Application de la philosophie dans les transports par l’équipage d’un camion-remorque de 150 tonnes, Shanghai



Notre groupe a été créé pendant la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne. Notre travail consiste à transporter des équipements géants dans tout le pays au service de grands projets. Pour ce faire, nous utilisons une remorque de 150 tonnes fabriquée par les ouvriers de Shanghai. Elle mesure quatorze mètres de long et trois mètres de large, et donne l’impression d’un wagon plat de train. Conduire ce camion et cette énorme remorque avec des machines et des équipements géants nous procure une grande fierté, car nous pouvons voir dans notre chargement le développement rapide de la construction socialiste de notre pays. Nous étions huit à transporter de petites pièces par des camions légers sur des routes urbaines sans heurts. Aujourd’hui, nous conduisons un véhicule lourd chargé d’équipements pesant de une à deux cents tonnes. Et nous le conduisons dans les montagnes, sur des petits ponts et des routes étroites et escarpées. Nous sommes confrontés à des difficultés. Sur quoi comptons-nous pour les surmonter ? Sur notre étude de la pensée philosophique du président Mao, qui nous donne de la force et éclaire la route dans notre progression.

Les travailleurs du secteur des transports doivent connaître l’état des routes. Mais lorsque nous parcourons le pays, nous devons souvent conduire sur des routes inconnues. Comment allons-nous nous attaquer à ce problème ? Le président Mao dit que : « [Les décisions correctes] découlent de la juste appréciation de la situation, appréciation fondée elle-même sur une reconnaissance minutieuse et indispensable, dont les renseignements ont été passés au crible d’une réflexion systématique. Dans les transports comme à la guerre, sans une inspection approfondie et nécessaire du terrain et de la surface des routes, il est hors de question d’élaborer un plan de transport correct. Par conséquent, où que nous allions, nous commençons par “reconnaître” cinq choses : le revêtement des routes, les ponts, le terrain et les caractéristiques de la terre et des pentes.

Une fois en déplaçant une machine de plus de cent tonnes dans le Nord-Ouest, nous avons dû passer par la “falaise de l’enfer”, où la route est flanquée d’une gorge de plusieurs dizaines de pieds de profondeur. D’après les paysans pauvres et moyens et les conducteurs de la région, le tronçon de route était découpé au milieu de la montagne, les rochers étaient malmenés et de gros morceaux se détachaient sous l’effet de fortes vibrations. Nous avons fait appel à la population locale pour nous aider à trouver des endroits où les rochers étaient relativement plus exposés aux intempéries et risquaient de tomber. Après une prudente “reconnaissance”, nous avons roulé prudemment et régulièrement sur la route dangereuse, nous avons passé la “falaise de l’enfer” et nous avons livré le matériel.

Mais il ne suffit pas de connaître la route à fond. C’est parce que les contradictions des choses ne se révèlent pas pleinement en toutes circonstances. Le Président Mao écrit : « Les gens qui transforment la réalité sont constamment soumis à de multiples limitations : ils sont limités non seulement par les conditions scientifiques et techniques, mais encore par le développement du processus objectif lui-même et le degré auquel il se manifeste (les aspects et l’essence du processus objectif n’étant pas encore complètement mis en évidence). Ainsi, nous avons essayé au cours de notre “reconnaissance” de trouver les phénomènes qui ont donné des indices sur l’essence de la question. Dans les combats, il est plus facile de localiser les casemates de l’ennemi que ses bunkers, et une “reconnaissance active” peut révéler la situation réelle. Nous faisons généralement une course à vide sur les sections les plus difficiles afin d’apprendre quels sont les problèmes et d’être prêts à les affronter.

Un autre voyage consistait à transporter du gros matériel sur un chantier du Nord-Est qui en avait un besoin urgent. C’était au milieu de l’hiver, et partout il y avait de la neige et de la glace, si bien que la route et le ravin semblaient ne faire qu’un. Les 110 kilomètres se sont tous déroulés sur quatre montagnes glacées. La glissance était évidemment la principale contradiction, mais n’y aurait-il pas d’autres problèmes ? Nous avons d’abord essayé la route glacée avec le véhicule vide. Nous avons trouvé où la route était assez sûre, et nous avons adopté toutes les mesures antidérapantes possibles pour assurer un passage sûr.

La “reconnaissance” ne peut qu’exposer les contradictions, nous permettre de les reconnaître. Pour les résoudre, cependant, l’esprit révolutionnaire doit être intégré à l’approche scientifique. Le président Mao nous enseigne que : « Chacun des deux aspects contradictoires tend à se transformer en son contraire dans des conditions déterminées. » Notre tâche consiste à « accélérer la transformation des choses et à atteindre l’objectif de la révolution » sur la base d’une connaissance suffisante des contradictions en jeu. Nous dirons ce que nous avons appris sur « l’accélération de la transformation des choses » en étudiant et en appliquant la pensée philosophique du président Mao.

L’appareil de levage de notre camion est léger, mais nous devons soulever des équipements pesant jusqu’à cent tonnes, ce qui constitue une contradiction.
Le président Mao nous enseigne : « Dans la guerre, les batailles ne peuvent être livrées qu’une à une et les forces ennemies ne peuvent être anéanties qu’unité par unité. Les usines ne peuvent être bâties qu’une par une. Un paysan ne peut labourer la terre que parcelle par parcelle. Il en est de même pour les repas. Stratégiquement, prendre un repas ne nous fait pas peur: nous pourrons en venir à bout. Mais, à table, nous mangeons bouchée par bouchée. Il nous serait impossible d’avaler le repas entier d’un seul coup. C’est ce qu’on appelle la solution un par un. Et en langage militaire, cela s’appelle écraser l’ennemi unité par unité. ». Les paroles du président Mao étaient la clé de la solution.

Quand nous devions charger un équipement de 130 tonnes sans grue, nous nous sommes demandé comment nous allions faire jusqu’à ce que nous appliquions le concept du Président Mao d’« anéantir les forces ennemies unité par unité ». Nous avons soulevé un côté à la fois et placé des tubes d’acier sous chacun. Puis, en le tirant avec des treuils, nous l’avons déplacé sur ces rouleaux jusqu’à ce qu’il monte sur une rampe sur la remorque. Une fois arrivés sur le chantier, nous l’avons déchargé de la même manière. Le poids total du gros matériel est important, mais il est réparti sur une grande surface. En soulevant une pièce à la fois, nous avons fini par soulever le tout, tandis que les rouleaux ont réduit le poids en mouvement en diminuant la friction. Ainsi, ce qui était inférieur dans notre appareil de chargement dans son ensemble est devenu supérieur dans une partie. Cette expérience répétée nous a permis de comprendre de nombreuses lois du chargement, et nous a permis de manipuler des objets lourds comme s’ils étaient légers.

Des contradictions se produisent également entre la capacité de charge de notre véhicule et le poids beaucoup plus important de la charge. Lors du projet de construction n° 9424, nous avions un haut fourneau de 10,5 m de diamètre et 34,5 m de hauteur à transporter. Il pesait 280 tonnes, le double de la capacité de chargement de notre camion. Il était 2,5 fois plus long et près de trois fois plus large. C’était comme essayer de faire tenir un éléphant sur une balle, nous nous sommes dit, et nous nous sommes demandé comment notre camion pourrait supporter le poids, sans parler de le porter. Certains ont dit : « Nous devrons faire une remorque de 300 tonnes, ou bien démonter le haut fourneau et le déplacer section par section. » La plupart d’entre nous ont pensé que nous pourrions le faire avec ce que nous avions, sans le démonter. Le président Mao nous l’enseigne : « Dans son effort pour gagner une guerre, un stratège militaire ne peut pas dépasser les limites imposées par les conditions matérielles ; à l’intérieur de ces limites, cependant, il peut et doit viser la victoire. La scène d’action pour un stratège militaire est construite sur des conditions matérielles objectives, mais sur cette scène, il peut diriger la représentation de nombreux drames, pleins de son et de couleurs, de puissance et de grandeur ». Il en va de même pour le transport d’énormes équipements. Dans le passé, nous avons transporté des charges de quarante ou cinquante tonnes sur un camion de 20 tonnes, et nous avons même déplacé une pièce d’équipement de près de cent tonnes sur une remorque de 60 tonnes. En fait, jusqu’à la Révolution Culturelle, nous n’avions pas de remorque de 150 tonnes. Lorsque nous avons examiné notre expérience à la lumière de la pensée philosophique du président Mao, nous avons réalisé qu’une fois que nous aurions connu et maîtrisé les lois objectives qui la régissent, et que nous aurions fait jouer notre initiative subjective, nous serions en mesure d’utiliser pleinement les conditions matérielles objectives existantes. La contradiction entre la charge et la capacité de transport de notre camion a été résolue en ajoutant une autre remorque sur un large camion de 32 roues, en l’accouplant dans un arrangement tandem entre le camion et la grande remorque. Nous avons ajusté la longueur de l’ensemble à la longueur du haut fourneau et ajouté des supports en forme de selle à l’avant et à l’arrière pour le maintenir stable. L'”éléphant debout sur une balle” est devenu un “éléphant couché sur des wagons plats”.

Puis est venue une autre contradiction, celle entre la limite de charge d’un pont ordinaire et le poids important du gros matériel chargé sur le gros camion-remorque. Une fois, alors que nous transportions un objet de 120 tonnes pour un projet d’ingénierie, nous avions seize ponts en béton à traverser. Chacun avait une limite de charge de treize tonnes pour les camions et de soixante tonnes pour les tracteurs à chenilles. Comment devions-nous faire passer notre charge de 120 tonnes au-dessus de ces ponts ? Certains ingénieurs et techniciens des ponts ont dit que ce n’était pas possible, que les ponts allaient céder. Nous avons décidé d’analyser cette contradiction avant d’essayer de trouver une solution. Le président Mao dit : « Il faut analyser le fond de chaque problème et ne considérer les manifestations extérieures que comme des jalons le long de la route menant au seuil au-delà duquel nous toucherons vraiment au fond du problème. C’est là la seule méthode d’analyse sûre et scientifique, des phénomènes. ».

Nous avons conclu que trois facteurs étaient en notre faveur : Premièrement, un pont avec une limite de charge de treize tonnes pour les camions pouvait supporter le poids d’un tracteur à chenilles de 60 tonnes, car les larges bandes de roulement du tracteur répartissent son poids sur une plus grande surface du pont que les pneus du camion. Cette réalisation a été pour nous le « premier jalon ». Notre engin est long et large et possède cinquante-six pneus. Cela lui donne trois fois plus de contact avec le pont que le tracteur à chenilles. Ainsi, bien que le poids de notre camion chargé soit supérieur à celui du tracteur, il aurait à peu près le même poids par unité de surface.

Deuxièmement, le poids par unité de surface est affecté par la vitesse du camion. Conduire lentement permettrait de réduire les vibrations et la tension sur le pont.

Troisièmement, l’enquête a montré que tous les ponts étaient en bon état, et en fait assez solides. Notre analyse nous a conduit à la conclusion qu’un pont pouvant accueillir un tracteur à chenilles de 60 tonnes pouvait supporter le poids de notre charge de 120 tonnes. Mais nous avons aussi pensé : Le président Mao et le Parti nous ont confié la tâche du transport pour ce projet important ; nous ne pouvons pas être sûrs à 80 ou à 100 %, nous devons être sûrs à 100 %. Nous avons demandé aux autorités locales de mobiliser la population et de renforcer les ponts les plus faibles et, le jour de notre passage, les camarades locaux ont travaillé dur à nos côtés pour que notre camion et son énorme chargement puisse traverser tous les ponts sans problème.

Les virages serrés sur les routes de montagne ajoutent à nos problèmes. Imaginez notre camion géant et sa longue queue chargée dans des virages en épingle à cheveux ! À un endroit appelé “La porte de l’Enfer”, il y avait un virage serré dans une descente juste avant une remontée. Le rayon du virage était de 10 m.; notre camion-remorque avec le tracteur ajouté avait besoin d’au moins 10,4 m. Certains ont suggéré de détacher le tracteur, mais cela laisserait-il suffisamment de puissance de traction ? Supposons que le camion soit bloqué dans le virage, ou qu’il tombe par-dessus la falaise. Le président Mao souligne dans De la Contradiction que « Des deux aspects contradictoires, l’un est nécessairement principal, l’autre secondaire. Le principal, c’est celui qui joue le rôle dominant dans la contradiction. ». Nous avons vu que dans la contradiction entre la longueur du camion avec tracteur et le court rayon du virage, le premier était l’aspect principal. En effet, le rayon du virage est fixe, mais la longueur du camion-tracteur peut être ajustée. La contradiction pourrait être résolue si nous réduisions le rayon de braquage de notre véhicule à 10 m. ou moins. Nous avons donc décidé de garder le tracteur près du camion et de faire tourner le camion à plein régime pour qu’il prenne le virage principalement par sa propre puissance.

Mais il y avait une autre chose à prendre en considération pour contourner un virage comme “La porte de l’Enfer”, et c’était qu’en prenant le bord extérieur de la route, une rangée de roues (notre remorque a sept essieux avec huit roues sur chacun) serait au-dessus du bord pendant un instant. Est-ce que cela serait dangereux ? Nous avons pensé que non, que la puissance du camion vers l’avant maintiendrait le centre de gravité et que les autres roues resteraient stables même si les roues extérieures pendaient. Après une étude approfondie et des préparatifs complets, nous avons démarré le camion. Le conducteur a tenu fermement le volant, la tête de notre équipe a dirigé calmement et froidement, pendant que le reste d’entre nous observait les roues. Tout s’est déroulé comme nous l’avions prévu et nous avons réussi à passer la “Porte de l’Enfer”.

En transportant du matériel dans dix-huit provinces, municipalités et régions autonomes du pays, nous avons constaté de grands changements. Nous avons vu des industries se développer partout où il n’y en avait pas auparavant, et pas seulement le long de la côte, comme dans la Chine ancienne. Cela nous donne le sentiment que nous avons encore beaucoup de travail à faire avec notre camion-remorque et qu’il nous faudra étudier beaucoup plus en profondeur les travaux philosophiques du président Mao pour mieux le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *