Hommage à Gisèle Halimi, avocate féministe et anti impérialiste, défenseuse des femmes prolétaires



Gisèle Halimi est décédée ce mardi 28 juillet 2020 à l’âge de 93 ans. Elle était une avocate militante féministe et anti colonialiste franco-tunisienne. Elle est notamment restée célèbre pour avoir défendu en 1972, lors du procès de Bobigny, une jeune femme accusée d’avortement illégal après avoir subi un viol, procès au cours duquel elle avait obtenu la relaxe de la jeune femme inculpée.

Bien avant cela, dans les années 1950, Gisèle Halimi s’était déjà engagée, en tant qu’avocate, dans la défense des militants algériens du Front National de Libération, contre le colonialisme français. Elle avait également défendu la militante Djamila Boupacha, qui avait subi viol et tortures de la part de soldats français.

Dans les années 1980, en défendant deux femmes victimes de viol, elle a contribué à changer le statut pénal du viol dans le droit de l’État français, le faisant passer de délit à crime.

Si Gisèle Halimi s’est par la suite engagée dans la politique bourgeoise aux côtés de François Mitterrand, elle aura néanmoins contribué des années 1950 aux années 1980 au long combat contre l’impérialisme et pour les droits des femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *