Joe Biden, Le nouveau chef de l’imperialisme US.



Voici une traduction d’un article de nos camarades américains de Tribune of the peopleL, présentant une juste position sur les élections américaines qui viennent d’avoir lieu.

La farce électorale de 2020 est terminée, et se conclue par l’élection de Joe Biden comme prochain président et chef de l’impérialisme américain. Biden a passé sa vie au service de l’impérialisme américain, avant même de devenir le vice-président de Barack Obama, un président qui a bombardé plus de pays et déporté deux fois plus de personnes que le très vilain et ultra-réactionnaire Donald Trump, ce qui prouve que le résultat de la farce électorale n’est pas un pas en avant progressif mais la continuation de la même politique.

L’élection s’est terminée, comme prévu, avec l’ancien chef d’état-major impérialiste qui a hurlé à la fraude et affirmant qu’il s’agissait d’une “élection volée” – tout comme Clinton l’a fait lorsqu’elle s’est présentée contre lui, et tout comme Al Gore l’a fait dans sa campagne contre George W. Bush. Ce n’est rien de nouveau, et ce n’est pas propre à Trump et aux républicains.

La classe dirigeante impérialiste américaine a déclaré que cette élection était la plus importante de tous les temps. Ils se sont vantés que plus d’électeurs que jamais y ont participé – tout cela est du désespoir, pour légitimer quelque chose d’illégitime. La différence ultime entre Biden et Trump est aussi mince que les marges qui séparent leurs décomptes de votes dans les quelques “États charnières” clés sur une période de trois jours de comptage des votes. Tous deux sont des impérialistes et des symboles de la réactionarisation croissante de la démocratie bourgeoise, une farce dans laquelle chaque cycle électoral voit l’administration devenir plus arriérée que le précédent.

Et que font les révisionnistes ? Ils se cachent derrière les ultra-réactionnaires Joe Biden et son vice-président, le “top cop” Kamala Harris, en promettant de “sauver la démocratie américaine” dans leur propre imagination. La démocratie américaine est réactionnaire, elle est en faillite, et aucun chant révisionniste ne peut la ressusciter. Presque sans exception, les organisations révisionnistes ont soulevé le spectre du “fascisme de Trump” comme un stratagème pour sauver la campagne de Biden, et une grande partie de la “gauche” bien intentionnée est tombée dans le panneau. Ce faisant, ces faux “socialistes” aident l’impérialisme à sauver la face à la démocratie bourgeoise, ce que les véritables socialistes n’ont aucun intérêt à préserver. Leurs rassemblements post-électoraux, annoncés à l’avance, se sont révélés n’avoir pratiquement aucun taux de participation, si ce n’est celui de leurs propres membres, de moins en moins nombreux et engagés. La juste récompense du révisionnisme, ce sont ses propres résultats pathétiques aux élections et le fait qu’ils portent sans cesse de l’eau à l’impérialisme. Il est terriblement honteux d être revisioniste.

La Tribune du peuple a affirmé que les révolutionnaires ne votent pas, une affirmation correcte, surtout à une époque où l’impérialisme est complètement pourri et ne peut aller plus loin – où il est à la fois tourmentateur du monde et inlassablement tourmenté par ceux qui lui résistent. Pourtant, il boite et il y a les crétins honteux qui osent citer le grand Lénine comme excuse pour voter en raison de sa position de 1920 selon laquelle les partis communistes devraient envisager d’utiliser les élections à leur avantage sous la forme d’une participation au parlement ou d’un boycott du parlement, selon les conditions. Une chose que Lénine n’a jamais dite, et à laquelle il a d’ailleurs passé toute sa vie à s’opposer, est que les communistes devraient soutenir tactiquement leurs propres impérialistes. Biden offre un excellent exemple de la justesse de la position de Lénine contre les escrocs et les faux socialistes de la Seconde Internationale, qui, comme leurs homologues d’aujourd’hui, ont soutenu leur propre classe dirigeante impérialiste dans ce que l’on appelle le Chauvinisme national.

Au sommet du tas de déchets révisionnistes se trouvent les démocrates-socialistes d’Amérique, qui considèrent une victoire de Biden comme la leur, et déforment d’une manière ou d’une autre cette horrible réalité comme un pas en avant ! Ils ont passé la majeure partie de l’année 2020 à soutenir Bernie Sanders, qui, comme d’habitude, a été mis sur la touche pour ensuite soutenir un réactionnaire encore plus conservateur que lui: Biden.

La DSA (democratic socialists of America) s’adresse aux jeunes qui n’ont pas de leadership révolutionnaire, ils sont le chiot des démocrates, et ne vous y trompez pas, ce sont les démocrates qui tiennent la laisse.

Pendant une grande partie de la campagne, ces opportunistes et ces escrocs sont montés sur le dos du mouvement, Black lives matters, un mouvement juste, rebelle et objectivement bon. Ce n’est pas une coïncidence si le mouvement Black lives matters a diminué à l’approche de l’élection – les crétins électoraux, fidèles à leur habitude, ont contribué à le tuer en le canalisant vers des canaux légaux, c’est-à-dire une capitulation sans issue face à la classe dominante. Il n’y a pas de révolutionnaires au sein de la DSA, tout comme il n’y a que des réactionnaires au sein du Parti démocratique.

 

Les révolutionnaires, et plus particulièrement les communistes, ont participé et mené un boycott électoral historique, faisant ainsi avancer la campagne initiée en 2016. Les boycotts électoraux menés par les communistes ne sont pas nouveaux aux États-Unis – en 1919, le Parti communiste nouvellement né a également boycotté les élections. Le boycott électoral de cette année a surpassé ceux des années précédentes, d’un océan à l’autre le message a été amplifié – Elections Non ! Révolution Oui !

 

La campagne a été menée avec précision, de telle sorte que même la classe dirigeante, obsédée par la légitimation de ses fraudes, a été contrainte d’en rendre compte dans ses plus grands monopoles de l’information. Pour ce que ça vaut, les horreurs que Biden est sur le point de déclencher dans le monde ne peuvent être imputées aux révolutionnaires qui l’ont combattu depuis le début.

 

Un nouveau chef d’état-major impérialiste dirigera le même vieil impérialisme vil et malfaisant depuis le siège du conducteur de la seule superpuissance hégémonique du monde. Il symbolise la guerre, le viol des nations, le racisme systémique, l’inégalité économique dramatique, un système de santé et d’éducation en ruine, et bien sûr, la grande crise économique de la Nouvelle Dépression – tout cela provoqué et préservé par sa classe. La police qui tire sur les Noirs dans les rues américaines appartient désormais à Biden et l’armée qui trébuche de tombe en tombe c’est désormais ses “boys”.

 

Les nombreux électeurs de Biden, effrayés par le “fascisme” imaginaire de Donald Trump, ont raison de se sentir escroqués, et beaucoup d’entre eux ne se laisseront plus jamais escroquer. Ils devront s’aligner sur ceux qui les ont trompés dans cette position regrettable, et bien sûr, cela a pour effet de les attirer dans la politique révolutionnaire. Ils reprendront les enseignements de Marx, Engels, Lénine, Staline, Mao et Gonzalo, et ils arriveront à la conclusion que la seule voie à suivre est la révolution et qu’ils ne peuvent pas faire marche arrière. Ils prêteront leur voix au cri de ralliement : “Reconstituez le parti communiste !

 

Le grand cinéaste soviétique Dziga Vertov a dit un jour que les hommes oublieront les noms de toutes les nations, mais qu’ils n’oublieront jamais le nom de Lénine. Apprenons-le bien et battons-nous pour ce jour où le nom de l’Amérique, ainsi que les noms de Biden et Trump, seront oubliés, où la ferraille sera enfin balayée à jamais et où tout le monde se souviendra du nom LENIN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *