Afrique : il y a 45 ans, les révoltes de Soweto

Afrique : il y a 45 ans, les révoltes de Soweto

[Temps de lecture : 1 min.]

Le 16 juin, nous commémorions les 45 ans des révoltes de Soweto.

Pendant plus de 40 ans, entre 1948 et 1991, les Sud-Africains non-blancs, principalement les noirs, subissaient la politique de l’apartheid, qui leur donnait moins de droits que les blancs. Alors qu’ils représentaient les 2/3 de la population sud-africaine, les noirs étaient parqués dans des bidonvilles, ils vivaient de travaux misérables, ils étaient tués et brutalisés par la police, et les membres du mouvement de libération noir étaient tués et emprisonnés par milliers.

Le 16 juin 1976, à Soweto, un bidonville en banlieue de Johannesburg, plus de 20 000 jeunes se sont soulevés contre le système fasciste de l’apartheid, qui voulait les obliger à apprendre l’afrikaans, la langue des colons, d’origine néerlandaise. Face au courage héroïque de ces milliers de jeunes, le gouvernement ne put répondre que par la violence : la police blanche tira sur la foule, tua plusieurs centaines de manifestants et en blessa des milliers.

Les images de ce massacre firent le tour du pays, et du monde. La grande bourgeoisie blanche, qui avait bâti sa richesse sur l’exploitation des masses noires, ne pouvait plus cacher ses crimes, et la population avait définitivement refusé de plier le genou face au système colonial et fasciste. Grâce au courage des jeunes de Soweto, les masses avaient enfin trouvé l’espoir de changer à tout jamais le pays, et de mettre fin à l’oppression qu’elles subissaient.

Il a encore fallu près de deux décennies de luttes intenses pour que le régime de l’apartheid prenne officiellement fin. Encore aujourd’hui, 45 ans après Soweto et 28 ans après la fin de l’apartheid, la lutte de libération des Noirs en Afrique du Sud est loin d’être terminée. Les quelques avancées de l’époque Mandela, le premier président noir du pays, dans les années 90, n’ont pas mis fin au fossé entre noirs et blancs en Afrique du Sud. Beaucoup d’hommes et de femmes continuent de se battre pour atteindre une véritable égalité, où les peuples noirs seront définitivement débarrassés des chaînes qui les entravent depuis des siècles.

Comme l’ont montré les jeunes de Soweto, les masses n’obtiendront la victoire sur leurs oppresseurs que grâce à la lutte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *