À Mayotte, l’État colonial français détruit les bidonvilles et met des centaines de familles à la rue

À Mayotte, l’État colonial français détruit les bidonvilles et met des centaines de familles à la rue

Le 8 mars, la préfecture de Mayotte a engagé un processus de destruction des bidonvilles du nord de l’Île. Depuis, les bulldozers sont passés et les familles se retrouvent à la rue. Tout cela n’est pas un hasard, puisque c’est précisément une des manières dont la politique coloniale de l’État français se matérialise à Mayotte.

Mayotte, une colonie de l’État français

Mayotte est une île faisant partie de l’archipel des Comores, au large du Mozambique, dans l’Océan Indien. Cependant, Mayotte est encore colonisée par l’État français, puisqu’elle n’a jamais été rattachée à l’État des Comores, indépendant depuis 1975, et ce malgré une résolution de l’ONU datant de 1975 et énonçant « la nécessité de respecter l’unité et l’intégrité territoriale de l’archipel des Comores, composé des îles d’Anjouan, de la grande-Comore, de Mayotte et de Mohél ». De fait, l’État français traite Mayotte comme une colonie et non comme un territoire français à part entière : 77% des habitants de l’Île vivent sous le seuil de pauvreté, ce qui en fait le département le plus pauvre du territoire de l’État français, et ce dernier ne fait rien pour arranger cette situation.

Si le discours majoritaire au sein de la bourgeoisie française consiste à dire que l’État français n’a pas « d’intérêts cachés » à Mayotte et ainsi que les habitants de l’Île sont les gagnants de cette colonisation, à contrario de l’État français qui serait perdant, cela est bien évidemment mensonger. En effet, Mayotte ne dispose pas de ressources naturelles terrestres importantes. Cependant, Mayotte permet à l’État français de disposer d’un important espace maritime dans l’Océan Indien, ce qui est stratégiquement très intéressant pour la bourgeoisie impérialiste française. D’immenses navires de pêche, notamment français, raclent les fonds marins et détruisent les éco-systèmes de la région pour pêcher des millions de poissons qui sont en suite vendus sur les marchés européens, au détriment de la population mahoraise, qui subit la malnutrition. L’État français peut, grâce à sa colonie de Mayotte, contrôler une partie du canal du Mozambique et ainsi surveiller les bateaux de marchandises qui y transitent chaque jour, et la la flotte armée française est d’ailleurs évidemment présente à Mayotte. Enfin, sur le territoire de Mayotte se trouve le centre d’écoute des Badamiers qui permet à l’armée française de surveiller une grande partie de l’Océan Indien.

 

Le régiment du service militaire adapté de Mayotte


Bien-sûr, tout cela bénéficie en premier lieu à l’impérialisme français et non aux mahorais, qui vivent pour la plupart dans la misère. L’État français, en bonne puissance coloniale, tire profit du territoire tout en appliquant une politique particulière vis à vis de la population locale, une sorte de code de l’indigénat officieux et contemporain : à Mayotte, comme sur tous les territoires colonisés par l’État français, ce sont les bourgeois venus d’Europe qui vivent dans de bonnes conditions, dans les beaux quartiers, au pied des plages paradisiaques qui font tant rêver quand on les voit en photo. Les populations locales, elles, s’entassent dans des quartiers déshérités, parfois même dans des bidonvilles, et survivent soit en effectuant des boulots difficiles et mal payés, soit avec quelques maigres aides sociales. La crise du logement est particulièrement violente à Mayotte, et sur l’Île, l’État français ne respecte même pas ses propres lois : à
Mamoudzou, capitale de Mayotte, en 2015, il n’y avait pas le moindre logement social locatif, alors pourtant que la loi impose aux communes de plus de 50 000 habitants de disposer d’au moins 20% de logements sociaux. Sur toute l’Île de Mayotte, il y avait en 2019 moins de 300 logements sociaux pour près de 260 000 habitants. Alors, sur une Île où plus de trois quarts de la population vit sous le seuil de pauvreté, il est évident que le logement est un problème majeur.

Tout cela explique pourquoi il y a autant de bidonvilles à Mayotte. À Kaweni par exemple, en banlieue de Mamoudzou, se trouve le plus grand bidonville du territoire de l’État français, un ensemble de petites maisons en tôle, sans eau courante, sans électricité et où la mortalité infantile est quatre fois supérieure à la moyenne en « métropole ». Alors, face à ces bidonvilles, l’État français a trouvé une solution : les détruire, tout simplement. Bien-sûr, cela ne règle en aucun cas le problème de la pauvreté et du mal-logement, mais au moins, l’État peut se satisfaire d’avoir « fait quelque chose ». À Koungou, dans le nord de l’Île, les habitants des bidonvilles en ont donc fait les frais, puisque les bulldozers sont venus détruire leur lieu de vie, du jour au lendemain, en proposant uniquement des solutions de relogement temporaire pour trois semaines, à plusieurs kilomètres. Si nombre d’habitants ont refusé ce relogement qui n’est en aucun cas une solution pérenne, certains ont accepté et n’ont tout simplement jamais eu de nouvelles. Ils dorment donc à la rue, ou chez des proches.

De son côté, le préfet de Mayotte se défend, en disant notamment « On ne peut pas me demander de casser les quartiers illégaux le jour, et la nuit, de construire de nouveaux quartiers ». Bien-évidemment, cela est ridicule, puisqu’il est précisément nécessaire de construire les nouveaux logements avant de détruire les bidonvilles, et à ce propos, l’État français ne remplie absolument pas ses obligations, puisqu’entre 2001 et 2007, 4300 logements sociaux locatifs ont été construits par an pour tous les territoires colonisés (appelés « outre-mer » par l’État français) alors qu’il aurait fallu en construire 15 000 par an pour remplir les objectifs. Bien-sûr, comme nous avons pu le voir avec les chiffres donnés précédemment, la plupart de ces logements sociaux n’ont pas été construits à Mayotte, puisque l’Île ne contient que 300 logements sociaux.

La domination des Comores et de Madagascar par l’impérialisme français aggrave la situation à Mayotte

Bien-sûr, dans cette région du monde, il n’y a pas que Mayotte qui est dominée par l’État français. Les Comores et Madagascar, d’anciennes colonies de l’État français, malgré leur indépendance, continuent de subir la domination impérialiste française. C’est précisément cette domination impérialiste qui maintient une immense partie des peuples comoriens et malgaches dans une situation de grande pauvreté et pousse ainsi à l’immigration vers Mayotte. En effet, pour de très nombreux habitants des Comores et de Madagascar, Mayotte représente l’espoir d’une vie meilleure, et ce malgré la grande pauvreté sur l’Île. Ainsi, les femmes malgaches et comoriennes sont par exemple nombreuses à aller accoucher à Mayotte afin que leurs enfants puissent bénéficier de la nationalité française. De même, nombre de comoriens et de malgaches vont se faire soigner dans les hôpitaux de Mayotte lorsqu’ils sont malades, voire même émigrent directement sur l’île dans l’espoir d’y obtenir une situation régulière, qui est souvent une première étape avant de venir vivre en France métropolitaine.

Les Kwassa Kwassa, petits bateaux de pêche utilisés par des migrants comoriens, souvent au péril de leur vie, pour venir à Mayotte


L’État français traite ces milliers de malgaches et comoriens comme des parias et procède à de très nombreuses expulsions. Pourtant, cette immigration n’est que la conséquence de l’impérialisme français qui pousse des peuples à l’exil. Comment l’État français peut-il s’étonner que des milliers de malgaches et comoriens cherchent une vie meilleure à Mayotte, quand c’est précisément cet État français qui rend la vie invivable à Madagascar et aux Comores ?

Tout cela ne fait qu’aggraver la situation à Mayotte : les hôpitaux sont régulièrement saturés, et cela ne date pas du Covid, le nombre de personnes vivant à la rue ou dans des bidonvilles ne fait qu’augmenter au fur et à mesure que des milliers de personnes arrivent des Comores et de Madagascar. Si le discours racistes de l’État impérialiste français consiste à simplement accuser les malgaches et comoriens de tout cela, il est évident que c’est bel et bien l’impérialisme français qui est la cause de cette situation. Alors, dans ce contexte, la seule solution est de balayer la domination impérialiste des Comores, de Mayotte et de Madagascar, et cela ne pourra se faire que par la révolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *