Face à la loi de sécurité globale, prônons une contre-offensive général !



Hier soir, le 17 novembre 2020, se tenait deux évènements extrêmement importants pour la France, ses habitants et habitantes.

En effet, la journée d’hier marquait à la fois l’héroïque anniversaire des Gilets Jaunes luttant depuis plus de deux ans pour une vie digne et juste. Et de façon assez cynique, se déroulait également à l’Assemblé Nationale l’examen de loi dite « sécurité globale » en pleine pandémie mondiale et en période de « seconde vague » pour la France.

Initialement, cette loi avait pour projet de réorganiser les liens et tâches entre trois grands corps des forces répressives que représentent la police, la gendarmerie et le secteur de la sécurité privée.

Mais ce texte est en réalité une myriade de mesures toujours plus répressives et liberticides comme nous allons l’observer maintenant. Rappelons tout de même que cette proposition de loi émane de la majorité LREM et plus particulièrement des député.es Alice Thourot et Jean Michel Fauvergue (ancien patron du RAID) et a pour objectif de « protéger ceux qui nous protègent ». Etrange choix de mot pour désigner une loi donnant plus d’anonymat et de pouvoirs aux même forces répressives ayant depuis deux ans montré leur vrai visage à la France entière en reproduisant les méthodes appliquées jusque-là dans les quartiers populaires, au sein des plus grandes avenues bourgeoises de France. Formulation également pour le moins tout ironique si ce n’est provoquante, à l’heure où les coupes budgétaires continuent de se dérouler dans les hôpitaux de France, alors même que les soignants et soignantes mettent en danger leurs vies pour protéger réellement la population.

Cette loi comporte tellement de mesures arbitraires et liberticides qu’il  serait inutile de toutes les retranscrire. Nous allons nous concentrer sur les « principales ».

Tout d’abord, cette loi permettrait aux forces de police et de gendarmerie d’utiliser des drones lors des manifestations en cas de crainte « de troubles graves à l’ordre public » mais aussi pour la prévention des atteintes à la sécurité des personnes et des biens dans des lieux particulièrement exposés à des risques d’agressions, de vol ou de trafic d’armes, d’êtres humains et de stupéfiants, ou encore à la surveillance des « rodéos ». Comprenons bien que les manifestations non déclarées de catholiques demandant la liberté de culte n’auront surement pas le droit au même traitement que les manifestations des masses comme les gilets jaunes, ou que les habitants et habitantes des quartiers populaires, déjà victimes d’une constante et importante répression depuis des dizaines d’années.

 

Ensuite, cette mesure provenant directement des doléances des policiers et notamment du syndicat Alliance Police Nationale, syndicat qui, rappelons-le, n’hésite pas à défendre et couvrir ses membres, même lorsque ces derniers sont des assassins et tortionnaires comme malheureusement bon nombre de policiers. Un syndicat dont un représentant affirmait notamment en direct lorsqu’un manifestant perdit sa main à cause d’une grenade de police, que ce dernier n’avait qu’à faire gaffe… La proposition de loi, ayant été mise en place principalement par l’action de Darmanin, indique que le bénéfice des crédits de réduction de peine serait supprimé pour les personnes condamnées à la suite de certaines infractions commises à l’encontre d’élus, de militaires, d’agents de la police, de la gendarmerie et des pompiers. Cette mesure est extrêmement dangereuse car elle inclurait un régime juridique spécial pour le domaine du rapport à la police qui sortirait donc du droit commun. Un tel régime d’exception n’est pas de bon augure, doit être farouchement combattu et dénoncé comme ce qu’il est, une porte ouverte aux milices d’Etat, à une augmentation toujours plus importante des violences policières !

 

Enfin, la disposition qui fait le plus parler d’elle concerne l’article 24 du texte. Ce dernier vise à pénaliser l’usage « malveillant » d’images des forces de l’ordre. La diffusion « du visage ou tout autre élément d’identification » d’un policier ou d’un gendarme en intervention lorsque celle-ci a pour but de porter « atteinte à son intégrité physique ou psychique » sera punie d’un an de prison et d’une amende de 45 000 euros. La mesure n’interdira pas de transmettre les images aux autorités administratives et judiciaires. Nuance ironique quand on sait que les forces répressives sont de toute façon régulièrement cagoulées, ne portent pas leur RIO et n’hésitent pas à se couvrir entre eux les rares fois où elles sont mises en cause devant la Justice. Par ailleurs, le texte permet aussi de transmettre les images prises par les caméras-piétons des forces de l’ordre en temps réel à la salle de commandement de la ville concernée. Un amendement déposé par l’opposition demandant qu’il soit formellement écrit que la reconnaissance faciale ne puisse pas être utilisé a été rejeté en bloc par la majorité, alors même que cette dernière affirme que conformément à la loi, la reconnaissance faciale ne serait pas utilisée, mais ceci sans la moindre garantie. Ne soyons pas dupes, cet ensemble de mesures n’est qu’un palier supérieur et non le palier final dans l’ensemble des lois liberticides que développent et appliquent les gouvernents successifs de « droite » comme de « gauche » depuis des dizaines d’années.

Notons tout de même qu’une fois de plus l’Etat bourgeois français a été épinglé par un autre organisme bourgeois, en l’occurrence l’ONU, preuve que la France s’enfonce dans une dérive sécuritaire et liberticide extrême.

Lundi, le Conseil des droits l’homme des Nations unies déclarait que la proposition de loi porte « des atteintes importantes aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales, notamment le droit à la vie privée, le droit à la liberté d’expression et d’opinion, et le droit à la liberté d’association et de réunion pacifique » et place la France en contradiction avec la Déclaration universelle des droits de l’homme, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et la Convention européenne des droits de l’homme. La Défenseure des droits Claire Hédon, la Ligue des Droits de l’Homme, tout comme des centaines de journalistes ont également dénoncés cette proposition de loi.

Mais nous ne devons pas seulement la dénoncer. Tout comme les Jeunes Révolutionnaires présents aux côtés des masses lors des rassemblements organisés hier en opposition à cette loi, nous nous devons de proposer des alternatives et des solutions. Solutions ne pouvant s’exprimer et s’appliquer qu’en organisant largement les masses, afin de préparer et de toujours plus développer un Front Communisme, seul organe capable à terme de renverser l’Etat bourgeois et toutes ses lois scélérates !

Face à ces nouvelles attaques contre nos libertés fondamentales, organisons-nous et organisons notre colère pour renverser l’Etat bourgeois français et n’ayons pas peur d’affirmer haut et fort nos mots d’ordre :

A bas l’Etat bourgeois et ses chiens de garde !

Vive le socialisme, en avant vers la Révolution !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *