Pas de boulot, pas de visibilité sur l’avenir, la révolution comme seule perspective !



Il semble désormais assez évident que la majorité de la population n’en peut plus de la crise sanitaire. Chaque semaine, de nouvelles restrictions sont annoncées. Chaque semaine, on doit s’adapter, faire de nouvelles attestations, changer notre programme, trouver un moment pour faire les courses avant le couvre-feu. Chaque semaine, les chiffres de l’épidémie sont mauvais : le nombre de personnes placées en réanimation augmente, le nombre de cas augmente, le taux de reproduction du virus augmente. Chaque jour, on se demande quand est-ce qu’on sera reconfinés car on sait bien que ça va arriver. Alors on attend car de toute façon, il n’y a pas grand chose d’autre à faire. Tout est fermé, tous les petits plaisirs de la vie qu’on aime s’offrir habituellement quand on a réussi tant bien que mal à mettre quelques euros de côté sont inaccessibles désormais. Pas de restaurant, pas de bar, pas de cinéma, pas de théâtre, pas de concerts, pas de boîtes de nuit, pas de matchs au stade, pas de dîner avec des amis. Rien. Pour les travailleurs, c’est métro, boulot, dodo. Pour les étudiants, c’est réveil, cours en visio, dodo.


On va pas se mentir, pour beaucoup de gens, cette routine mortifère existait déjà avant la crise sanitaire. La gestion catastrophique de l’épidémie par le gouvernement n’a fait qu’empirer cela. Alors, après bientôt un an d’épidémie en France, on espère qu’une seule chose : que cela s’arrête le plus vite possible, que la campagne de vaccination s’accélère et que, à minima, la circulation du virus ralentisse suffisamment pour que le couvre-feu puisse prendre fin, pour que quelques lieux de loisirs et de sociabilisation puissent rouvrir.


Quand on est étudiant et qu’on bosse à côté de ses études, comme c’est mon cas, la situation est extrêmement angoissante. Concrètement, on a aucune visibilité sur l’avenir, suivre les cours est extrêmement complexe : on passe plus de temps à essayer de comprendre comment fonctionnent les 15 plateformes de cours en ligne différentes qu’à réellement suivre les cours. Un prof donne cours sur le logiciel Zoom, un autre sur le logiciel Teams, un autre met ses cours en téléchargement libre sur WeTransfer, un autre sur la plateforme Moodle, un autre créé un serveur sur Discord, un autre met en place une conversation sur WhatsApp, et il faut chercher dans les 30 mails reçus par jour pour savoir sur quelle plateforme il faudra se connecter et à quelle heure. Bien-sûr, une fois sur deux, le cours en streaming ne fonctionne pas, la connexion est mauvaise, le micro du prof ne fonctionne pas ou le PowerPoint est illisible. Alors, on cherche sur le groupe Facebook de la fac pour voir si on est le seul à avoir ces problèmes et on constate que ce n’est absolument pas le cas. Au fond, on suit les cours pour espérer valider son année, pour avoir son diplôme, mais on n’apprend absolument rien, alors on espère que les profs seront indulgents dans leur notation, qu’ils tiendront compte de la situation.


Il n’y a pas que sur nos études, sur nos diplômes, qu’on n’a pas de visibilité. Il y a aussi sur le boulot, sur le contenu de notre compte en banque et par extension de notre frigo. Personnellement, je travaille en intérim pour des agences spécialisées dans les jobs étudiants. Le statut officiel que j’ai n’est cependant pas celui d’intérimaire mais celui d’auto-entrepreneur. Concrètement, le travail est le même, le fonctionnement est le même : on me propose des missions et j’accepte ou je refuse en fonction de mes disponibilités. La seule différence avec de l’intérim classique, c’est que je n’ai absolument aucun droit : pas de droit au chômage, pas de prime de congés payés, pas de prime de précarité, pas de protection par le droit du travail, pas de droit au régime de l’arrêt maladie, pas de droit au régime de l’accident du travail. Rien du tout, aucun droit à part celui de fermer ma gueule car si je l’ouvre trop, la plateforme ne m’envoie plus de missions. Mais de toute façon, en ce moment, il n’y a plus de boulot. D’habitude, les missions, c’est des distributions de flyers publicitaires, de la gestion de stand sur des grands évènements, de la manutention sur des ventes éphémères ou encore de l’animation commerciale dans des centres commerciaux. Tout ça, ça n’existe plus, ou presque plus. Les grands centres commerciaux sont fermés, les grands évènements sont annulés, les ventes éphémères sont reportées… Bref, j’ai plus de boulot. Avant, je recevais des propositions de mission tous les jours, aujourd’hui, j’en reçois une ou deux par semaine et la plupart du temps, c’est à plusieurs centaines de kilomètres. Les emplois étudiants font partie de la variable d’ajustement du système capitaliste. Ce sont des emplois précaires, mal payés, qu’on peut licencier facilement. Alors, en période de crise, c’est parmi les premiers emplois à disparaître. Heureusement, en tant qu’auto-entrepreneur, j’ai droit à des aides de l’État (c’est bien là le seul avantage d’être à ce statut dont les entreprises usent et abusent pour éviter d’avoir à embaucher au statut de salarié ou d’intérimaire). Mais ces aides de l’État, je ne les ai pas tous les mois. J’y ai eu droit pendant le premier confinement, pendant la première période de couvre-feu et pendant le deuxième confinement. Sur les autres périodes de l’épidémie, je n’y ai pas eu droit, alors que j’ai beaucoup moins travaillé que d’habitude. Du coup, j’ai perdu de l’argent, pas mal d’argent. Aujourd’hui, alors qu’il y a couvre-feu à 18h, alors que tout est fermé et que par conséquent je n’ai aucune mission, je n’ai même plus droit à ces aides, alors je suis contraint d’espérer que le reconfinement arrive le plus vite possible, dans l’espoir que le gouvernement remette en place ces aides.

Pour autant, tout cela n’est pas une fatalité, car tout cela découle du système économique, de l’organisation de la société. Ça fait des années que j’ai pris conscience qu’il n’y a que par la révolution que nous pourrons changer réellement les choses. En effet, comme le disait Lénine « sans le pouvoir, tout n’est qu’illusion ». Or, face à un système capitaliste dans lequel tout le pouvoir est concentré dans les mains des grands patrons, qui exploitent des milliards d’êtres humains, il n’y a que par la révolution que ces milliards d’exploités pourront conquérir le pouvoir et réellement changer les choses. Ce système capitaliste ne nous donne pas de visibilité sur notre propre avenir, alors la révolution est notre seule réelle perspective. Ce système capitaliste nous pousse à la dépression, alors la révolution est notre anti-dépresseur le plus efficace. Cette révolution, nous ne pourrons la faire qu’en nous organisant. Alors, à toi qui lis ceci, que tu sois étudiant, travailleur, chômeur ou retraité, ne te laisses pas abattre, n’oublie jamais que la situation actuelle n’est pas une fatalité, alors viens renforcer les rangs de la révolution !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *