleurs de Lula.

2 Unité de Police Pacificatrice (UPP)

3 La TF1 locale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *