Kobad Ghandy : un spectre hante le monde (partie 2)



Voici la seconde partie de la traduction d’une déclaration du dirigeant maoïste indien Kobad Ghandy, à propos de la crise sanitaire et économique qui traverse la planète. La première partie est disponible ici.

Passons maintenant à l’impact du confinement sur l’économie.

Impact du confinement

Le 30 janvier 2020, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) a déclaré que le Covid-19 était une “urgence de santé publique de portée internationale”. Jusqu’alors, le nombre de décès en dehors de la Chine n’était que de 170 et les cas suspectés étaient au nombre de 7 736 dans le monde. Ce qui ne justifie pas une “urgence de santé publique de portée internationale”. Puis, le 11 mars, l’OMS a déclaré qu’il s’agissait d’une pandémie après que le nombre de décès “attribués” à Covid-19 par l’université John Hopkins ait atteint 4 300 dans le monde. Le terme “attribués” est important car il ne désigne pas directement les décès “causés” par le Covid-19. En d’autres termes, même ces “décès” étaient spéculatifs et présomptifs, et non définitifs ; pourtant, la pandémie a été déclarée avec seulement 4 300 décès dans le monde. Étrange, c’est le moins qu’on puisse dire !

Indépendamment de la question de savoir si le confinement était la meilleure option pour l’instant, même les estimations les plus prudentes donnent l’impression que le confinement, sur fond de déclin déjà important des économies, va être ahurissant ; bien pire que la Grande Récession de 2008-2009, mais aussi que la Grande Dépression des années 1930. Nous avons déjà vu qu’au premier trimestre (c’est-à-dire avant l’entrée en vigueur de l’embargo), la plupart des grandes économies étaient déjà en grave récession, la plus grave jamais enregistrée.

Si nous examinons les chiffres comparatifs, pendant la Grande Dépression, le PIB mondial a diminué de 26,7 % au cours des 43 mois de sa durée entre 1929 et 1933 — soit une contraction d’environ 6,5 % chaque année. Lors de la grande récession de 2008-2009, le PIB des États-Unis a chuté de 4,3 % et n’a pas repris avant 2011. L’emploi a diminué de 8,6 millions de personnes. Si nous prenons des chiffres comparatifs pour aujourd’hui, nous constatons que Goldman Sachs a prédit une baisse du PIB au deuxième trimestre de 26 à 40 % aux États-Unis et, jusqu’à la fin avril, pas moins de 26 millions de personnes ont déposé une demande d’emploi. Cette fois, les États-Unis ont mis en place le plus grand plan de relance de leur histoire, d’un montant de 3 000 milliards de dollars, et les taux d’intérêt ont également été réduits à zéro du jour au lendemain.

Si l’on considère les autres économies, le FMI prévoit une baisse de 8 % pour 2020 pour l’UE, le Royaume-Uni se contractant de 30 % au cours du premier semestre de l’année en cours, l’Italie se contractant de 18 % au deuxième trimestre.

La pandémie de coronavirus (COVID-19) affecte les économies d’Amérique latine et des Caraïbes par le biais de facteurs externes et internes, dont l’effet combiné entraînera la pire contraction que la région ait jamais connue, dépassant celles observées en 1914 et 1930. Selon les dernières estimations, une contraction régionale moyenne de 5,3 % est prévue pour 2020, a indiqué la CEPAL (Commission économique des pays d’Amérique latine) lors du lancement d’un nouveau rapport.

Les analystes interrogés par Reuters s’attendent à ce que l’économie japonaise se contracte de 22 % entre avril et juin, ce qui serait la plus forte baisse jamais enregistrée. Le gouvernement japonais a déjà annoncé un plan de relance record de 2 000 milliards de dollars, ce qui représente plus de 40 % de son PIB, et la Banque du Japon a élargi ses mesures de relance pour le deuxième mois consécutif en avril.

Le FMI a prévu, de manière prudente, une contraction de l’économie mondiale de 3 %. On estime qu’il y aura une perte de production de 9 000 milliards de dollars (soit plus de trois fois le PIB de l’Inde) au niveau mondial. Les chiffres devraient être bien plus élevés tant que le confinement semble se poursuivre.

Ces pandémies sont elles-mêmes le résultat des politiques économiques actuelles qui détruisent notre environnement et affaiblissent ainsi les niveaux d’immunité non seulement des humains mais aussi des animaux, entraînant une vague de maladies zoonotiques (qui se transmettent des animaux/insectes aux humains). Dans son rapport, l’OMS déclare que “le 21e siècle a déjà été marqué par de grandes épidémies. Les anciennes maladies – choléra, peste et fièvre jaune – sont revenues, et de nouvelles sont apparues – SRAS, grippe pandémique, MERS, Ebola et Zika. […] Les maladies couvertes sont : “Maladie du virus Ebola, fièvre de Lassa, fièvre hémorragique de Crimée-Congo, fièvre jaune, Zika, chikungunya, grippe aviaire et autres zoonoses, grippe saisonnière, grippe pandémique, syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), choléra, variole du singe, peste, leptospirose et méningite à méningocoques”. Pourquoi ces maladies ont-elles pris une telle ampleur au cours des deux dernières décennies ? Des études ont montré que c’est le résultat de l’agression de la nature non seulement par l’immobilier mais aussi par ce que Vandana Shiva appelle le “cartel du poison”. Et si l’on ajoute à cela la destruction massive de nos sols, des semences indigènes, l’utilisation massive d’engrais, de pesticides, d’hormones et d’autres produits chimiques dans nos chaînes alimentaires, on obtient non seulement une poussée de ces maladies mais aussi des cancers, des insuffisances rénales et une foule de nouvelles maladies. En fait, le nombre de décès liés à certaines pandémies antérieures, comme la grippe asiatique de 1957-1958 (1,1 million de morts) et la grippe de Hong Kong de 1968 (2 millions de morts), et même la pandémie de 2009, a été énorme. À l’heure actuelle, le nombre de décès dus à la covid-19 au cours des trois mois précédant la fin mai est de 314 687. L’une des études les plus complètes sur la pandémie, réalisée par l’Imperial College de Londres, montre que le “taux de létalité”, c’est-à-dire le nombre de décès parmi ceux qui contractent le covid-19 est de 0,9 % –

En substance, la cause globale à la fois des pandémies et de la crise économique est l’actuel système capitaliste/financier parasitaire où, alors que les rendements du capital dans l’industrie manufacturière ne cessent de diminuer, de nouvelles sphères d’extraction doivent être découvertes, quel que soit leur impact sur l’environnement ou sur la santé des populations. Et à l’ère du numérique, le système parasitaire se nourrit de plus en plus de la finance, de la spéculation, du commerce et de la pire des maladies plutôt que de l’industrie manufacturière. Le Deep State n’est plus le complexe militaro-industriel mais le complexe militaro-industriel-numérique et pharmaceutique qui dirige le monde. Comme l’a dit Vandana Shiva, ce sont les trois entreprises qui dominent le “cartel du poison”, les fusions formant le “big-3”. Ce sont : Monsanto-Bayer, Dow-Dupot, et Syngenta-ChemChina. Ce sont elles qui ont produit les gaz destinés à l’extermination mise en place par Hitler, ainsi qu’à la guerre du Vietnam. Aujourd’hui, elles produisent nos semences (génétiques), des engrais, des pesticides, etc. qui sont à l’origine de la plupart des maladies modernes ; elles préparent également les médicaments contre le cancer.

Examinons maintenant brièvement le fonctionnement de l’économie aujourd’hui et les conséquences probables de cet effondrement, ainsi qu’une éventuelle alternative viable.

Le confinement et l’après

Examinons d’abord les États-Unis, soupçonnés d’être la principale source du virus (avec la Chine). Entre le 18 mars et le 19 mai, la valeur nette totale des plus de 600 milliardaires américains a fait un bond de 434 milliards de dollars, soit 15 %, selon l’analyse des données de Forbes effectuée par l’ATF (Americans for Tax Fairness). Les cinq premiers milliardaires américains – Jeff Bezos, Bill Gates, Mark Zuckerberg, Warren Buffett et Larry Ellison d’Oracle – ont vu leur richesse augmenter de 75,5 milliards de dollars, soit 19 %. En mars, 614 milliardaires figuraient sur la liste de Forbes, et 630 deux mois plus tard, dont le nouveau venu Kanye West à 1,3 milliard de dollars. La valeur des milliardaires est passée de 2 948 milliards de dollars à 3 382 milliards de dollars au cours de cette période. “Ensemble, les cinq premiers ont capté 21 % de la croissance totale de la richesse de l’ensemble des 600 milliardaires et plus au cours des deux derniers mois. Les fortunes de Bezos et de Zuckerberg ont augmenté ensemble de près de 60 milliards de dollars, soit 14 % du total de 434 milliards de dollars”, indique le rapport de l’ATF et de l’Institute for Policy Studies Programme on Inequality. Au cours de cette même période approximative, plus de 38 millions de travailleurs américains ont perdu leur emploi, près de 1,5 million d’Américains sont tombés malades du virus et près de 90 000 en sont morts.

D’autre part, la population active a terriblement souffert. 2,7 milliards de travailleurs sont aujourd’hui touchés par des mesures d’immobilisation totale ou partielle, ce qui représente environ 81 % des 3,3 milliards d’actifs dans le monde, et ils sont maintenant confrontés à une réduction massive de leurs revenus et de leur emploi. Toutes les mesures que nous avons reçues du FMI, de la Banque mondiale, de l’OCDE et des prévisionnistes privés prévoient une réduction d’environ 5 % du PIB mondial cette année, ce qui sera bien plus que la récession mondiale de 2008. L’état de la population immigrée en Inde n’a jamais été aussi mauvais depuis la domination britannique. Des millions de personnes sont dans le dénuement et sont pratiquement obligées de mendier pour obtenir un peu de nourriture dans les villes qu’elles ont contribué à construire. Mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg, d’autres ont perdu leur emploi et une grande partie des classes moyennes et des travailleurs indépendants ont été poussés dans un état d’impuissance, de manque de moyens et de problèmes psychologiques. Les personnes âgées sont harcelées par la police et la société, comme si tout le monde était suspect.

En outre, comme nous l’avons vu, avant même le confinement, les économies mondiales se dirigeaient vers la pire crise de tous les temps. Cela aurait de toute façon entraîné d’énormes difficultés et la possibilité de révoltes partout dans le monde. En outre, le système capitaliste aurait été considéré comme absolument non viable pour la majorité. Il serait apparu la “fin de l’histoire” du capitalisme et non, comme Fukuyama l’avait prédit, pour le communisme.

Pour sortir de cette crise économique, les gouvernements du monde entier disposent désormais des deux outils monétaires classiques : l’augmentation de la dette par l’impression de billets (assouplissement quantitatif) et la réduction drastique des taux d’intérêt. Mais ces pays étaient confrontés à un dilemme : en raison de la stagnation continue de leur économie, ils ont déjà accumulé d’énormes quantités de dettes et réduit les taux d’intérêt à environ zéro, voire à un niveau négatif. Ayant déjà fait cela face à une crise aussi grave, quelle était leur porte de sortie ? Ironiquement, ils n’ont pas d’autre mécanisme que d’adopter les mêmes mesures, les gouvernements des États-Unis, du Japon et des pays de l’UE injectant des sommes record pour renflouer leurs économies et réduisant, si possible, les taux d’intérêt encore plus. C’est un pari gigantesque, car il pourrait bien servir d’amortisseur, mais précipiter un crash encore plus important dans les jours à venir.

Selon l’OCDE, la production de la plupart des secteurs chutera de 25 % ou plus, et le confinement affectera directement des secteurs représentant jusqu’à un tiers du PIB dans les grandes économies. Pour chaque mois de confinement, il y aura une perte de 2 % de la croissance annuelle du PIB. En bref, cela pourrait dépasser tout effondrement de la production mondiale que nous avons connu au cours des 150 dernières années ! C’est encore pire que la Grande Dépression des années 1930. Le FMI prévoit que plus de 170 pays connaîtront cette année une croissance négative de leur revenu par habitant. Voilà à quel point la situation est grave.

Selon l’OIT, des millions d’emplois ont disparu dans le monde. La crise COVID-19 devrait faire disparaître 6,7 % des heures de travail dans le monde au cours du deuxième trimestre 2020, soit l’équivalent de 195 millions de travailleurs à temps plein. La perte de revenus du travail est d’environ 3,5 billions de dollars (maximum) en 2020. Par conséquent, un nombre considérable de personnes vont être repoussées dans la pauvreté. Selon Oxfam, selon le scénario le plus grave – une contraction de 20 % des revenus – le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté augmenterait de 434 millions pour atteindre 932 millions dans le monde. Le même scénario verrait le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de 5,50 dollars par jour augmenter de 548 millions pour atteindre près de 4 milliards. Même à un niveau plus aigu, nous entrons dans un danger réel de voir des millions de personnes souffrir de la faim, mourir de faim, d’une manière qui ne devrait pas se produire au 21e siècle. En Inde, nous voyons déjà ce phénomène se produire à grande échelle.

Comme le souligne Michael Roberts (The Debt Dilemma), l’augmentation de la dette mondiale réduit la capacité des économies capitalistes à éviter les effondrements et à trouver des moyens rapides de se redresser.

Dans la crise actuelle, l’effondrement s’accompagne d’une dette mondiale élevée, qu’il s’agisse de la dette publique, de la dette des entreprises ou de la dette des ménages. L’Institut de finance internationale, un organisme commercial, estime que la dette mondiale, tant publique que privée, a atteint 255 000 milliards de dollars à la fin de 2019. C’est 87 000 milliards de dollars de plus qu’au début de la crise de 2008 et il ne fait aucun doute que la pandémie va l’augmenter considérablement. Comme l’a dit Robert Armstrong du Financial Times : “la pandémie pose des risques économiques particulièrement importants pour les entreprises dont les bilans sont fortement endettés, un groupe qui comprend maintenant une grande partie du monde des affaires. Pourtant, la seule solution viable à court terme est d’emprunter davantage, pour survivre jusqu’à ce que la crise passe. Le résultat : les entreprises entreront dans la prochaine crise avec des piles de dettes encore plus précaires”. Aux États-Unis, la dette des sociétés non financières s’élevait à environ 10 000 milliards de dollars au début de la crise. Avec 47 % du produit intérieur brut, elle n’a jamais été aussi élevée. Dans des conditions normales, cela ne serait pas un problème, car les taux d’intérêt historiquement bas ont rendu la dette plus facile à supporter. Les chefs d’entreprise, en s’appuyant sur l’effet de levier, n’ont fait que suivre les incitations qui leur ont été présentées. La dette est peu coûteuse et déductible des impôts, de sorte que le fait d’en utiliser une plus grande partie augmente les bénéfices. Mais en cas de crise, quel que soit son prix, la dette devient radioactive. Alors que les revenus s’effondrent, les paiements d’intérêts se profilent à l’horizon. Les échéances de la dette deviennent des menaces mortelles. Les risques de défaillances contagieuses augmentent et le système craque.

Pourtant, tous les pays développés, déjà plongés dans une crise de la dette souveraine, n’utilisent aujourd’hui que ce même mécanisme pour échapper à la crise actuelle, car ils semblent n’avoir aucun autre recours, même en sachant combien cela pourrait être désastreux à l’avenir.

En fait, depuis le milieu des années 1980, l’économie américaine a été balayée en une série de cycles, chaque cycle impliquant dans une certaine mesure des emprunts inconsidérés et la spéculation d’actifs, ce qui a conduit à une crise financière, des pressions déflationnistes et une faiblesse économique prolongée. En d’autres termes, plutôt que d’investir dans des actifs productifs, les entreprises se sont tournées vers les fusions et la spéculation financière, de sorte qu’une grande partie de leurs profits provenaient de plus en plus des gains en capital plutôt que des bénéfices de la production.

Ainsi, nous avons le choc pétrolier de 1973 ; la récession de 1982-83 qui a introduit les politiques de libéralisation à la Reagan/Thatcher ; puis le crash de la Dot com de 2001 et enfin la Grande Récession de 2008-09.

Le profond effondrement de 1980-2 a décimé les secteurs manufacturiers du Nord et a affaibli les syndicats pendant une génération. Les bases ont été jetées pour les politiques dites néolibérales visant à tenter d’augmenter la rentabilité du capital par une hausse du taux d’exploitation. Et ce fut la base d’un transfert du capital des secteurs productifs du “Nord global” vers le “Sud global” et vers le capital fictif du secteur financier. Le fait d’investir les bénéfices et d’emprunter de l’argent dans des obligations et des actions a fait baisser les taux d’intérêt et augmenter les plus-values et les cours des actions. Pour ce faire, les entreprises ont lancé un programme sans fin de rachat de leurs propres actions et d’emprunts pour faire monter le cours des actions.

Cela a jeté les bases de la financiarisation massive de l’économie qui a atteint des proportions gigantesques aujourd’hui avec la concentration de plus en plus importante de l’argent dans les mains de quelques personnes seulement. Comme l’a dit Vandana Shiva à Genève le 14 mars 2019, en mars 2016, les 6 plus riches disposaient de 343 milliards de dollars ; un an plus tard, leur richesse est passée à 402 milliards de dollars. Et l’essentiel de cette richesse est désormais organisé par des fonds de gestion d’actifs (AMF) qui n’existaient pas avant la libéralisation. En août 2019, les principaux AMF contrôlaient une richesse de 74 000 milliards de dollars (pour mettre les choses en perspective, le PIB total de l’Inde est d’environ 2 500 milliards de dollars). Leur expansion majeure a eu lieu après 2008/09. Par exemple, les deux plus grandes entreprises américaines/mondiales, Blackstone et Vanguard, avaient chacune une fortune de 1 000 milliards de dollars en 2008. En 2019, celle de Blackstone s’élevait à 7 000 milliards de dollars et celle de Vanguard à 5 600 milliards de dollars. UBS valait 3 400 milliards de dollars. La plupart de ces géants ont leurs bureaux enregistrés dans des paradis fiscaux et paient donc peu d’impôts. En comparaison, le total des actifs de Goldman Sach en 2019 s’élevait à 1 000 milliards de dollars. La majeure partie de la richesse créée par ces AMF provient de l’appréciation du capital et non des bénéfices. Ainsi, alors que Blackstone a réalisé un bénéfice brut de 7,4 milliards de dollars en 2019, celui de Goldman Sach s’élève à 34 milliards de dollars.

Alors que ces conglomérats font d’énormes richesses, la rentabilité était extrêmement faible dans le secteur manufacturier au moment qui nous a conduit à cette crise, et cela suggère qu’ils n’étaient pas en mesure de faire face à un effondrement majeur des systèmes de santé et des économies. En fait, si nous examinons les bénéfices totaux des entreprises mondiales et pas seulement le montant des bénéfices par investissement (c’est-à-dire la rentabilité), nous constatons que le montant total des bénéfices s’est arrêté dans les grandes économies lorsque nous sommes entrés dans la pandémie. Comme nous l’avons vu, l’économie mondiale était déjà sur le point de s’effondrer dans une certaine mesure, mais la pandémie a bien sûr aggravé ce marasme.

Une partie du problème pour surmonter la faible rentabilité était que les entreprises empruntaient davantage, augmentaient leur dette, contractaient des prêts auprès de la banque et essayaient de continuer à grossir. C’était particulièrement vrai pour les petites entreprises qui devaient s’endetter lourdement par rapport aux ventes qu’elles réalisaient afin de continuer à avancer. Et cela a augmenté le poids de la charge qui pèse sur elles. Si quelque chose devait mal tourner, elles se retrouveraient avec d’énormes dettes. Elles doivent payer et si elles ne le font pas, non seulement ces entreprises seront en difficulté, mais les prêteurs également. Même les marchés émergents ont connu une augmentation spectaculaire des dettes alors que la croissance ralentissait.

Même dans la pandémie actuelle, la majeure partie des “mesures de relance” est destinée aux banques et aux instruments financiers, ce qui permet de soutenir les marchés boursiers et la richesse des grandes entreprises. La Réserve fédérale américaine est intervenue pour injecter des quantités colossales de crédit en achetant des obligations et des instruments financiers afin que les banques et les institutions puissent garder la tête hors de l’eau. Mais cette fois, Jim Richards pense que ces remèdes ne fonctionneront pas, car la demande n’augmentera pas. Bien sûr, pour ce faire et pour soulager une partie des souffrances des personnes déplacées de leur emploi, les gouvernements occidentaux, contrairement à l’Inde, ont également mis de l’argent sur les comptes des personnes concernées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *