Kobad Ghandy : un spectre hante le monde (partie 3)



Voici la troisième partie de la traduction d’une déclaration du dirigeant maoïste indien Kobad Ghandy, à propos de la crise sanitaire et économique qui traverse la planète. La première partie est disponible ici, la seconde ici.

En Inde aussi, la situation était précaire bien avant le verrouillage. Bien que le gouvernement ait arrêté la publication de nombreuses données officielles pour empêcher la révélation des faits, le budget lui-même a dépeint la sinistre réalité. Dans le budget, il est dit, pour l’exercice 2019-2020, que la croissance du PIB réel à 5 % est la plus faible depuis la crise de 2008-09. La croissance du secteur manufacturier, à 2 %, est la plus faible des 13 dernières années ; la croissance des investissements a été inférieure à 1 %, la plus faible des 15 dernières années. En outre, la roupie a atteint un plancher historique de 76 roupies pour un dollar et devrait continuer à baisser. D’abord, ce sont les PSB qui s’effondraient à cause des NPA, maintenant, ce sont les organismes de financement des infrastructures comme IL&FS, puis les banques coopératives comme Punjab & Maharashtra Cooperative Bank, et maintenant même les banques du secteur privé avec l’effondrement de l’énorme Yes Bank. Cela s’est étendu aux fonds communs de placement, le géant américain Franklin Templeton ayant dû fermer six de ses fonds le 23 avril. Cela ne s’est jamais produit en Inde dans le passé. L’argent des investisseurs bloqués dans ces fonds s’élève à environ 250 000 millions de roupies, tous issus des classes moyennes. Les journaux ont prédit que la contagion pourrait s’étendre à d’autres fonds communs de placement. En outre, le marché des actions a chuté jusqu’à présent entre janvier et mars de 35 %.

Et maintenant, si nous nous tournons vers la situation post-confinement en Inde, The Economist (22 mai 2020) dit : “Goldman Sachs, s’attend à ce que l’économie se contracte de 45 % ce trimestre (d’avril à juin 2020) à un taux annualisé, et de 5 % sur l’année entière, en supposant un grand rebondissement au second semestre. Les exportations indiennes se sont effondrées de 35 % en mars et de 60 % en avril. Selon India Today, les fruits et légumes pourrissent car il n’existe ni transport ni main-d’œuvre, que ce soit pour les cueillir ou même pour les amener au marché. Le secteur du transport et de la logistique qui pèse 15 000 milliards de roupies a été paralysé après le 24 mars avec 1,5 million de camions bloqués sur la route (sur les 7,5 millions) en raison de la soudaineté de l’annonce”.

L’activité de la FABRICATION en INDE a connu une contraction sans précédent en avril, le confinement ayant entraîné un effondrement de la demande et des perturbations massives de la chaîne d’approvisionnement, selon l’enquête IHS Markit purchasing managers index (PMI). À 27,4 points en avril, le PMI manufacturier indien Markit de l’IHS, corrigé des variations saisonnières, a chuté depuis 51,8 points par rapport à mars. “La dernière interprétation a mis en évidence la plus forte détérioration des conditions commerciales dans l’ensemble du secteur depuis le début de la collecte des données il y a plus de 15 ans. La baisse des conditions d’exploitation a été partiellement due à une contraction sans précédent de la production”, a déclaré IHS Markit. En mars, la production des sorties d’usine s’est contractée de 16,7 %, un record.

Selon TRANS UNION CIBIL, les prêts accordés aux micro, petites et moyennes entreprises risquent davantage de devenir des actifs non performants (NPA). Le taux de NPA pour les MPME a augmenté de façon continue au cours des dernières années pour atteindre 12,6 % en décembre 2009, a déclaré Cibil dans un rapport. “Le montant des MPME se situant dans la tranche de risque la plus élevée a un solde créditeur de 2 32 000 roupies, ce qui représente un risque plus élevé de devenir des actifs non performants”, a déclaré M. Cibil.

Pas étonnant que le même “Economist” ait rapporté cela : Le Conseil national de la recherche économique appliquée, un groupe de réflexion à Delhi, prévoit une contraction de 12,5 % pour cet exercice financier, à moins d’une énorme relance. Et en ce qui concerne l'”énorme” relance annoncée par M. Modi, The Economist a déclaré : “Mais au lieu d’une stimulation de la demande, et en particulier d’une aide financière urgente pour les plus pauvres, M. Modi a fourni un mélange d’incitations et d’aides du côté de l’offre, telles que des garanties de crédit, ainsi que des réformes dont l’impact ne se fera sentir qu’à moyen terme, au plus tôt. La plupart des mesures de relance sont soit des mesures déjà annoncées, soit des mesures prises par les banques centrales pour stimuler les prêts. Les estimations du nouvel engagement budgétaire du gouvernement de M. Modi vont de 0,7 % à 1,3 % du PIB, ce qui est loin des 10 % annoncés.”

Les journaux comparent cette situation à la grippe espagnole de 1918, introduite en Inde par des soldats revenant des tranchées de la Première Guerre mondiale (une récompense des Britanniques), ce qui est ridicule, car dans cette pandémie, environ 18 millions d’Indiens ont perdu la vie, mais à ce jour, dans les deux mois qui se sont écoulés depuis la fermeture, le nombre officiel de décès est d’un peu plus de 4 000 pour l’ensemble du pays. Les cas sont nombreux, plus de 100 000, mais les décès sont peu nombreux. C’est un fait établi que le taux de mortalité est inférieur à 1% et que la plupart des décès ont lieu à cause d’autres morbidités. En fait, l’ICMR (Indian Council of Medical Research) a inutilement accumulé la peur/panique dès le 27 février, alors qu’il n’y avait pratiquement pas un seul cas. À l’aide de “modèles mathématiques”, ils ont prédit 1,5 million de cas à Delhi et 500 000 chacun à Mumbai, Kolkata et Bangalore. Dans le pire des cas, ils prévoyaient 10 millions de cas à Delhi et 4 millions à Mumbai, avec un pic à la fin du mois de mars. Comparez ces chiffres avec le nombre total de cas signalés dans toute l’Inde jusqu’au 24 mai, soit 132 000. Il n’y a littéralement aucune comparaison avec les prédictions de l’ICMR ; cela aussi par le principal corps médical du pays. Mais ni les journaux ni l’ICMR ne s’excuseront auprès du public pour avoir semé la peur et la panique. Et probablement que le gouvernement a agi dans la panique en voyant ces prédictions de l’ICMR dans la nuit du 24 mars.

Une contraction de 12 % de l’économie indienne est inouïe et la douleur infligée aux migrants et aux classes moyennes n’est que le début de ce qui est à venir. Bien sûr, alors que nous sommes tous enfermés et que des millions de personnes meurent de faim, Reliance a signé quatre méga accords (pas de confinement pour lui) et ses actions ont atteint un niveau record, en hausse de 45 %. Anil Agarwal de Vedanta a profité de la chute de la valeur des actions pour racheter la totalité des actions publiques en achetant 49% des actions à des prix cassés et en se retirant de la bourse. En outre, les sociétés Internet et le commerce électronique ont fait des affaires d’or avec les actions d’Amazon, de Walmart, de Google, etc. qui ont atteint des niveaux record à la bourse américaine. Et ce, dans un scénario où les indices boursiers généraux ont chuté de manière drastique tant en Inde qu’aux États-Unis.

L’économie indienne, si dépendante de l’Occident, est gravement touchée par cette crise, comme nous l’avons déjà vu. Déjà ici, le 1% supérieur possède plus de 50% de la richesse personnelle de l’Inde, et les 10% supérieurs en détiennent près de 80%. Le nombre de personnes vivant dans des bidonvilles dépasse les 100 millions, ce qui est bien plus que dans d’autres pays d’Asie du Sud et du Sud-Est. C’est cette population qui est particulièrement exposée à tout virus, car il n’est pas possible de faire de la distanciation sociale dans ces bidonvilles ni d’ailleurs dans les immeubles d’une pièce où vivent la plupart des gens. À Mumbai, nous constatons que la plupart des cas de Corona se trouvent dans les bidonvilles. Selon Picketty, c’est en Inde que l’inégalité a augmenté le plus rapidement au monde. La part du décile supérieur dans le revenu total est passée de 33 % en 1980 à 55 % en 2018 en Inde ; alors qu’en Europe, elle est passée de 28 % à 34 %, en Russie de 26 % à 45 %, aux États-Unis de 35 % à 48 % et en Chine de 26 % à 41 %. En outre, cela ne tient pas compte de “l’abus sans précédent de l’intouchabilité” (Toyananbee) qui fait de l’Inde le pays le plus inégalitaire, le plus honteux, le plus cruel et le plus toxique du monde.

Avec un tel scénario, le pire reste à venir, et pas seulement à cause du virus, mais aussi sur le plan économique et politique. Comme lors de la Grande Dépression, la faim et la famine se sont accompagnées de la terreur fasciste et communautaire. Des millions de personnes ont été tuées et encore plus sont mortes des affres de la faim. Les signes sont déjà visibles dans le monde entier et déjà sous une forme extrême en Inde. Les journaux rapportent déjà que les MPME risquent de ne pas pouvoir rembourser leurs prêts, comme c’est le cas pour le logement et d’autres secteurs. Cela met une pression énorme sur les banques et il pourrait y avoir une ruée sur les banques avec des gens qui perdent confiance dans le maintien de leurs dépôts. D’autres systèmes d’épargne sont déjà sous pression, comme les fonds communs de placement. Avec leur effondrement, l’épargne durement gagnée par les gens risque de se tarir. La crise touchera non seulement les travailleurs migrants et les travailleurs indépendants, mais aussi les classes moyennes. L’insécurité économique étant décuplée, les possibilités de divertissement s’effondrent, les interactions sociales deviennent plus difficiles et l’on soupçonne que les cas psychologiques vont probablement se multiplier et que même le nombre de suicides ne se limitera peut-être pas aux seuls agriculteurs, mais s’étendra aux classes moyennes, qui ont connu des jours meilleurs récemment, et qui disparaîtront toutes. La crise sera probablement pire que celle de l’Occident en raison de la fragilité de l’économie et des niveaux de pauvreté déjà effrayants.

D’autre part, la domination du grand capital et des quelques familles en Occident et de leurs homologues en Inde sera décuplée et le lien entre elles et la classe politique ne fera que se resserrer. Ils gouverneront d’une main de fer et la “peur” du virus peut maintenir les gens enfermés indéfiniment, seuls ceux qui ont un laissez-passer du gouvernement ou de la police étant autorisés à se déplacer. On dit déjà que les applications de type Arogya Setu [NDLR : une application type Stop COVID indienne] serait laissez-passer rendu obligatoire pour toute forme de voyage, et cela aussi avant même toute réouverture. Les déplacements “non essentiels” peuvent être limités indéfiniment et ce qui est essentiel ou non sera décidé par le gouvernement/la police. Grâce à la technologie, Big Brother vous surveillera 24 heures sur 24.

C’est la tendance qui se dessine dans un avenir proche, avec des différences plus ou moins importantes selon les régions du monde, et non les possibilités idylliques que certains envisagent. Un scénario de type 1984 avec George Orwell riant depuis sa tombe. Tant que le pouvoir financier restera entre les mains de quelques-uns et que le pouvoir politique s’y mêlera, les choses ne pourront qu’aller de mal en pis, que ce soit dans le domaine des pandémies ou de l’économie.

Il ne fait aucun doute que cette structure économique n’est pas viable et qu’elle est appelée à aller de crise en crise, mais elle ne s’effondrera pas d’elle-même. En outre, elle a besoin d’une alternative économique et politique capable de s’affirmer.

Cette alternative pourrait être liée à la destruction du capital financier/spéculatif super important ainsi qu’à celle de la poignée de grandes sociétés, et à l’émergence d’une économie coopérative respectueuse de l’environnement, où la technologie est utilisée pour protéger (et non nuire) l’environnement et la race humaine et animale. Une véritable alternative autosuffisante.

Sur le plan politique, avec la destruction du pouvoir de la poignée d’élites/milliardaires mondiaux et de leurs comparses politiques, une véritable alternative démocratique doit être construite bloc par bloc pour soutenir et faire évoluer le nouveau modèle économique. L’objectif de cette alternative devrait être le bonheur de la majorité grâce à la sécurité économique, l’égalité sociale, la démocratie et la liberté de la base, et les valeurs d’amour, d’harmonie et de coopération contre toute forme de haine, d’aliénation, de domination et de surenchère dans tous les domaines de la vie.

Mais ça, c’est à long terme, à court terme, que les gens devront protéger leurs intérêts et survivre en se regroupant dans un esprit de coopération pour se protéger, protéger leurs économies durement gagnées et résister aux malfaiteurs. Après tout, les dirigeants européens ont un passé de génocides : l’anéantissement de toutes les populations indigènes des Amériques, le massacre de 40 millions de personnes par les intérêts miniers en Afrique, deux guerres mondiales et un génocide de masse par des bombardements à Hiroshima, Nagasaki, en Indochine puis au Moyen-Orient ; et la mort d’environ 30 millions de personnes en Inde au cours des deux siècles de domination britannique. Tout est possible dans la période de crise intense qui s’annonce.

Les super-riches se sont déjà protégés en plaçant leur argent dans des paradis fiscaux ; les classes moyennes et les pauvres doivent agir avant qu’il ne soit trop tard. La Grande Dépression a duré 10 ans et s’est terminée par la Seconde Guerre mondiale… où se terminera celle d’aujourd’hui ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *