Communiqué de la Ligue des paysans pauvres du Brésil



Nous reproduisons la plainte de la Ligue des paysans pauvres (LCP) concernant les fausses accusations du monopole de la presse et de la police militaire de Rondônia contre les paysans du campement Tiago do Santos à Porto Velho. Aujourd’hui toute l’occupation est encerclée par la Police militaire et les troupes spéciales, l’assaut serait prévu ce soir, un génocide se dessine.
Depuis la nuit du samedi 3 octobre, la nouvelle de la mort de policiers militaires de Rondônia dans une zone proche du camp de Tiago dos Santos (occupation de terre de la LCP) à Nova Mutum Paraná, district de Porto Velho, s’est répandue.
Un d’entre eux (un policier de la réserve) aurait simplement été en train de pêcher puis aurait été pris en embuscade, assassiné et l’autre aurait participé à une supposée tentative de sauvetage du premier lorsqu’il a été abattu.
A la suite de ces événements, il y a eu une série d’accusations haineuses infondées contre les paysans et la LCP suivi de l’envoi de plus de 60 hommes de groupes spéciaux avec promesses d’assassinats des paysans.
Cette même police de Rondônia, qui reconnaît que ses cadres actifs et de réserve rendent des services comme pistoleros pour les propriétaires terriens et les voleurs de terres, on ne peut en aucun cas lui faire confiance, même “un tout petit peu comme ça… rien”, comme l’avait dit Che Guevara à l’ONU à propos de l’impérialisme.
Les vérités sur tout cela, c’est que :
Plus de 600 familles, 2 000 hommes, femmes et enfants du Camp Tiago dos Santos se battent pour une zone publique de plus de 57 000 hectares, criminellement et illégalement occupée, volée et utilisée par le propriétaire foncier Antônio Martins dos Santos, connu sous le nom de Galo Velho (Vieux Coq), qui a été arrêté cette année en Juillet dans le cadre de l’opération amicus regem (amis du roi). Antônio Martins, le Vieux Coq , est l’une des cibles de l’opération de la police fédérale.
Le désordre, les règlements de comptes et les échecs de ces hommes de main qui portent des uniformes en Rondônia doivent règler avec leurs patrons voleurs, politiciens et propriétaires terriens, leurs problèmes. Lavez vos bouches sales avant de parler des paysans, des “sans terre” et de la LCP.
Nous exigeons le retrait immédiat de la Police militaire de la région.
C’est impressionant comme ils mentent et comme ils sont lâches. S’il y a eu un affrontement entre les paysans et les policiers, il doit y avoir des paysans blessés. Et qui répondra à cette question ?
Que toutes les voix des démocrates et des honnêtes gens, dans tout le Brésil, se lèvent immédiatement. Tout ce discours vise à cacher quelque chose de très grave et à justifier un massacre !
Dehors les PM et les forces de police de Nova Mutum Paraná !
Dehors Galo velho et ses hommes de main des 57 000 hectares volés !
Vive le combat pour la terre !
De la terre pour ceux qui en vivent et la travaillent !
Vive l’occupation Tiago dos Santos !
Commission nationale de la ligue des paysans pauvres

1 thought on “Communiqué de la Ligue des paysans pauvres du Brésil”

  1. RoujGorj dit :

    Solidarité avec la Ligue des Paysans Pauvres, en espérant qu’ils s’en sortent bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *