Un regard maoïste sur la restructuration capitaliste du système de santé – Partie IV



Voici la suite de la traduction de l’introduction, mise en ligne par Redspark, de “A New Outlook On Health”, dont la première partie est disponible ici, et la seconde ici. La troisième, enfin, se trouve .

Les soins de santé dans un système économique différent

Un examen attentif des États-Unis donne une image sombre des soins de santé sous le capitalisme avancé, son système étant un modèle qui est aujourd’hui suivi par la majorité des pays du monde. Cependant, nous avons des exemples historiques de la manière dont les soins de santé diffèrent lorsqu’ils ne sont pas dirigés par le capital. Par exemple, les soins de santé en Chine pendant la période socialiste.

Lorsque les communistes en Chine ont réalisé la révolution et établi un nouvel État socialiste en 1949, le pays avait connu plus d’un siècle de guerre, de famine et de catastrophes naturelles. L’écrasante majorité de l’immense population vivait dans les campagnes pauvres, cultivant avec des outils manuels de base. Il y avait très peu d’industrie nationale et la plupart des gens étaient analphabètes. Les tâches complexes consistant à fournir des soins de santé et une éducation s’ajoutaient aux tâches plus immédiates consistant à nourrir, vêtir et abriter 542 millions de personnes. Pourtant, au milieu des années 1950, la majorité des enfants apprenaient à lire et à écrire dans les écoles primaires et tout un système de plus de 200 000 médecins ruraux formés pour fournir des soins de santé de base a été mis en place19. Plus tard, ces médecins ruraux ont été connus sous le nom de “médecins aux pieds nus” car ils étaient issus des villages et vivaient et travaillaient dans les champs avec tous les autres. En raison de leur intégration continue dans la production et la vie du village, ils étaient bien placés pour comprendre leurs patients potentiels et le contexte dans lequel ils auraient pu tomber malades.

Des hôpitaux ont été progressivement construits dans tout le pays à l’échelle des comtés, de sorte que les ressources médicales n’étaient pas concentrées dans les villes.20 Les médecins ruraux étaient formés pour reconnaître quand les conditions dépassaient leur niveau de compétence et transféraient les patients à l’hôpital le plus proche.

Ces hôpitaux n’avaient pas beaucoup de ressources, mais ils disposaient d’un personnel formé dont le but était de s’occuper de la santé de leurs patients, une priorité dictée non pas par les résultats de l’hôpital, mais par les besoins de la population, tant des individus que du grand public. Ils disposaient de médicaments de base et comptaient sur les membres des familles pour assurer les soins infirmiers quotidiens de niveau inférieur. Les soins étaient dispensés aux patients à faible coût, car les salaires et les fournitures médicales étaient gérés par l’État dans le cadre d’un plan global de construction des infrastructures de santé dans l’ensemble du pays.21 Plutôt que d’être motivés par le souci de leurs propres moyens de subsistance, les travailleurs hospitaliers abordaient leur travail en partant du principe que les êtres humains étaient la ressource la plus importante et que, la Chine étant un pays pauvre, il était important d’économiser de l’argent et des ressources matérielles pour le plus grand bien.

On a beaucoup écrit sur la façon dont la Chine a pu, pendant cette période, éradiquer des maladies telles que la malaria, la typhoïde et la schistosomiase – des maladies qui ont tué (et continuent de tuer) des millions de personnes dans les pays pauvres du monde entier. Ils y sont parvenus principalement grâce à l’éducation et à la mobilisation des masses pour améliorer la nutrition et l’hygiène. L’un des meilleurs exemples de la manière dont un pays pauvre et socialiste comme la Chine a fait face à une maladie menaçant la santé publique est le cas de la tuberculose dans l’industrie laitière. La tuberculose est une maladie bactérienne qui attaque les poumons, se propage par la toux et peut être mortelle si elle n’est pas traitée. Elle peut être transmise à l’homme par les vaches en respirant la bactérie ou en buvant du lait contaminé. En Occident, la méthode pour arrêter la propagation de la tuberculose chez le bétail consistait à abattre immédiatement les vaches dont le test était positif. Cependant, en Chine, le bétail était rare et le lait qu’il produisait était essentiel pour améliorer le niveau nutritionnel de la population. Au lieu d’abattre les vaches positives à la tuberculose, ils les isolaient dans leurs propres troupeaux et traitaient la maladie. Nombre d’entre elles se sont rétablies et ont été réintégrées dans les principaux troupeaux. Les fermes d’État et les coopératives ont pu utiliser cette méthode parce qu’elles n’étaient pas confrontées aux mêmes contradictions que les producteurs laitiers capitalistes, où les coûts de la main-d’œuvre et le résultat net signifiaient que l’abattage en gros était plus économique que l’isolement et le traitement. (Cet exemple contraste fortement avec la situation actuelle aux États-Unis où la pandémie COVID-19 a perturbé la chaîne d’approvisionnement alimentaire vers les villes, de sorte que les agriculteurs abattent des millions de poulets et déversent des tonnes de lait alors que les rayons des épiceries sont vides. Le système économique capitaliste ne permet tout simplement pas d’acheminer l’excès de nourriture aux personnes affamées, car ses méthodes d’approvisionnement sont dictées par le marché et le profit/perte, plutôt que par le besoin humain).

Dans la Chine de l’après-libération, toutes les infrastructures de santé, ainsi que la culture relative aux soins de santé qui les entourait, ont été construites délibérément avec la planification de l’État. L’énormité de cette tâche – comment fournir au plus grand nombre l’accès aux soins de santé les plus avancés possible compte tenu des ressources et des conditions – a été surmontée grâce à une planification détaillée basée sur une enquête approfondie et continue et en suivant la ligne idéologique selon laquelle le bien-être de la majorité de la population, le public, était le facteur déterminant. Toute la formation, la construction de bâtiments, la conception et la fabrication d’équipements, la recherche et le développement de médicaments et de techniques médicales, n’ont pas été organisés selon la logique du profit et de la perte. Les coûts et les ressources ont été mis en balance avec d’autres infrastructures et besoins immédiats, plutôt qu’avec une expansion ou une contraction basée sur les prévisions du marché.22

Le COVID-19 démasque le système de santé américain

Les États-Unis, contrairement à la plupart des pays d’Europe occidentale, n’ont jamais connu la sociale-démocratie. En dépit de toutes les trahisons des sociaux-démocrates, de leurs sales affaires et, en fin de compte, de leur adhésion opportuniste totale à leur propre capitalisme et impérialisme national, une conséquence positive de leur héritage reste la notion, bien que déchiquetée, de “public”. Avec l’avancée de l’impérialisme, cet héritage est, et continuera d’être, nécessairement attaqué et détruit. Toutefois, certains vestiges subsistent encore dans des pays comme la France, avec son système de santé “à payeur unique” a peu près intact, et le bien-aimé National Health Service au Royaume-Uni. En ce sens, les États-Unis, dépouillés très tôt de leur culture et de leurs infrastructures “publiques”, nous fournissent l’exemple le plus clair de la façon dont les soins de santé se développent sous le capitalisme.

Le COVID-19 a fourni une terrible lentille à travers laquelle nous pouvons comprendre les conséquences du capitalisme sur le bien-être public. L'”échec” du système de santé à combattre efficacement la pandémie est en fait le résultat logique de la pénétration du capital dans tous les coins de la société – elle-même fonction de l’expansion impérialiste. Ce qui se passe actuellement – des travailleurs de la santé sans équipement de protection qui succombent au coronavirus en essayant désespérément de sauver des vies, des agriculteurs qui détruisent les récoltes alors que les gens ont faim – n’est pas une erreur ou un dysfonctionnement du système ; c’est la conséquence de la marche continue de l’impérialisme, largement imperméable au bien public (à moins qu’il ne s’entrecroise avec son expansion), à la recherche de nouveaux investissements et de nouveaux marchés pour résoudre ses propres contradictions. Il n’y a rien à “réparer” ici du point de vue du peuple, car il n’est pas brisé du point de vue de la bourgeoisie ; qu’y a-t-il à réparer dans un système qui fonctionne comme il le devrait ?

Nous, qui croyons que les êtres humains ne sont pas des voitures ; nous, qui croyons qu’un système économique qui considère le public – le bien collectif – comme primordial : pour la survie et l’épanouissement de la race humaine sur notre seule et unique planète, nous devons tirer les leçons que le COVID-19 a démasquées et poursuivre notre travail en conséquence.

Mai 2020
Collectif Redspark

19 Au moment de la Libération en 1949, la Chine estimait qu’elle comptait environ 40 000 médecins concentrés dans les villes, soit un médecin pour environ 13 500 personnes. Au cours des années 1960, plus de 1,5 million de médecins aux pieds nus ont été formés et travaillaient pour fournir des soins médicaux de base dans les villages se situant dans les zones rurales. En conséquence, entre 1949 et 1979, la mortalité infantile est tombée de 200 à 34 pour 1000 naissances, et l’espérance de vie est passée d’environ 35 à 68 ans.

20 En 1949, il y avait 2 000 hôpitaux et un lit d’hôpital pour 6 500 personnes. En 1979, il y avait 65 009 hôpitaux et un lit pour 502 personnes.

21 Les Communes populaires ont versé de petites sommes aux hôpitaux grâce à leurs fonds communs pour les aides sociales.

22 Presque toute l’infrastructure médicale en Chine après le coup d’Etat capitaliste a été privatisée et les hôpitaux publics restants ont été transformés en unités comptables responsables de leurs propres profits et pertes. Ce changement a permis aux administrateurs et aux médecins de suivre le modèle capitaliste occidental, en achetant des équipements de pointe, en important des médicaments de marque d’Europe et des États-Unis et en formant des médecins hautement spécialisés – puis en augmentant le nombre d’examens et les honoraires pour payer tout cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *