Hasan Ataş, de la TIKKO, est tombé en Turquie

0 Commentaire


Nous traduisons cette brève du site Redspark.nu

Selon les médias de gauche en Turquie, dans la nuit du 2 juin, un affrontement entre les unités spéciales anti-terroristes de la gendarmerie et l’Armée de libération des paysans et des travailleurs de Turquie (TIKKO) a conduit au martyre de Hasan Ataş’.

L’affrontement s’est produit près du village de Hacibirim, dans le district d’Ovacik, dans la province de Dersim. Selon les informations actuellement disponibles, l’opération des unités spéciales de la gendarmerie est toujours en cours, et au moins quatre habitants du village de Büyükkaya (situé près de la zone des affrontements) ont été arrêtés. Hier soir, trois d’entre eux ont été libérés après avoir fait des déclarations au commandant de la gendarmerie locale, tandis qu’un autre est resté en détention. Les villageois libérés ont déclaré que les gendarmes les avaient menacés.

Entre-temps, une déclaration officielle a été publiée par le bureau du gouverneur de Dersim, affirmant que le guérillero Hasan Ataş a été tué lors d’un bombardement mené par l’armée de l’air turque suite à un balayage de la zone par un drone.

Cependant, des sources locales affirment que cette déclaration ne corrobore pas avec ce qui s’est réellement passé, d’autant plus que la zone était très nuageuse cette nuit-là, et que les conditions n’étaient donc pas propices à l’utilisation de drones pour marquer les cibles de bombardement.

Hier après-midi, les médias progressistes ont annoncé que le corps de Hasan Ataş a été transporté à la morgue du médecin légiste de la ville de Malatya, située à environ 250 kilomètres du lieu du martyre. Le corps sera remis à ses proches dès qu’il aura été identifié. Hasan Ataş est né dans le village d’Otlukaya (Pulan), district de Mazgirt, province de Dersim, et la famille souhaite l’enterrer dans sa ville natale.

C’est le premier affrontement entre les combattants de la TIKKO et les forces réactionnaires turques qui a abouti au martyre d’un camarade depuis août 2018, lorsque cinq combattants sont tombés en martyre lors d’un affrontement avec des unités de l’armée dans les montagnes de Mercan, dans le district d’Ovacik, province de Dersim.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *