Kobad Ghandy : un spectre hante le monde (partie 1)



Voici la première partie de la traduction d’une déclaration du dirigeant maoïste indien Kobad Ghandy, à propos de la crise sanitaire et économique qui traverse la planète.

“Le risque d’une nouvelle grande dépression, pire que la première, augmente de jour en jour”.- Nouriel Roubini

“Cela pourrait se transformer en crise financière. Nous assisterons à une augmentation des défauts et des faillites d’entreprises. Ce pourrait être comme dans les années 1930”. – Carmen Reinhart (professeure d’économie et de finances à la Kennedy’s School of Govt de Harvard)

“La pire crise financière depuis la Grande Dépression de 1929”. – un analyste vétéran de la CNBC (Consumer News and Business Channel)

Jim Richards, ancien conseiller de la CIA et du Pentagone ainsi que de la Fed, a mis en garde contre un effet domino en cinq étapes aux États-Unis (probablement dans un avenir très proche, dit-il) :

1er domino : la dépression conduisant à un chômage massif, avec plus de 50% des personnes en danger de perdre leur travail. Avec des gens enfermés et sans capacité d’achat en raison du chômage et de l’isolement, il n’y aura pas de demande de biens. Et avec le confinement pour la première fois dans l’histoire, nous avons un choc de l’offre et de la demande. Comme cette crise ne commence pas par un effondrement financier (comme en 1930 et 2009), la réduction des taux d’intérêt et l’injection d’argent n’auront pas d’effet à long terme pour relancer l’économie.

2ème domino : les faillites massives car il n’y aura pas de demande de biens, donc pas de ventes.

3ème domino : la contagion s’étendra à l’immobilier dans la mesure où les gens seront incapables de payer leurs crédits… ce marché de 16 000 milliards de dollars s’effondrera.

4ème domino : l’effondrement du secteur bancaire avec un resserrement du crédit, dû à l’effondrement du crédit à la personne et aux faillites dans l’industrie.

5ème domino : l’effondrement complet de notre société et de l’État de droit. Des pourparlers secrets préparant la loi martiale ont déjà lieu au sein de l’armée.

C’est peut-être le pire des scénarios, mais les faits sur la table poussent certainement dans cette direction. En fait, deux sceptres hantent le monde. Le Covid-19 et une catastrophe économique. Le Covid n’est que la continuation des nombreuses souches de virus qui ont frappé le monde au cours des deux dernières décennies. Ce dernier ravive les souvenirs des horreurs de la Grande Dépression des années 1930 et de la misère de masse qui l’a accompagnée. Il est difficile de dire lequel des deux sera le plus meurtrier à l’heure actuelle, mais déjà en Inde, nous voyons le sort de millions de migrants qui n’ont ni nourriture à manger ni moyen de transport pour retourner dans leurs villages ; et le traumatisme de millions d’autres qui sont enfermés dans leurs maisons (pour la plupart des maisons minuscules, avec des familles entières) avec leur source de revenus détruite. L’avenir est des plus incertains ; probablement qu’un cocktail des deux pourrait dévaster des régions entières du monde, bien pire que la Grande Dépression.

La réalité est que les principales économies du monde étaient déjà entrées dans une crise grave à la fin de l’année dernière, bien pire que la Grande Récession de 2008/09, et qu’elles s’orientaient dans une direction similaire (ou pire) à celle des années 1930. Le crash semblait inévitable, Covid ou pas Covid. Le confinement a, bien sûr, décuplé la situation déjà mauvaise.

Un certain nombre de questions se posent dans ce double scénario. Premièrement, où se seraient dirigées les économies mondiales s’il n’y avait pas eu de pandémie/confinement ? Deuxièmement, comment se fait-il qu’au cours des dernières décennies, de nouvelles souches de virus, toutes plus mortelles les unes que les autres, continuent d’apparaître ? Troisièmement, une mesure aussi radicale que la “distanciation sociale” et le “confinement” étaient-elles les seules façons d’y faire face, ou aurait-il pu y avoir une autre méthode plus efficace, moins dommageable pour l’économie et la vie des gens ? Quatrièmement, quelle est la source de ce virus (ou des précédents) ; et pourquoi a-t-il fallu que 62 pays, dont l’Inde, adoptent une résolution à l’Assemblée mondiale de la santé (qui fait partie de l’ONU) pour “identifier la source zoonotique” et demander une “évaluation impartiale, indépendante et complète” de la réponse de l’OMS au Covid-19 (qui a été le principal responsable de la promotion mondiale de la méthode adoptée – distanciation sociale et confinement) ? Et ironiquement, pourquoi les deux pays les plus suspects – les États-Unis et la Chine – refusent-ils de participer à cette résolution ? Les zoonoses sont des maladies transmises des animaux/insectes aux humains, comme la grippe aviaire, la grippe porcine, le Nipah, l’Ebola, la dengue et beaucoup d’autres maladies anciennes comme le paludisme.

Ces questions et bien d’autres restent sans réponse et, les médias internationaux n’ayant qu’un seul centre d’intérêt, les gens s’embrouillent dans la réalité, car certaines questions défient la logique ; tout naturellement, de nombreuses théories font le tour du monde. Pourtant, essayons de déchiffrer une partie de la vérité à travers ce labyrinthe sur le seul front économique, et commençons par l’état de l’économie avant le confinement, qui a commencé vers la fin du mois de mars 2020 après que l’OMS déclare le Covid-19 comme une pandémie le 11 mars 2020.

État de l’économie mondiale avant la pandémie.

Toutes les économies développées des États-Unis, de l’Europe et du Japon étaient déjà dans un état de déclin sévère bien avant que la pandémie n’éclate. Prenons d’abord les États-Unis, de loin la plus grande économie du monde. Même avant la pandémie, l’économie américaine s’était massivement contractée de 4,8 % au cours du premier trimestre 2020, le pire recul depuis 2008 ; elle avait constamment réduit ses taux d’intérêt de 2,5 % à 1,25 %, puis le 15 mars 2020 à 0 %. Elle a également débloqué le paquet standard d’assouplissement quantitatif (Quantitative Easing) de 700 milliards de dollars, le portant par la suite au niveau le plus élevé jamais atteint de 3 000 milliards de dollars. L’assouplissement quantitatif (essentiellement l’impression de billets, c’est-à-dire les emprunts) et les faibles taux d’intérêt ont été les deux panacées monétaires standard pour les économies en crise.

Le Japon, troisième économie mondiale, stagne depuis des années et s’est massivement contracté de 7,1 % au cours du dernier trimestre de 2019. Désespéré de passer au travers de la tempête, il a adopté plusieurs plans de relance et approuvé le plus grand plan de son histoire, d’un montant de 530 milliards de dollars, qui a ensuite été porté progressivement à un montant massif de 2 000 milliards de dollars. Les taux d’intérêt au Japon sont restés longtemps en dessous de zéro.

En Europe, au premier trimestre 2020 (janvier-mars), l’économie allemande s’est contractée de 2 %, celle de la France de 5,8 %, celle de l’Italie de 4,7 % et celle de l’Espagne de 5,2 %, dépassant de loin le précédent record de 2,6 % établi en 2009. Le Royaume-Uni a reculé de 2 % et les autres pays européens ont connu une situation encore plus grave. En ce qui concerne le Royaume-Uni, le Guardian a rapporté dans son édition (15 mai 2020) que l’économie ralentissait déjà en février et qu’en mars, elle avait reculé de 6 %, le plus haut niveau depuis le début des relevés en 1997. Comme tous les autres pays, le Royaume-Uni pompe énormément pour maintenir l’économie à flot. La Banque d’Angleterre prévoit que la récession sera la pire des 300 dernières années.

L’économie de l’Union européenne dans son ensemble s’est contractée de 3,5 % au premier trimestre 2020, la pire chute trimestrielle depuis que l’Union a commencé à collecter des données en 1995. Le 20 mars, les taux d’intérêt en Europe étaient tous autour de 0 % alors que celui du Royaume-Uni était de 0,1 % ; celui du Danemark était de -0,6 % et celui de la Suisse de -0,75 %. Avec les nouveaux signes de faiblesse économique, la BCE a poussé son taux d’intérêt de référence encore plus bas en septembre 2019, à moins 0,5 %. La Suède, la Suisse et le Danemark ont également maintenu leurs taux dans le rouge, tout comme le Japon. Tout cela, bien avant le début du confinement.

L’économie chinoise, la deuxième du monde, s’est contractée de 6,8 % au cours des trois premiers mois de 2020 par rapport à la même période l’an dernier – sa plus forte baisse en près de trois décennies, la production industrielle et les dépenses intérieures du pays s’étant arrêtées sous le choc sans précédent de la pandémie de coronavirus. Bien sûr, c’était après que le Covid l’ait frappé.

De plus, les prix des matières premières ont commencé à s’effondrer dès la fin février. Le prix du pétrole américain a perdu la moitié de sa valeur en moins de deux semaines dans la seconde moitié de février, ayant chuté à 24,5 dollars le baril, son plus bas niveau depuis 2003.

Ces chiffres doivent être bien compris. En 2017, j’avais écrit depuis la prison [dans l’article : “L’Inde et le nouvel ordre mondial en évolution” dans le numéro du 18 septembre 2017 de Mainstream] que “Avec tous les indicateurs en baisse, The Economist prévient que la loi de Sod décrète que tôt ou tard, les décideurs politiques seront confrontés à une autre récession. Et, ajoute le journal, le danger est que cette fois, ayant épuisé leur arsenal (c’est-à-dire les manipulations monétaires de l’assouplissement quantitatif et des faibles taux d’intérêt), les gouvernements et les banques centrales n’auront plus de munitions pour lutter contre la prochaine récession”.

Plus tôt dans le même article, j’avais averti que “malgré ces mesures désespérées, l’assouplissement quantitatif massif et les taux d’intérêt proches de zéro, voire négatifs, semblent bien loin, et le déclin économique se poursuit. Au cours des cinq années qui nous séparent de la fin 2016, les bénéfices de la SNCM ont chuté de 25 %. Les rendements des investissements ont atteint leur niveau le plus bas depuis deux décennies. La majorité des géants ont enregistré une croissance lente. Selon un rapport de la CNUCED, les taux de croissance de l’Europe et du Japon continuent de stagner à des niveaux proches de zéro, alors qu’aux États-Unis, ils devraient ralentir à 1,6 % en 2016 (en fait, aux États-Unis, la croissance du premier trimestre de 2017 a été la plus faible en trois ans, avec 0,7 %). Le rapport indique que la croissance du commerce mondial a ralenti de manière encore plus spectaculaire pour atteindre seulement 1,6 % en 2016, soit un point de pourcentage de moins que la production mondiale”.

J’ai également ajouté dans cet article que, même avant la crise, selon Thomas Picketty, pendant toute la période de mondialisation, seul le premier pour cent de la population a obtenu une richesse phénoménale, tandis que le reste a été terriblement perdant. Et après 2008, la situation s’est encore aggravée en raison des mesures d’austérité prises par les différents gouvernements. L’argent destiné à l’aide sociale a été détourné pour renflouer les banques. Par exemple, le Royaume-Uni a eu recours à des mesures d’austérité d’une ampleur jamais vue de mémoire humaine, en réduisant les paiements d’aide sociale, les retraites et les services financés par le gouvernement. Les personnes qui ont un emploi gagnent 15 % de moins qu’il y a dix ans (ce qui était déjà faible en raison d’années de mondialisation) et les étudiants sortent de l’université avec des dettes de 40 000 dollars.

Il était clair qu’après la grande récession de 2008-2009, une crise grave se préparait car ils n’ont pas pu s’en remettre et, malgré des mesures désespérées, ils ont tout juste réussi à maintenir leur économie à flot. Bien que l’économie américaine ait connu des cycles de crise continus depuis la Seconde Guerre mondiale (1957, 1960, 1973, 1980 et 2001 avec le crash de la Dot Com) et que le monde n’ait jamais connu de crise aussi grave que celle de 2009, qui a presque pris la forme de la Grande Dépression des années 1930. Mais même dans cette situation, le PIB a diminué de 4,3 % au cours de la récession de 18 mois, tandis que le chômage a atteint un pic de 10 %, ce qui est mineur par rapport à ce que nous observons aujourd’hui.

Dans d’autres pays du monde, la situation a été encore pire. La crise économique qui a frappé les anciens membres de l’Union soviétique dans les années 1990 a été presque deux fois plus intense que la Grande Dépression des années 1930 dans les pays d’Europe occidentale et aux États-Unis. Le niveau de vie moyen a enregistré une chute catastrophique au début des années 1990 dans de nombreuses régions de l’ancien bloc de l’Est, notamment dans les États post-soviétiques. Même avant la crise financière de 1998, le PIB de la Russie représentait la moitié de ce qu’il était au début des années 1990. Certaines populations sont encore plus pauvres aujourd’hui qu’en 1989 (par exemple, l’Ukraine, la Moldavie, la Serbie, l’Asie centrale, le Caucase). L’effondrement de l’économie planifiée soviétique et le passage à l’économie de marché ont entraîné une baisse catastrophique du PIB d’environ 45 % au cours de la période 1990-1996 et la pauvreté dans la région a plus que décuplé.

C’est dans ce scénario continu de crises économiques mondiales (à l’exception de la Chine) que nous devons envisager le ralentissement massif qui a précédé le confinement du Covid. Compte tenu de ces facteurs, même s’il n’y avait pas eu de confinement, la crise économique aurait probablement atteint les niveaux de la Grande Dépression ; aujourd’hui, elle sera bien pire. Pourtant, les médias ne disent pas un mot sur l’état de l’économie mondiale avant le verrouillage, et la pandémie est arrivée par coïncidence en même temps que le krach économique. Et s’ils parlent du krach économique actuel, ils attribuent commodément la responsabilité à la pandémie. Cela déforme la réalité et ne présente qu’une demi-vérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *