France : plus de 30 millions de personnes rejettent les élections, une crise politique s’ouvre

France : plus de 30 millions de personnes rejettent les élections, une crise politique s’ouvre

Les élections législatives qui viennent de s’achever ont donné une assemblée nationale sans majorité absolue, et montré le rejet du système par une majorité de personnes. Une crise politique s’ouvre.

Le phénomène majeur : l’abstention est désormais l’attitude majoritaire et normale

En effet, à nouveau comme en 2017, plus de la moitié de l’électorat n’a pas participé aux élections. 26 millions d’abstentionnistes, 1,2 millions de bulletins blancs et près de 0,5 million de nuls ; auxquels il faut rajouter les 5% de français non-inscrits sur les listes électorales, au moins 2,5 millions de personnes. C’est donc plus de 30 millions de personnes qui ont fait ce choix, un nombre en augmentation de 10 millions par rapport aux présidentielles, et assez stable par rapport aux législatives de 2017. Sur ces 30 millions, il y a clairement une majorité de prolétaires. Si l’on se sert des chiffres recensés en 2017, on peut voir que 69% des ouvrier.e.s et 65% des employé.e.s avaient choisi l’abstention aux législatives, 20 et 15 points au-dessus des cadres. Il y a fort à parier que les chiffres seront similaires cette fois-ci.

Sont-ils vraiment surpris, ces politiciens sur les plateaux télés qui se plaignent tous de l’abstention ? Ils disent tous publiquement qu’ils déplorent de tels scores, qu’il faut “réinventer la République” et autres discours démagogiques. C’est que ces scores font peur à la bourgeoisie, car son système républicain est basé sur le suffrage universel : si cette méthode n’est pas validée par l’immense majorité, la légitimité des élus s’en retrouve mise à terre. Il n’y a qu’à voir Macron : président “mal élu” (car élu avec une grande abstention et des reports de voix, il a perdu 2 millions de voix entre 2017 et 2022 alors que l’électorat a pris 1 million de personnes), il se prend désormais une claque 2 mois après son élection. Nous verrons les réactions qu’auront les bourgeois : on entend parler déjà de vote obligatoire et l’idée que les abstentionnistes sont une masse dangereuse (et convoitée) est très populaire à droite comme à gauche.

La crise politique : pas de majorité absolue, un “changement de régime” ?

Il a suffi que Macron n’aie pas la majorité absolue à l’assemblée pour que tous les médias se mettent à crier à la crise. Pour les macronistes, qui conservent quand même 246 sièges, c’est clairement une défaite, car cela signifie que l’Assemblée Nationale ne pourra pas remplir son rôle de “chambre d’enregistrement” qu’elle avait pris entre 2017 et 2022. La NUPES a échoué dans sa prétendue “conquête du pouvoir” et atteint un piteux score de 142 députés. Le RN, quant à lui, fait une percée historique à 89 députés. LR sauve les meubles avec 64 sièges.

Depuis l’élection, on peut lire que ce parlement rendrait la France “ingouvernable”. En effet, Macron serait obligé d’aller chercher ici et là des soutiens pour ses projets de loi. Toutes les hypothèses sont mises sur la table : s’allier à LR ? faire du cas par cas pour chaque projet et gouverner en minorité ? dissoudre l’Assemblée Nationale dans un an pour un meilleur résultat ? De l’autre côté, à droite comme à gauche, tout le monde veut être le plus d’opposition possible, pour gagner des postes (comme la commission des finances, disputée par tous les partis) et faire échouer les plans de Macron. On peut lire des articles qui parle d’une situation “jamais vue depuis la 4ème République”, une assemblée “tri-partisane” et même, chez les plus radicaux, d’un “changement de régime” : la France serait devenue en une nuit un régime parlementaire ! C’est donc une belle pagaille, une crise politique qui pose même le doute sur une crise de régime.

Et un régime en crise n’a que deux destins possibles : le renforcement ou l’effondrement. De 2017 à 2022, Macron nous a montré qu’il avait pris le parti de la première alternative. Il n’y a pas à douter qu’il ne changera pas de cap, malgré ce contretemps législatif. La NUPES, minorité bruyante, est appelée aux tensions maintenant que l’élection est passée et que chacun veut son groupe à l’assemblée, son programme, ses réformes, son argent etc. LR est sur la corde raide entre le soutien actif ou passif à un président qui a un programme quasi identique au leur. Le RN quant à lui ne peut pas challenger Macron, mais peut continuer à absorber les transfuges de droite (LR, anciens sarkozystes déçus, Dupont-Aignant…).

La bourgeoisie met le zoom sur l’Assemblée, et veut y voir le fond de la crise : cela justifierait une dissolution, des accords de château entre les groupes d’intrigues bourgeois, ou des réformes accélérées passées au nom de l’union nationale dans le cas d’une menace quelconque. Pourtant, la véritable crise, c’est la formation massive, durable et cohérente d’un rejet prolétaire à leur politique, et la décrépitude de leurs institutions. La bourgeoisie a beau essayer de colmater les brèches, son pouvoir est construit sur des sables mouvants.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.