Répression envers les antifascistes, complaisance avec les fascistes !



Dans la nuit du 19 au 20 août, six militant.es antifascistes ont été arreté.es à Lyon suite à une rixe devant le bar « The Big White » connu pour être fréquenté par des groupes d’extrême-droite néonazis et identitaires. 

Alors que le mois dernier a vu se dérouler à Lyon deux attentats contre des mosquées revendiqués par des nationalistes et qu’un restaurant a été saccagé et recouvert de tags racistes et xénophobes dans le 9ème arrondissement, la justice bourgeoise a choisi de mettre en examen des militant.es antifascistes pour une simple rixe en ouvrant une enquête pour “violences aggravées, participation à un groupement en vue de commettre des violences ou dégradations et dégradations en réunion”, tandis que les auteurs des attentats cités précédemment n’ont toujours pas été interpellés !

Rappelons que le bar « The Big White » se trouve dans le Vieux Lyon, quartier abritant aussi le local de Génération Identitaire « La Traboule », ainsi que leur salle de boxe « l’Agogée », dont plusieurs membres ont déjà été condamnés pour des ratonnades et autres actes racistes. Rappelons également que la mairie de Lyon n’a jamais agi de manière concrète contre ces locaux et groupuscules et qu’à part une multitude de tweets et déclarations de politicien.es, aucune mesure n’a été prise pour enrayer la montée de l’extrême-droite lyonnaise. Nous n’avons rien à attendre des politiques bourgeois, à nous de lutter contre le fascisme en comptant sur nos propres forces et en développant l’autodéfense populaire des masses !

Comme dans toutes les périodes de crise, l’État bourgeois, avec l’aide de son appareil judiciaire, laisse le fascisme se développer tandis qu’il exerce une répression féroce contre les militant.es antifascistes. Nous pouvons prendre l’exemple du bar se revendiquant antifasciste « Le Saint Sauveur », basé à Ménilmontant à Paris. Celui-ci risque une nouvelle fermeture administrative car « responsable d’une rixe entre client.es du bar et des fascistes », alors que ce sont justement les client.es qui se sont lâchement fait attaquer par le groupuscule néonazi “Zouaves Paris” le 4 juin dernier. L’exemple des militant.es lyonnais.es mis en examen depuis plus d’un an par la justice française pour avoir muré le local du Bastion Social (groupe nationaliste ayant multiplié les ratonnades et actions racistes pendant leur courte existence), peut également être mis en avant pour montrer l’acharnement judiciaire que subissent ces militant.es pour une simple action de murage symbolique d’un local fasciste.

Soutien aux antifascistes lyonnais et à tous les camarades antifascistes du monde entier !

Stop à la justice de classe, complaisante avec les fascistes et intraitable avec les antifascistes !

Contre le fascisme et la répression, rendons coup pour coup !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *