Armée de Libération Baloutche : déclaration après deux attaques réussies

Armée de Libération Baloutche : déclaration après deux attaques réussies

La lutte de libération nationale baloutche contre l’occupation pakistanaise s’est rapidement intensifiée en 2022, notamment avec deux attaques simultanées et dévastatrices par l’Armée de libération baloutche (Baloch Liberation Army, BLA) sur deux camps de l’armée pakistanaise. Nous publions ci-dessous une traduction non officielle de la déclaration de la BLA suite à ces deux attaques réussies.

L’opération Ganjal s’est achevée après 72 heures de combat continu, plus de 195 effectifs ennemis éliminés — BLA

L’Armée de libération baloutche a lancé l’opération Ganjal à 20 heures le 2 février 2022. L’opération, menée par la brigade Majeed, a atteint tous ses objectifs après 72 heures de combat continu.

16 fedayins hautement entraînés de la Brigade Majeed ont mené l’opération Ganjal. Neuf fedayins ont participé à l’attaque de Noshki, tandis que sept fedayins ont pris part à celle de Panjgur. Les fedayins ont pris le contrôle de deux camps différents des forces pakistanaises et ont éliminé plus de 195 effectifs de l’ennemi et en ont blessé plusieurs autres. Trois officiers des forces ennemies ont également été tués.

Plus de 90 soldats ennemis, dont environ 55 membres du Frontier Corps, 18 commandos SSG et sept commandos légers ont été tués à Noshki, tandis qu’au moins 105 soldats ennemis ont été neutralisés à Panjgur. Parmi eux, 85 membres du Frontier Corps et 20 commandos SSG. Au cours de la bataille, un drone militaire a été abattu, tandis qu’un hélicoptère était également ciblé.

Cependant, il n’a pas été possible de déterminer si cet hélicoptère s’est écrasé ou non. Deux véhicules blindés de l’armée pakistanaise ont été détruits, tandis que les deux camps militaires ont été partiellement détruits.

L’opération Ganjal porte le nom du martyr Ganjal alias Camarade Mazar de Lyari Karachi. Ganjal, commandant de la BLA dans la région de Kalat, était également un fedayin. Il devait non seulement prendre part aux opérations de Noshki et de Panjgur, mais il avait également été nommé leur commandant opérationnel. Cependant, le 24 septembre, il est tombé en martyr avec cinq combattants de la liberté en défendant le camp de l’organisation à Kalat.

L’objectif principal de l’opération Ganjal n’était pas seulement de montrer à l’État occupant, le Pakistan, mais aussi au monde entier les capacités militaires du mouvement de résistance baloutche. Cette opération confirme le fait que la jeunesse baloutche peut aller jusqu’au bout pour obtenir la libération nationale baloutche. Le mouvement de libération baloutche est un mouvement généré localement, et ses sources de pouvoir se trouvent dans la population baloutche. Tous les fedayins baloutches impliqués dans l’opération étaient des jeunes baloutches éduqués, nés au Baloutchistan et qui, suivant la philosophie du général Aslam Baloch, sont morts pour défendre la mère patrie. Il devrait maintenant être clair que ce mouvement de liberté ne peut être affaibli par aucun changement dans les pays voisins ou en étant étiqueté comme un mouvement par procuration.

L’Armée de libération baloutche accorde de la valeur aux vies humaines et nous ne trouvons pas de bonheur à mettre fin à une vie quelconque. Si le Pakistan, au lieu d’un bain de sang et d’un carnage, opte pour la paix, alors nous l’invitons, en présence d’un garant international, à la table des négociations. Nous sommes prêts à négocier sur la base d’un retrait sécurisé des forces pakistanaises du Baloutchistan et de l’indépendance totale de notre patrie.

Cependant, si l’armée pakistanaise est déterminée à recourir à la violence, nous l’avertissons clairement que nos prochaines attaques seront beaucoup plus dures et que nous irons jusqu’au bout pour défendre notre patrie. Nous avons la pleine capacité de mener cette guerre dans n’importe quelle partie du Pakistan.

Nous voulons également dire aux habitants du Pendjab que vous ne devez pas laisser les généraux militaires utiliser vos enfants comme chair à canon dans leurs guerres. Faites pression sur vos militaires pour qu’ils se retirent. Votre armée, afin de renforcer son occupation du Baloutchistan, est impliquée dans des crimes de type bangladais, y compris le génocide baloutche, le viol et le pillage des ressources baloutches.

Nous avertissons également une fois de plus la Chine de s’abstenir d’aider le Pakistan à piller les ressources baloutches et à renforcer l’occupation de notre mère patrie, faute de quoi ses intérêts seront une fois de plus dans notre ligne de mire.

L’opération Ganjal a débuté à 20 heures le 2 février lorsque deux unités différentes de la brigade Majeed ont pris pour cible simultanément les quartiers généraux de Noshki et de Panjgur du Frontier Core pakistanais. L’attaque a commencé lorsque fedayin Meerain Jamaldani alias Zagrain, de Noshki, a fait exploser son véhicule équipé d’un engin explosif improvisé aux portes du camp de Noshki. Cette explosion a tué toutes les troupes stationnées à l’entrée du camp. Plus tard, sous la direction du commandant d’unité fedayin BadIl Baloch alias Riyasat de Hoshaab, les fedayins ont pénétré dans le camp ennemi. Ces fedayins comprenaient Aziz Zehri alias Barag de Khuzdar, Aneel Baloch alias Balaach de Dasht Turbat, Muraad Aajo alias Baba de Panjgur, Yasir Noor alias Saif d’Alandor Bulaida, Ibraheem Baloch alias Kabeer de Gichk, Deedag Bahar alias Rauf de Shapuk Turbat et Bilal Baloch alias Wahid de Tejaban Kech.

Les fedayins à Noshki ont tué 90 effectifs ennemis, dont deux officiers, et ont détruit une grande partie du camp. Des dizaines de soldats ennemis ont également été blessés.

D’autre part, au même moment, le 2 février, à Panjgur, fedayin Jamal Baloch alias Chacha, de Turbat, a fait exploser son VBIED [véhicule piégé] à l’entrée principale du camp des FC à Pangjur. L’explosion a détruit la partie avant du camp et tué tout le personnel présent à l’entrée. Ensuite, sous la direction du commandant de l’unité Hamid Raheem alias Zubair de Chitkan Panjgur, fedayins Sami Sameer alias Shoaib de Panjgur, Iliyas Baloch alias Qadir de Gramkan Panjgur, Asad Wahag alias Sabzo de Keelkor, Nasir Imam alias Hamal de Parom et Zameer Baloch alias Faraz de Dandaar Hoshaap ont affronté la majorité du personnel ennemi. Le personnel restant, au lieu d’affronter les fedayins baloutches, a fui le camp.

L’objectif de l’unité de Panjgur était de prendre le contrôle du camp de l’ennemi le plus longtemps possible. Après la fuite de l’ennemi, les fedayins baloutches ont pris le contrôle de tout le camp. Les forces pakistanaises ont utilisé leurs troupes terrestres, y compris les commandos du groupe des services spéciaux [SSG] et même des hélicoptères de combat pour reprendre le contrôle du camp. Les forces ennemies, avec les commandos du SSG, les véhicules blindés et les hélicoptères de combat, ont tenté à cinq reprises de prendre le contrôle du camp. Cependant, les fedayins ont repoussé chaque attaque et ont infligé de lourdes pertes à l’ennemi. Pendant 72 heures, les fedayins ont réussi à défendre leurs positions tout en luttant contre les unités militaires d’élite pakistanaises. Après l’échec de toutes les tentatives terrestres, les hélicoptères pakistanais ont bombardé les positions des fedayins et après une longue résistance héroïque, tous les fedayins ont embrassé le martyre.

Dans l’opération Ganjal, la brigade Majeed de la BLA a bénéficié du soutien total de toutes les organisations alliées du BRAS. Cette attaque majeure, complexe et puissante montre non seulement jusqu’où la nation baloutche peut aller pour son indépendance, mais souligne également l’importance et les avantages d’un pouvoir de résistance uni et consolidé.

La BLA rejette totalement les déclarations de l’ISPR et les considère comme un ramassis de mensonges. L’armée pakistanaise cache ses cadavres en raison de la pression interne et de l’embarras qu’elle a subis sur la scène internationale.

Les 16 fedayins de la Brigade Majeed ont affronté une armée très puissante et ont écrit l’histoire en menant la plus longue bataille de l’histoire moderne baloutche. La nation baloutche, l’histoire et l’Armée de libération baloutche n’oublieront jamais les sacrifices ultimes de ces vaillants fedayins. Une nouvelle aube émergera des sacrifices des martyrs et l’émancipation nationale baloutche sera une réalité.

Porte-parole de l’Armée de libération baloutche Jeeyand Baloch

Daté du 6 février 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.