Mouvement de masse au Mali : un point de vue révolutionnaire



Traduit depuis le médias révolutionnaire Brésilien A Nova Democracia

Le 10 juillet, la ville de Bamako, capitale du Mali, a été saisie par un gigantesque soulèvement populaire dans lequel des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour la troisième fois en un mois. Les protestataires exigeaient, entre autres, que toutes les troupes impérialistes, en particulier les Français, et de l'”Organisation des Nations Unies” (ONU) quittent le pays, ce qui a fait augmenter le niveau idéologique des slogan : “Expulsez la France !” Au moins quatre personnes (11 ndlr) ont été tuées par les forces de répression jusqu’à présent.

Lors des manifestations du 10 juillet, les manifestants avaient pour cibles principales les bâtiments gouvernementaux, notamment l’Assemblée nationale, les stations de télévision et de radio, et deux ponts importants de la capitale, ainsi que le blocage des routes et des voies reliant la ville avec des barricades en feu. Les deux chaînes de télévision publiques du pays ont été contraintes de cesser leurs émissions après que des manifestants aient réussi à pénétrer dans le siège de la radio et de la télévision nationales, où ils ont occupé l’antenne.

Dans une tentative de contenir le soulèvement populaire, la police a tiré sur la foule et a lancé des gaz lacrymogènes, faisant au moins quatre morts et des dizaines de blessés jusqu’à présent. Mais cela n’a pas suffi à contenir la fureur populaire, car la rébellion a duré le reste de la journée, avec des incendies qui se sont propagés dans toute la capitale, ainsi que la confiscation des produits des magasins, ce qu’on appelle mal le “pillage”.

L’indignation du peuple malien se retourne également contre le gouvernement, actuellement dirigé par le président Ibrahim Boubacar Keita, en exigeant la démission de Keita et de son gouvernement. Les milliers de personnes réunies sur la place de l’Indépendance ont dénoncé la situation de misère du peuple, la corruption de l’État et les conflits militaires qui ont lieu dans le nord du pays, en partie contrôlés par des groupes musulmans salafistes qui, à diverses époques, agissent contre l’invasion et l’occupation impérialistes.

Les protestations exigent également que les ressources nationales du pays, riches en or et en uranium et dont les puits de pétrole ont été découverts plus récemment, soient mises au service du peuple, et non plus pillées par des multinationales impérialistes, comme cela se produit de manière séculaire.

Le “Mouvement du 5 juin”, comme appele le soulèvement, est spontané, mais en raison de l’absence d’un mouvement prolétarien qui agisse pour le diriger, il a été influencé par les forces politiques “oppositionnistes” des propriétaires fonciers bourgeois. Ainsi, parmi les revendications qui sont apparues récemment, influencées par cette “opposition”, figurent la dissolution du parlement, la formation d’un gouvernement de transition nommant un premier ministre et le remplacement de neuf membres de la Cour constitutionnelle, accusés de corruption et de collusion avec l’exécutif. Le 11/07, le gouvernement a été contraint d’annoncer, par l’intermédiaire du Premier ministre Boubou Cissé, la formation d’un nouveau gouvernement.

Des milliers de manifestants se sont rassemblés sur la Place de l’Indépendance à Bamako. Photo : Michele Cattani / AFP

Des barricades de pneus et d’autres matériaux en feu ont été utilisées pour bloquer les routes d’accès à la capitale malienne.

LA SITUATION ACTUELLE DU MALI ET DE L’IMPÉRIALISME FRANÇAIS

Selon le monopole allemand de la presse DW, les protestations ont été déclenchées après que Keita ait annoncé une série de réformes, qui ont été largement rejetées, dans une tentative de gagner plus d’approbation pour son gouvernement et d’apaiser son opposition. Cependant, les protestations de masse expriment également les frustrations de longue date du peuple malien, en particulier contre l’intervention impérialiste dirigée par la France dans ce pays d’Afrique occidentale, qui est soumis à un contrôle colonial dans presque tout le pays, et semi-colonial dans sa région nord.

L’opération française “Barkhane” a débuté après la déposition du président malien en 2012, qui a ouvert la voie à la prise de contrôle des villes du nord du Mali par les indépendantistes touaregs, dont une partie a fini par s’aligner sur les groupes musulmans djihadistes, comme Al-Qaida.

La France est alors intervenue avec son arrogance coloniale sous prétexte de “combattre le terrorisme” et de “rétablir la démocratie”, comme le veut la coutume de l’impérialisme, bien qu’elle ait soutenu ouvertement jusqu’à ce moment le Mouvement de libération nationale de l’Azawad (MNLA), principal groupe indépendantiste des Touaregs. Le monopole de la presse française, qui jusqu’alors dépeignait les combattants de l’ALNM comme des “rebelles héroïques”, a commencé à les représenter comme des monstres et des terroristes, affirmant à plusieurs reprises que l’intervention était “la seule issue possible”.

À l’époque, quelque 3 500 soldats de la coalition militaire impérialiste dirigée par la France et formée par huit pays ont commencé à occuper le pays, un nombre qui approche aujourd’hui les 4 500. En outre, l’intervention a également inclus les milliers de troupes “de paix” de la Mission intégrée multidimensionnelle des Nations unies pour la stabilisation du Mali (Minusma), qui compte aujourd’hui 13 000 soldats dans le pays. Les groupes qui contrôlent des fractions du nord du Mali, bien que liés à l’idéologie féodale du salafisme (un mouvement au sein du courant sunnite de l’Islam), agissent objectivement pour la paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *