Brésil : comment les paysans sont revenus dans la région de Tiago dos Santos

Brésil : comment les paysans sont revenus dans la région de Tiago dos Santos

Nous partageons une traduction non-officielle de ce reportage du journal brésilien A Nova Democracia (Nouvelle Démocratie) sur la reconquête des terres par des centaines de familles paysannes dans la région de Rondônia, dans l’ouest du pays.

Le 27 octobre, des centaines de familles expulsées des zones des camps Tiago dos Santos et Ademar Ferreira sont retournées sur leurs terres après avoir entrepris une résistance grandiose face à une opération de guerre flagrante menée par plus de 3 000 hommes de la police militaire de Rondônia (PM-RO) de Marcos Rocha et de la force de sécurité publique nationale du gouvernement militaire génocidaire de Bolsonaro. A l’intérieur de la zone, les paysans ont tenu une Assemblée Populaire (AP) réaffirmant leur détermination à poursuivre la lutte pour leurs terres.

Le retour des familles a eu lieu environ une semaine après le début officiel de l’opération “Nova Mutum” annoncée par les forces de répression comme une action d’expulsion, mais qui en réalité a agi avec toutes les procédures d’une opération de guerre contre un contingent ennemi, avec des moyens lâches et terroristes. Cette action a mobilisé des forces auxiliaires de répression, mais elle avait déjà été annoncée par Bolsonaro lui-même et orchestrée par les forces armées réactionnaires.

Au milieu des actions de guerre contre les paysans, plusieurs crimes ont été commis par les troupes, notamment un siège illégal par lequel l’accès à la nourriture était restreint et toutes sortes d’abus répréhensibles même en période de guerre conventionnelle. En réponse, les familles sont restées courageuses et organisées pendant les plus de deux semaines qu’a duré l’opération (qui est restée en vigueur même après la décision du STF suspendant l’expulsion). Seule une partie des 800 familles vivant dans la région du camp Tiago dos Santos a été expulsée en pleine nuit. Cette action s’est déroulée sous la menace des armes de la police qui a encouragé le terrorisme contre la masse des travailleurs. L’autre partie des familles n’a même pas été atteinte par les troupes, en raison d’actions de résistance de différentes sortes.

Une mission de solidarité, à laquelle ont participé plusieurs organisations de défense des personnes, des avocats et des procureurs, a accompagné le retour des paysans sur leurs terres, les 26 et 27 octobre. A Nova Democracia (AND) a également participé avec une équipe et depuis le 25 octobre, notre équipe a suivi directement depuis Nova Mutum Paraná la résistance acharnée des travailleurs et le dénouement qui a abouti à la reprise des terres.

Crédit photo : AND

Les familles font face à un siège illégal

Les familles paysannes qui se trouvaient dans les logements improvisés de l’école Santa Julia sont parties le 26 en direction de la région du camp Tiago dos Santos dans un grand convoi qui a emprunté les autoroutes avec plusieurs motos, voitures, camionnettes, bus et camions, ainsi que les sympathisants de la mission de solidarité.

Lorsqu’ils sont arrivés à l’entrée de la zone, ils ont été confrontés à un siège militaire illégal et criminel. Devant des dizaines de policiers armés de fusils et sans identification, les paysans ont entamé une résistance qui a vaincu toutes les tentatives de division et d’intimidation lancées par la police militaire et la force nationale.

Il y avait un camp de police dans la région. Leur base a été installée dans un petit magasin avec divers véhicules rassemblant environ 16 policiers. Lourdement armés, ils ont été positionnés devant les masses paysannes, formant une ligne qui constituait une barrière physique sur la route d’accès à la zone.

Des centaines de familles ont commencé à arriver et une mer de masses s’est formée, scandant les slogans : La terre, la terre pour ceux qui la travaillent ! Et vive la révolution agraire ! après avoir chanté l’hymne de la Ligue des paysans pauvres, à la conquête de la terre.

A l’entrée de la zone, la police militaire n’a arbitrairement autorisé que les avocats et Raphael Bevilaqua, le procureur général accompagnant la mission, à entrer. Au fil du temps, des véhicules sont arrivés de l’intérieur de la zone, ainsi que des troupes de la police militaire de Roraima, de la force nationale, de la patrouille tactique mobile (Patamo), du groupe spécial des frontières (Gefron) et même un hélicoptère du Noyau d’opérations aériennes (NOA).

Pendant que la réunion se déroulait, les paysans démontraient leur volonté de retourner sur leurs terres, en chantant des chansons comme O risco, et aussi des slogans comme Même si c’est dur, cette terre est à nous ! Détruisons les latifundios ! et Partons au combat sans peur, osons lutter, osons vaincre ! Le commandant de l’opération, visiblement ébranlé par la démonstration de vigueur et de courage des travailleurs, a demandé aux avocats d’ordonner la fin des chants. L’hélicoptère de la Police Militaire a survolé la foule, qui, débordante de décision, a tourné en dérision la tentative d’intimidation.

A la fin de la réunion, tard dans la nuit, les avocats ont communiqué les propositions faites par les forces de répression et les paysans ont commencé une Assemblée Populaire (AP) où ont été discutés les moyens possibles de continuer la résistance. Les familles ont décidé de rester sur place et d’entrer dans la zone dans la matinée. D’autres slogans ont été proclamés tandis que les travailleurs ont tiré des feux d’artifice.

Les habitants de la région qui ont soutenu le retour des familles ont donné un bœuf pour nourrir la foule. Les paysans se sont rapidement organisés et ont préparé un repas sur place, seule source de nourriture pendant des heures.

En début de soirée du 26/10, les tentes ont été rapidement agrandies. Les familles se relayaient entre le repos, les soins aux malades et la tâche d’assurer la sécurité des paysans. Les troupes ont projeté les lumières des voitures et laissé les gyrophares allumés, comme une forme d’attaque contre les familles.

Les mères et les enfants ont été “invités” par le député à passer la nuit dans leur camp, à condition qu’ils ne sortent pas pendant toute la nuit et qu’ils n’aient aucun contact avec le reste des familles ou avec d’autres paysans. Les paysannes, cependant, montrant leur mépris pour les forces de répression, ont refusé et l’ont corrigé en disant qu’elles ne font pas confiance à la police qui les agresse quotidiennement avec des opérations de guerre. Les paysans ont également dénoncé l’absurdité des actions de la police.

Dans la matinée du 27/10, d’autres troupes sont arrivées ; les thermomètres marquaient déjà près de 40 degrés et plusieurs personnes sont tombées malades, déshydratées. Bien qu’ayant accès à de l’eau à l’endroit où se trouvait la base, la police militaire a refusé d’en donner aux familles, ce qui a aggravé les mauvaises conditions de santé, notamment des personnes âgées et des enfants, la déshydratation s’ajoutant à l’intoxication causée par la consommation de l’eau du logement, qui se trouvait dans des conditions insalubres.

Après environ 24 heures de résistance, les familles ont commencé à arriver dans l’après-midi du 27/10. Face à une défaite imminente, les troupes en colère ont poursuivi leurs actions illégales, collectant des photos et des numéros de RG et CPF ainsi que les parcelles où chaque paysan vivait, comme condition d’entrée. Ils ont fouillé, de manière abusive et violente, tous les véhicules, les sacs et aussi les paysans, y compris les enfants.

Une paysanne rapporte : “Mon enfant est malade, au soleil, sans aucune ressource, les médicaments n’ont pas été transmis, les sacs ont été abandonnés. L’enfant de la voisine est désespéré. Ce qui nous arrive est critique, inhumain”.

Un autre paysan, lors de la fouille qu’ils appellent “baculejo”, devant la police qui a fouillé tous leurs biens, a dénoncé : “Ici, c’est l’humiliation pour les travailleurs. Pourquoi la police ne poursuit-elle pas les bandits ? Je suis un travailleur, nous avons les mains pleines de callosités, nous ne sommes pas des bandits. C’est une très grosse humiliation. Les gens là-bas sont malades, des femmes enceintes, des enfants, sans eau, sans nourriture. Les dirigeants de l’État devraient avoir honte, c’est un manque de honte de la part des dirigeants de l’État”. Et il a conclu en disant : “Nous sommes entrés sur ces terres et nous n’en sortirons pas ! Notre devise : occuper, résister et produire ! La terre est à nous. C’est une terre pour ceux qui y vivent et y travaillent !

Cette tentative ratée d’empêcher les paysans de retourner sur leurs terres a impliqué même le secrétaire d’État à la sécurité, Hélio Cysneiros Pachá (connu pour sa conduite des troupes de police lors de la bataille de Santa Elina en 1995, qui lui a valu le surnom de “boucher de Santa Elina” par les paysans). Pachá s’est rendu personnellement sur place en hélicoptère, a parlé avec le commandement et s’est retiré.

Cependant, rien n’a empêché les familles de revenir, et grâce à la lutte tenace et organisée, tôt dans la soirée du 26 octobre, elles se sont toutes retrouvées dans le “hangar” de la zone, où se tient l’Assemblée Populaire.

Le retour victorieux

Lorsqu’ils arrivèrent à l’intérieur de la zone, les masses de paysans, fiers et pleins de courage face à la victoire, rejoignirent les autres qui n’avaient pas été expulsés et commencèrent à préparer le repas. Les travailleurs dont les maisons ont été détruites ont trouvé refuge dans la caserne, tout comme les personnes qui faisaient partie de la mission de solidarité. La nourriture collectée lors des campagnes de solidarité, ainsi que des médicaments, ont été remis aux familles.

Le matin du 28/10, une grande Assemblée Populaire a commencé. Les familles ont à nouveau entonné avec vigueur l’hymne “Conquérir la terre”, salué la grande résistance entreprise et défini qu’elles se prépareraient aux futures batailles à venir, réaffirmant qu’elles avaient conquis ces terres.

Découvrez les images de l’équipe AND :

Le boucher de Santa Elina (Hélio Cysneiros Pachá), actuel secrétaire à la sécurité, à la défense et à la citoyenneté de Rondonia, a été aperçu parmi les troupes de police

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *