Brésil : honneur au Camarade Pelé

Brésil : honneur au Camarade Pelé

Le camarade José Fonseca, dit Pelé, est décédé dans la nuit du 8 décembre, victime d’une crise cardiaque, à Couto Magalhães. Il est tombé malade dans l’après-midi et s’est rendu à l’hôpital, où il est resté un certain temps en observation avant que le médecin ne le libère. Il est mort après être arrivé chez lui. Négligence. Tout indique qu’ils n’ont même pas fait d’électrocardiogramme, car s’ils l’avaient fait, ils ne l’auraient pas laissé sortir. Quelques heures avant sa mort, il a posté une photo sur le lit d’hôpital recevant du sérum et a enregistré un message disant qu’il avait été très malade et que s’il ne s’était pas précipité à l’hôpital, il serait mort. D’après ce qu’il a rapporté dans ce message à ses compagnons, c’était typique d’une crise cardiaque. Il était à Tocantins, où il vivait, mais les membres de sa famille à Rondônia voulaient y emmener son corps et l’enterrer là où ils vivent, à Cujubim, près d’Ariquemes.

Zezão ou Pelé était un important leader paysan des masses, un courageux démocrate révolutionnaire, partisan et défenseur incontestable de la révolution agraire et de la nouvelle démocratie, le militant le plus connu de la Ligue des Paysans Pauvres (LCP) ; bien qu’il ait développé son militantisme politique et la lutte pour la terre dans l’État de Rondônia, il était actif dans plusieurs autres États. Peu après la bataille de Santa Elina, le Mouvement Paysan Corumbiara (MCC) est créé et la première saisie de terres de la nouvelle organisation est le latifundium de Primavera, dans la région de Theobrama-RO. Pelé était là pendant la mobilisation et la prise des terres. Lors de tant de luttes comme l’occupation du siège de l’INCRA (Institut National de Colonisation et Réforme Agraire) dans la ville de Jaru-RO, Pelé était là, comme toujours, combatif. La lutte s’est développée avec de plus en plus de saisies de latifundia dans l’État, et dans l’une d’entre elles, dans la région de Machadinho D’Oeste, a été créée l’Escola da Família Camponesa (École de la Famille Paysanne), dirigée par l’enseignant Fausto Arruda. Là-bas, au fin fond du monde, au milieu de la jungle, l’école fonctionnait sur le système de l’alternance de la présence des élèves pendant une période de 15 jours à l’école et 15 autres à la ferme familiale. Les familles ont contribué ce qu’elles pouvaient, mais bientôt l’école a produit toutes sortes de denrées alimentaires grâce au travail des enseignants, des élèves et des personnes qui soutiennent et mobilisent l’éducation. Le camarade Pelé est un militant exceptionnel de la cause de l’école et de la continuité de la lutte pour la terre.

Lorsque la lutte interne au sein du MCC s’est intensifiée entre deux voies, la lutte des classes ou la conciliation, le camarade Pelé a pris position pour la voie de la lutte. C’est ainsi que le MCC a pris fin, laissant place aux Comités paysans de lutte. Les camarades de la Ligue ouvrière et paysanne (Liga Operária e Camponesa – LOC), qui ont donné l’impulsion au MCC avec les combattants de la bataille de Santa Elina, dans leurs actions au nord de Minas Gerais, avaient décidé de séparer l’organisation selon les bases rurales et urbaines. La lutte avait déjà beaucoup avancé et la compréhension de la question agraire-paysanne avait mûri, de sorte que les camarades ouvriers pouvaient propulser la Ligue ouvrière, ayant déjà d’innombrables militants paysans pour développer la Ligue des paysans pauvres (LCP), dont la première section a été créée dans le Nord du Minas. Parmi de nombreux camarades, Pelé était l’un des fondateurs de la LCP à Rondônia.

Pelé avait son propre style très personnel de relation avec les masses, il aimait les gens et sa classe. Il était humble et écoutait tout le monde, disant toujours à ceux qui agissaient de manière autoritaire et arrogante avec les masses que les “leaders doivent être humbles et incliner leur tête devant les masses quand elles parlent”.

Camarade Pelé, présent dans la lutte ! Commission Nationale de la LCP

Le camarade Pelé est né dans l’arrière-pays de Bahia, sa famille a émigré à Redenção dans le Pará et ensuite à Cacoal-RO, quand il était encore jeune. Sa participation à la lutte pour la terre a commencé avec sa famille et avec le soutien de la Commission pastorale de la terre. Le latifundium occupé par les familles parmi lesquelles lui et ses proches vivaient était attaqué quotidiennement par des hommes armés. Le prêtre italien Ezequiel, inquiet de la violence du propriétaire terrien et contre l’avis des paysans, décide de se rendre au siège du domaine pour discuter avec le gérant et est lâchement abattu. La révolte du peuple a été très grande et les tireurs ont été vengés. Grâce à l’influence de la CPT, Pelé rejoint le PT (Parti des travailleurs) et devient un militant jusqu’à ce qu’il rencontre les camarades de la Ligue Ouvrière et Paysanne de l’époque lors de la prise du latifundium de Primavera en novembre 1995, quelques mois seulement après la bataille de Santa Elina. Le camarade Pelé était là avec ses proches. C’est ainsi que fut formé le Campement Nelito (hommage à Manoel Ribeiro de Corumbiara, assassiné quelques jours après la bataille de Santa Elina).

Lors de la réunion de février de cette année, de la Commission nationale de la LCP, il a été sévèrement critiqué pour s’être présenté comme conseiller municipal, alors que la position de la LCP est de boycotter la farce électorale. Pelé a fait son autocritique et a été sanctionné par son exclusion de la Commission nationale (CN) jusqu’à la prochaine réunion, où il serait à nouveau évalué. Pendant cette période, il lui était interdit de parler ou de se présenter au nom de la LCP. Il y a quelques jours, il était dans la région du Triangulo Mineiro pour une tâche demandée par le CN et il s’en est bien acquitté. Le camarade Pelé a rendu de nombreux services aux masses et à la lutte révolutionnaire, il était bien connu dans le mouvement populaire dans de nombreuses régions du pays et aimé par les gens où il travaillait. Le camarade Pelé est un produit de cette nouvelle phase du mouvement paysan, comme la plupart des dirigeants de cette classe. Il a été arrêté et torturé plus de trois fois, a subi plusieurs attaques à l’arme à feu, et était détesté par les propriétaires terriens et les organes répressifs du vieil État. Pelé était un cadre politique aux multiples compétences et très capable, très typique des paysans les plus avancés. Ses contributions à la lutte populaire ont été nombreuses et très importantes.

Camarade Pelé ! Présent dans la lutte !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *