Caen : licencié pour avoir bu une bière, un éboueur se suicide



Un éboueur de 46 ans s’est donné la mort vendredi 6 juin à Caen en Normandie. L’homme travaillait à la collecte des déchets depuis 26 ans au sein de la société COVED. Le quadragénaire a reçu jeudi une lettre de licenciement pour faute grave. La raison : il a accepté avec son collègue une bière offerte par un riverain afin de les remercier du travail accompli pendant tout le confinement. Le vendredi au petit matin « il a revêtu sa tenue de travail et s’est donné la mort dans le garage de ses parents, la lettre de licenciement à ses pieds. » a déclaré Yannick Martin, élu CGT à la COVED.

On observe avec ce dramatique événement toute l’hypocrisie mise en place par la bourgeoisie et le gouvernement. Ils ont d’abord glorifié les travailleurs qui, sans relâche, ont continué de faire tourner le pays pendant cette crise du coronavirus. Mais les récompenses ne sont jamais venues, seulement quelques mots, au mieux des médailles…

Et très vite le patronat a repris ses bonnes vieilles habitudes, et sans même offrir une prime aux éboueurs a recommencé à sanctionner tous ceux qui ne rentrent pas dans le rang.

Encore une fois, un ouvrier est mort à cause de la prédation capitaliste.

En effet, les travailleurs sont constamment traqués, surveillés et sanctionnés à la moindre erreur qui pourrait nuire aux profits des bourgeois.

Comme d’habitude, la direction de l’entreprise COVED « ne souhaite pas commenter ». La bourgeoisie peut donc aujourd’hui décider de la vie ou de la mort de ses salariés en les licenciant et en les plongeant directement dans la misère. Pour eux, les vies des ouvriers ne valent rien et les profits valent tout.

Pour sortir de cette impasse, la classe ouvrière doit organiser la solidarité populaire à la base contre la répression patronale et les licenciements. C’est seulement grâce à un parti solide et à de larges organisations de masses populaires que les travailleurs pourront améliorer leurs conditions de vie en marchant vers le communisme.

1 thought on “Caen : licencié pour avoir bu une bière, un éboueur se suicide”

  1. Leray dominique dit :

    Très intéressant cet article. Cet exemple triste et flagrant met une fois de plus en évidence les mensonges et abérations de ceux qui nous gouvernent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *