Augmenter le rendement des arachides par Yao Shih-chang



Nous proposons une série d’essais traduite d’un ouvrage paru aux Éditions en Langues Étrangères de Pékin en 1972, Servir le peuple avec la dialectique, Essais sur l’étude de la philosophie par les ouvriers et les paysans. L’étude des écrits philosophiques du président Mao était alors devenue populaire parmi les larges masses d’ouvriers et de paysans chinois dans tous les domaines de la construction socialiste. De nombreux nouveaux succès ont été remportés dans la lutte pour la production et l’expérimentation scientifique, et un grand nombre de personnes avancées sont devenues exceptionnelles pour leur étude et leur application de la philosophie. Les six essais qui seront publiés à partir d’aujourd’hui racontent des faits qui décrivent de manière vivante les actions avancées des ouvriers, des paysans et des scientifiques chinois, guidées par leur application de matérialisme dialectique et de la pensée du président Mao.

Augmenter le rendement des arachides par Yao Shih-chang

Je suis né dans une famille de paysans pauvres il y a quarante-huit ans. Je suis allé à l’école pendant quatre ans quand j’étais enfant. Pendant plus de dix ans, j’ai étudié les œuvres philosophiques du président Mao afin d’utiliser le matérialisme dialectique. Appliquée à mes expériences scientifiques pour augmenter la production d’arachides, cette étude a contribué à faire passer le rendement moyen par hectare de notre brigade d’environ 1,5 tonnes d’arachides avant 1958 à 3,4 tonnes. Nous avons même atteint plus de 6 tonnes.

Les leçons de l’échec

Notre brigade dispose d’environ 320 hectares de champs, pour la plupart vallonnés. Nous cultivons des arachides sur environ 133 hectares. Avant 1955, notre rendement moyen par hectare était d’environ 1,1 tonne. Nous avons quelque peu augmenté ce chiffre après la création de notre coopérative de producteurs agricoles cette année-là, mais il était encore faible. En 1953, j’ai commencé à essayer d’augmenter notre rendement en arachides, mais j’ai fait les expériences sans utiliser le matérialisme dialectique, et j’ai échoué. La sécheresse a frappé au printemps 1958, juste au moment où nous avons commencé à semer. Le sol était sec, et il semblait que les graines ne germeraient pas. J’avais entendu parler d’une équipe de production qui utilisait un labour profond et qui ne recouvrait les graines que d’une fine couche de terre. J’ai persuadé notre brigade d’utiliser leur méthode, mais notre production a chuté cette année-là. Qu’est-ce qui n’allait pas ? Nos chefs ont suggéré d’analyser notre expérience et d’en tirer des leçons. Je me suis tourné vers les textes du président Mao, Seuls les gens qui ont une vue subjective, unilatérale et superficielle des problèmes » se mêlent de donner présomptueusement des ordres ou des instructions dès qu’ils arrivent dans un endroit nouveau, sans s’informer de l’état de la situation, sans chercher à voir les choses dans leur ensemble (leur histoire et leur état présent considéré comme un tout) ni à en pénétrer l’essence même (leur caractère et leur liaison interne) ; il est inévitable que de telles gens trébuchent. ». L’enseignement du président Mao m’a fait comprendre que mon erreur était d’imiter les autres sans tenir compte des conditions locales. La terre de l’autre équipe est plate et fertile, de sorte que leurs rangées d’arachides peuvent être très espacées. La méthode consistant à planter dans des sillons profonds et à couvrir légèrement fonctionne bien dans leur situation, mais pas pour notre brigade, où la terre est accidentée et la couche de sol mince. Nos rangées doivent être rapprochées. Lorsque nous avons labouré en profondeur, la terre meuble est tombée dans le sillon juste creusé et a enterré les graines. Cela revenait à labourer en profondeur et à couvrir en profondeur, et c’est ce qui a provoqué la chute de notre production.

La pensée philosophique du président Mao m’a permis de voir que mon échec était dû à un manque de correspondance entre ma conception des choses et les faits. J’agissais aveuglément et passivement en essayant de connaître le monde objectif. J’ai décidé d’appliquer la pensée philosophique du président Mao dans de futures expériences scientifiques et d’augmenter réellement notre production d’arachides.

Qu’est-ce qui produit les arachides ?

J’ai décidé d’étudier la croissance des arachides afin de redéfinir nos efforts pour augmenter les rendements sur une nouvelle base. Comment dois-je m’y prendre ? J’ai commencé au stade de la floraison, en sachant que la plante d’arachide produit des gousses après le flétrissement des fleurs.

Mais quelle était la relation entre la fleur et la noix ? J’ai sélectionné deux groupes de plants d’arachides pour les observer sur le terrain, et j’ai passé trois nuits dans le champ pendant la phase de floraison. J’ai découvert que les cacahuètes fleurissent juste avant l’aube. À partir de la quatrième nuit, je suis allé sur le terrain avant l’aube chaque jour, et j’ai étiqueté chaque fleur avec la date de sa floraison. J’ai continué à faire cela pendant plus de vingt jours, y compris une nuit pluvieuse où je n’y suis allé qu’après avoir lutté avec l’idée qu’une nuit d’absence n’aurait pas beaucoup d’importance. Puis je me suis souvenu de l’enseignement du président Mao selon lequel la philosophie marxiste du matérialisme dialectique présente deux caractéristiques exceptionnelles. La première est sa nature de classe : elle est au service du prolétariat. L’autre est son aspect pratique. Comment pourrais-je apprendre les lois régissant la croissance des cacahuètes si je n’appliquais pas les idées philosophiques du président Mao, tout d’abord de penser toujours au service du prolétariat. J’ai été bien trempé cette nuit-là et j’ai eu froid, mais j’avais suivi l’enseignement du président Mao et surmonté une difficulté. À partir de ce moment, j’ai persisté à faire mes observations, beau temps, mauvais temps. En soixante nuits, j’ai attaché 170 étiquettes à mes deux groupes. Lorsque les arachides ont été déterrés, j’ai analysé mes données et j’ai appris des choses que je ne savais pas auparavant sur les arachides. Le temps entre l’ouverture de la fleur et la maturation de la noix qui se trouve en dessous était d’au moins soixante-cinq jours. J’ai également découvert que la première paire de branches était responsable de la plupart des noix. C’était une découverte passionnante. L’expérience devait être testée et l’observation et l’étude de la deuxième année ont confirmé les conclusions tirées. Mais parallèlement, j’ai également découvert qu’entre 60 et 70 % des gousses étaient produites par la première paire de branches, tandis que 20 à 30 % étaient produites par la seconde. La troisième paire n’a produit que quelques gousses, et la plupart étaient vides. De plus, la tige principale de la plante ne portait ni fleurs ni gousses.

Après être parvenu à saisir certaines lois régissant la croissance des arachides, j’ai continué à expérimenter, en utilisant ces lois pour augmenter le rendement des arachides. Il est évident que le meilleur doit être obtenu de la première paire de branches. Pour les favoriser, il était préférable de semer peu profondément, car cela faciliterait le développement des gousses par cette première paire de branches, qui poussent à la base de la plante. Mais notre sol était généralement sec au printemps. De plus, ces grosses graines riches en huile ne germent pas facilement. Un semis peu profond laisserait les graines sécher, de sorte qu’elles ne germeraient pas toutes. Le rendement ne pouvait guère être augmenté par un semis peu profond. Comme la contradiction principale était entre le fait que toutes les graines germent et poussent bien d’un côté et que ce ne soit pas le cas de l’autre, la méthode des semis peu profonds n’était pas envisageable. On sèmerait les graines aussi profondément que nécessaire pour assurer une humidité suffisante pour la germination et la croissance.

Le labourage profond ayant été décidé, le problème des premières paires de branches se posait : enfouies profondément dans le sol, elles n’avaient guère de chance de se développer. Formant une contradiction secondaire, ce problème est passé au premier plan. Pour le résoudre, je me suis tourné vers De la contradiction, où le président Mao souligne « Elle [la dialectique matérialiste] considère que les causes externes constituent la condition des changements, que les causes internes en sont la base, et que les causes externes opèrent par l’intermédiaire des causes internes.  » J’ai analysé que la première paire de branches, qui a fleuri tôt avec de nombreuses fleurs, était le facteur interne de l’augmentation de la production. Cependant, une plantation en profondeur ne favoriserait pas la croissance des branches, de sorte que leur potentiel productif ne serait pas pleinement exploité. Ces conditions externes auraient tendance à restreindre le rendement. La pratique a apporté une réponse.

Un jour, j’ai aidé un ancien paysan pauvre, Wang Tien-yuan, à éclaircir des pousses de millet gluant. Je lui ai demandé pourquoi nous ne remblayions pas la terre autour d’elles. Il m’a répondu : « Si les racines ne sont pas exposées au soleil, les plantes ne produiront pas beaucoup de grains. » Je me suis dit que si les pousses de millet se ramifiaient à partir de racines exposées, pourquoi pas avec des arachides ? Nous pourrions semer en profondeur, mais en enlevant la terre autour des racines pour faciliter leur ramification. J’ai essayé cela avec une grappe de plants d’arachides. Les racines principales exposées étaient blanches et tendres, de sorte qu’il y avait de l’eau sur ma main lorsque je les roulais entre mes doigts. Des racines aussi tendres ne seraient-elles pas flétries par le soleil ? Je ne dois pas tirer de conclusions hâtives, mais voir ce que la pratique en dit. J’ai enlevé la terre autour de vingt-deux grappes.

À ma grande surprise, non seulement les plants de cacahuètes n’étaient pas secs, mais les racines principales étaient devenues violettes et étaient aussi dures que les branches des jeunes arbres. J’avais trouvé une solution à la contradiction entre la plantation en profondeur et le développement de la première paire de branches. Lorsque j’ai discuté de cette méthode avec les cadres de notre brigade, ils ont décidé de réserver quatre petites parcelles pour l’expérimentation. Cet automne-là, nous avons récolté 25 % de cacahuètes de plus sur ces parcelles que sur les parcelles témoins.

Résoudre les contradictions au fur et à mesure qu’elles se présentent

En appliquant cette méthode à l’ensemble de la brigade, nous avons considérablement augmenté notre production d’arachides sur les 133 hectares. Cela signifiait beaucoup pour notre brigade, et pour nous. La pensée philosophique du président Mao nous avait donné la clé de la dialectique matérialiste pour résoudre nos problèmes de culture de l’arachide. J’ai continué à expérimenter dans l’esprit de l’enseignement du président Mao : “L’homme doit constamment faire le bilan de son expérience, découvrir, inventer, créer et progresser.”. J’ai découvert que si chaque tige de fleur (tube du calice) de la première paire de branches avait six ou sept fleurs, elle ne portait qu’une ou deux cosses en dessous, ce qui montre une contradiction entre la tige principale et les branches. Les première et deuxième paires de branches ont besoin de plus de nourriture pour leur croissance, leur floraison et la formation des gousses, mais la tige principale les a éloignées.

J’ai fait à nouveau référence au principe de transformation des contradictions, tel qu’il est expliqué dans le document du président Mao “De la contradiction“. J’ai essayé de couper le sommet de la tige principale pour contrôler sa croissance excessive après que la deuxième paire de branches ait poussé. Le résultat a été à peu près comme prévu : la première paire de branches a fleuri sept jours plus tôt, et chaque grappe a porté sept autres gousses. L’année suivante, sur une parcelle expérimentale, en utilisant le même système d’irrigation et le même engrais, le rendement était supérieur d’environ 8 %. La pratique de ces deux années m’a amené à la conclusion que dans le travail agricole, comme dans tous les autres, il faut constamment résoudre les contradictions. Les expériences scientifiques créent les conditions nécessaires pour transformer les contradictions dans une direction favorable aux créations révolutionnaires de l’humanité. Nous avons conclu que, puisque les choses évoluent continuellement et que des contradictions sont inévitables de temps en temps, il faut constamment faire des expériences scientifiques.

1 Yao Shih-chang est président du comité révolutionnaire de la brigade de production de Tuanchieh, commune de Nanwang dans le comté de Penglai, province de Shantung.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *